Informations

Quelles cellules produisent le HCl produit dans l'estomac ? Ces cellules ne sont-elles pas détruites par le HCl ?

Quelles cellules produisent le HCl produit dans l'estomac ? Ces cellules ne sont-elles pas détruites par le HCl ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Quelles cellules produisent le HCl produit dans l'estomac ? Ou HCl est-il produit en raison de la traduction de protéines. Ces cellules ne sont-elles pas détruites par le HCl ?


Étant donné que votre première question est assez basique (la réponse est des cellules oxyntiques) et vous demandez deux ou plus questions dans le même message est une raison de fermer (« Évitez de poser plusieurs questions distinctes à la fois »), je ne répondrai qu'à votre deuxième question :

[Pourquoi] ces cellules [oxyntiques] ne sont-elles pas détruites par le HCl ?

Tout d'abord, il est important de comprendre que les cellules oxyntiques (du grec ὀξύς, signifiant "pointu" ou "acide") ne produisent pas de HCl. Ils sécrètent en fait deux ions distincts, Cl et H+ (et, puisque le HCL est un acide fort, on peut dire que techniquement il n'y a - presque - pas de HCL dans la lumière, car les ions restent dissociés).

Vous pouvez trouver cela dans n'importe quel livre de physiologie, mais il y a une bonne explication des étapes dans Scientifique américain (2017):

  1. Ions potassium, K+, diffuse passivement de la cellule pariétale dans la lumière.
  2. Une pompe de transport actif apporte K+ dans la cellule pariétale, sécrétant simultanément H+ de la cellule à la lumière. Autant K+ revient par cette voie sous forme de fuites en (1).
  3. Ions chlorure, Cl, diffusent passivement de la cellule à la lumière, et leurs charges négatives équilibrent les charges positives du H sécrété+.
  4. Un échangeur sur la face opposée de la cellule pariétale compense cette perte de Cl en important Cl du sang en échange d'ions bicarbonate (HCO3).
  5. Dans la cellule, l'eau réagit avec le dioxyde de carbone (CO2) pour former de l'acide carbonique (H2CO3), qui se dissocie en H+ et HCO3.

Cette image de Lodish (2000) le résume très bien :

Bien sûr, le facteur important pour abaisser le pH (et finalement tuer la cellule oxyntique) est le H+ concentration, pas le Cl une. À ce sujet, il convient de mentionner que, malgré le H+ concentration dans la lumière ne cesse d'augmenter, H cytoplasmique+ la concentration n'est jamais aussi élevée que celle luminale, car H+ est pompé hors de la cellule.

Deuxièmement, pourquoi le HCl (en fait Cl et H+, comme expliqué ci-dessus) déjà présentes dans la lumière détruisent la muqueuse ? La réponse est la couche de mucus.

Toujours selon Scientific American (2017) :

Le HCl dans la lumière ne digère pas la muqueuse car les cellules caliciformes de la muqueuse sécrètent de grandes quantités de mucus protecteur qui tapissent la surface de la muqueuse. Électrolytes basiques, tels que HCO3, piégé à l'intérieur de la couche de mucus neutralise tout HCl qui pénètre dans le mucus.

Soit dit en passant, un mécanisme similaire explique pourquoi le lysosome n'a pas sa membrane détruite par les enzymes qu'il contient.

Sources:

  • Lodish, H. (2000). Biologie cellulaire moléculaire. New York : Livres scientifiques américains.
  • Scientifique américain. (2017). Pourquoi nos acides digestifs ne corrodent-ils pas nos muqueuses gastriques ?. [en ligne] Disponible sur : https://www.scientificamerican.com/article/why-dont-our-digestive-ac/ [Consulté le 30 juillet 2017].

Cellule pariétale

Cellules pariétales (aussi connu sous le nom cellules oxyntiques) sont des cellules épithéliales de l'estomac qui sécrètent de l'acide chlorhydrique (HCl) et du facteur intrinsèque. Ces cellules sont situées dans les glandes gastriques situées dans la muqueuse du fond et des régions du corps de l'estomac. [1] Ils contiennent un vaste réseau sécrétoire de canalicules à partir desquels le HCl est sécrété par transport actif dans l'estomac. L'enzyme hydrogénopotassique ATPase (H + /K + ATPase) est propre aux cellules pariétales et transporte le H + contre un gradient de concentration d'environ 3 millions à 1, [ citation requise ] qui est la plus raide [ citation requise ] gradient d'ions formé dans le corps humain. Les cellules pariétales sont principalement régulées par la signalisation de l'histamine, de l'acétylcholine et de la gastrine à partir de modulateurs centraux et locaux.


