Commentaires

Philo Porifera

Philo Porifera



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les premiers animaux à apparaître sur la surface de la terre auraient été des porifères.

Il existe plusieurs hypothèses sur l'origine des animaux. L'une des plus largement acceptées propose qu'elles dérivent de protistes coloniaux flagellés, donnant naissance d'abord à la lignée parazoenne (sous-royaume de Parazoa), représentée par les porifères, puis à la lignée eumétazoenne.

Les éponges sont des animaux. pas de symétrie ou avec symétrie rayonnée, diploblastiques, accéléré et sans cavité digestive.

Toutes les éponges sont fixées à l'âge adulte et coloniales, vivant dans le milieu aquatique (eau douce ou eau salée), généralement de la ligne de marée basse à des profondeurs qui atteignent 5500 mètres. Ils se développent toujours attachés à des substrats immergés tels que le bois, les coquilles, les roches, etc. Beaucoup ont un aspect presque végétal (ayant été considéré comme des plantes pendant de nombreux siècles), bien qu'ils puissent être brillamment colorés.

Sa nature animale n'a été reconnue qu'en 1765 mais sa position systématique est restée incertaine jusqu'en 1857.

La simplicité de la structure des éponges est telle que si elles sont écrasées et tamisées pour séparer leurs cellules, elles peuvent se regrouper et former une éponge, toutes similaires à l'original. Les cellules du corps des éponges montrent même un degré d'indépendance sans coordination par les cellules nerveuses.

Ils ne présentent donc pas de véritables tissus ou systèmes d'organes. Un autre aspect intrigant de la biologie des éponges est qu'ils sont les seuls animaux dont l'ouverture principale du corps expire. Cependant, la plupart des éponges réagissent au toucher, en particulier autour de leur ouverture principale, bien que les stimuli soient conduits lentement, probablement de cellule à cellule.

Les éponges sont encore des organismes, mais capables de déplacer l'eau autour d'eux. Les particules alimentaires en suspension pénètrent dans le corps de l'éponge à travers les pores microscopiques - pores inhalés - sur sa paroi latérale et l'eau filtrée est aspirée à travers une plus grande ouverture - osculus - dans la zone opposée à la base. Chez certaines espèces, l'os peut se refermer lentement. L'oscule est presque toujours au-dessus du reste du corps de l'animal, une adaptation importante car elle évite la recirculation de l'eau à laquelle la nourriture et l'oxygène ont déjà été retirés et les résidus ajoutés.

La paroi du corps des éponges délimite une cavité centrale, la atrium ou spongiocelium. Dans certaines éponges plus complexes, il n'y a pas seulement une cavité centrale, mais un dédale de canaux et de chambres recouverts de cellules flagellées - des chambres vibrantes. La respiration et l'excrétion se font directement par diffusion avec le milieu aquatique, les éponges ne peuvent donc pas supporter l'eau stagnante.

La paroi corporelle des éponges est composée de plusieurs types de cellules, soutenues par des éléments squelettiques de différents types:

  • Pinacocytes - cellules de la muqueuse externe aplaties formant une sorte d'épiderme appelé pinacoderme (bien qu'il ne s'agisse pas d'un véritable tissu);
  • Choanocytes - Cellules flagellées avec une expansion membranaire en forme de collier tapissant le spongiocèle et les autres chambres vibrantes internes des éponges. Le mouvement de ses flagelles crée le courant d'eau qui apporte des nutriments et des gaz. Les nutriments sont filtrés à travers le «collier» de la cellule, qui n'est pas une structure solide mais plutôt un ensemble de petites tiges dressées séparées par des espaces. Toute particule organique ou micro-organisme végétal piégé dans le collier est acheminé vers le bas vers le corps cellulaire et endocyté, la digestion intracellulaire se produisant dans les vacuoles digestives. Par la suite, les nutriments sont diffusés à la mesogleia ou de cellule à cellule.
  • Amibocytes - Cellules libres de divers types qui se déplacent par des mouvements amiboïdes, présentes dans le mésenchyme ou la mésogénie (substance gélatineuse située entre les couches de pinacocytes et de coanocytes) et qui sont responsables de la croissance et de la capacité de régénération, car elles peuvent être à l'origine de tous les autres types de cellules. (sauf pour les choanocytes) et produisent des spicules squelettiques. Ces cellules peuvent également transférer les nutriments présents dans la mésogénie aux cellules restantes et éliminer les produits d'excrétion vers le spongiocèle. Ils sont également responsables de la formation des gamètes;
  • Porocytes - les cellules ayant une partie centrale, appelée partie inhalante, qui les traverse côte à côte. Ils sont situés à des espaces réguliers dans la paroi corporelle de l'éponge, à travers lesquels l'eau pénètre dans le spongiocellium. Ces ouvertures microscopiques peuvent être régulées par l'animal.


Vidéo: Phylum Echinodermata - Kingdom Animalia - Biology Class 11 (Août 2022).