Quelles cellules produisent le HCl produit dans l'estomac ? Ces cellules ne sont-elles pas détruites par le HCl ? - La biologie

Couches tissulaires de la paroi intestinale

La sous-muqueuse contient des nerfs, des vaisseaux sanguins et lymphatiques, du collagène et des fibres élastiques.

Les nerfs régulent :

  • Les mouvements de l'intestin par contractions musculaires pour forcer la nourriture ou pour mélanger la nourriture avec des sécrétions dans une région particulière.
  • Les sécrétions digestives dans la lumière de l'intestin.

Les deux couches musculaires créent les vagues de contraction de la paroi intestinale appelées péristaltisme. Pendant le péristaltisme, le muscle circulaire se contracte derrière la nourriture et le muscle longitudinal se contracte devant la nourriture. L'intestin resserré à l'arrière et l'intestin raccourci à l'avant forcent la nourriture à suivre.

  • C'est la cavité buccale chez l'homme et c'est là que la digestion mécanique et la mastication (mastication) ont lieu.
  • La salive dans la bouche se compose de mucine (liant les aliments entre eux), d'amylase salivaire (digère l'amidon en maltose) et de sels minéraux (régule le pH autour de 7, neutre).

Avant même que la nourriture n'entre dans la bouche, la vue, l'odorat et la pensée de la nourriture stimulent une réflexe conditionnel qui se traduit par la libération de salive dans la bouche.

Lorsque les aliments entrent dans la bouche, la stimulation des papilles gustatives entraîne une réflexe inconditionnel où les impulsions sont transmises au cerveau via les neurones sensoriels, puis via les motoneurones vers les glandes salivaires. Encore une fois, libérant de la salive.

1 à 1,5 litre de salive est libéré chaque jour.

Les salive contient mucus, qui lubrifie les aliments, des sels minéraux activer des enzymes, lysozyme qui tue les bactéries entrant avec la nourriture, et amylase, une enzyme qui décompose l'amidon (amylase) en polysaccharides plus courts puis en maltose. < Taux de jauge

La mastication brise mécaniquement les aliments, de sorte qu'il y a une plus grande surface sur laquelle l'amylase peut agir. Le mélange de nourriture et de salive est poussé dans une boule appelée un bol et avalé.

  • Le péristaltisme du muscle circulaire se contracte et se détend pour pousser les aliments vers le bas.
  • La partie supérieure de l'œsophage est sous contrôle conscient jusqu'à ce qu'elle devienne involontaire.
  • Il faut généralement entre 4 et 8 secondes pour que les aliments passent de la bouche à l'estomac.
  • Conditions acides (pH1/2, pH optimal de l'enzyme).
  • La digestion mécanique a lieu ici (le barattage de l'estomac fait que les aliments se décomposent en taille, ce qui leur donne une plus grande surface).
  • Pendant que la nourriture est dans l'estomac, elle se mélange au suc gastrique par barattage.
  • La nourriture dans l'estomac stimule la paroi de l'estomac pour produire de la gastrine (transportée dans le sang).
  • Avec un repas gras, l'entérogastérone est produite pour ralentir le barattage, elle affaiblit également le pH acide de l'estomac.
  • Les sucs gastriques produits sont constitués de :
    • Pepsinogène - rendu inactif pour empêcher l'autolyse et lorsqu'il est ajouté au HCl, il devient actif et est alors appelé pepsine et est utilisé pour convertir les protéines.
    • Pro-rennine - lorsqu'il est ajouté au HCl, il forme de la rénine utilisée pour coaguler le caséinogène et augmenter la surface permettant une chance de digestion.
    • Acide chlorhydrique (HCl)
    • Mucus

    Une fois que la nourriture pénètre dans l'estomac, la paroi musculaire se contracte et se détend pour baratter et mélanger la nourriture. Pour rendre cela vraiment efficace, la muqueuse de l'estomac a une couche supplémentaire de muscle oblique (diagonale) du côté de la lumière du muscle circulaire.

    La muqueuse contient du mucus cellules caliciformes dans la couche d'épithélium cylindrique. Ce mucus crée une barrière et empêche l'autodigestion (digestion des tissus d'un organisme par ses propres enzymes).

    Dans la paroi de l'estomac sont fosses (glandes gastriques) créé par les replis de l'épithélium. Certaines cellules tapissant les fosses sont appelées les cellules principales. Ceux-ci libèrent une enzyme inactive appelée pepsinogène.

    D'autres cellules appelées Cellules pariétales (ou cellules oxyntiques) libération HCl (acide hydrochlorique).

    L'acide a plusieurs effets bénéfiques :

    1. Il crée le pH correct pour que les enzymes fonctionnent efficacement.
    2. Il tue les bactéries qui se sont échappées du lysozyme dans la bouche.
    3. Il élimine une partie de la protéine pepsinogène afin qu'elle devienne active pepsine.

    Il est important d'avoir l'enzyme pepsine car elle commence la digestion des protéines en polypeptides plus courts.

    Le pepsinogène et l'acide sont appelés ensemble le suc gastrique. Ils sont libérés parce que la présence de nourriture dans la bouche, l'odeur de la nourriture, etc. déclenche des impulsions au cerveau qui envoient ensuite des impulsions aux glandes gastriques de l'estomac pour libérer ces substances.

    L'étirement physique de l'estomac lorsqu'il contient de la nourriture stimule les glandes elles-mêmes à sécréter une hormone gastrine. L'hormone est libérée dans le sang et ses cellules cibles sont celles des glandes gastriques, ce qui provoque également la libération du suc gastrique.

    La gastrine stimule également le sphincter pylorique (entre l'estomac et la première partie de l'intestin grêle) pour se détendre. Aliments acides, barattés et partiellement digérés appelés chyme est lentement libéré dans le duodénum.

    • Il s'agit des 20 premiers centimètres de l'intestin grêle et reçoit les sécrétions du foie et du pancréas.
    • La majeure partie de la digestion chimique par les enzymes a lieu dans le duodénum.
    • Entrée de sucs pancréatiques.
    • Lipides décomposés en acides gras.
    • Protéine décomposée en acides aminés.
    • Grande surface due à un grand nombre de villosités (villus).
    • La digestion des glucides a lieu à l'intérieur des cellules.

    La libération de ces substances, comme dans l'estomac, est contrôlée :

    1. Lorsque le chyme acide touche la muqueuse du duodénum, ​​des impulsions sont envoyées au cerveau. Le cerveau envoie alors des impulsions aux glandes gastriques pour ralentir la libération du suc gastrique (puisque la nourriture s'est déplacée). L'acide stimule également la libération d'une hormone appelée sécrétine. La sécrétine affecte le pancréas et le foie et provoque :
      • la libération d'une solution de bicarbonate de sodium par le pancréas et,
      • la production de bile par le foie.
    2. La présence de la nourriture dans le duodénum stimule les glandes à produire leurs enzymes. Il stimule également la libération d'une hormone appelée CCK (cholécystokinine) ou pancréozymine. Il entraîne :
      • la libération de la bile du foie et,
      • la production et la libération de suc pancréatique (contenant des enzymes).
    • Situé dans la paroi du duodénum.
    • Sécrète des sucs alcalins (qui aident à maintenir le pH correct) et du mucus (pour la lubrification et la protection).
    • Produit la bile (stockée dans la vésicule biliaire, transportée par le canal cholédoque).
    • Bile à base de sels biliaires et de sels minéraux.
    • Les sels biliaires aident à la digestion des graisses en les décomposant des gros globules en globules plus petits, abaissant la tension superficielle et créant une plus grande surface.
    • Les sels minéraux neutralisent l'acide gastrique (HCl) à environ 7/8 pH dans l'intestin grêle.
    • Produit des sucs pancréatiques qui contiennent de l'amylase pancréatique, de la lipase pancréatique et du trypsinogène (ou trypsine sous sa forme active).
    • L'amylase pancréatique convertit l'amylose restante (amidon) en maltose.
    • La lipase pancréatique convertit les lipides en acides gras et en glycérol
    • Le trypsinogène, lorsqu'il rencontre l'enzyme entérokinase, est activé et est appelé trypsine. La trypsine continue ensuite à décomposer les protéines lors de la digestion.
    • C'est la partie la plus longue de l'intestin grêle.
    • Sécrète des endopeptidases et des exopeptidases.
    • Les endopeptidases cassent les protéines en petits polypeptides en cassant les liaisons au milieu.
    • Les exopeptidases décomposent également les protéines, mais en prenant des acides aminés uniques à la fin. Les deux travaillent ensemble pour décomposer les protéines en petits acides aminés.
    • Le saccharose est hydrolysé en fructose et glucose par la saccharase.
    • Le maltose est également hydrolysé en deux glucoses par la maltase.
    • Contient des cryptes de Lieberkuhn qui sécrètent de la maltase, de la sucrase, des endopeptidases et des exopeptidases.

    L'absorption se fait par diffusion simple, diffusion facilitée et transport actif.

    Les monosaccharides, les acides aminés (co-transport), les dipeptides et tripeptides sont activement transporté dans les cellules épithéliales tapissant la paroi. On pense que leur absorption est accouplé avec l'absorption du sodium. Cela signifierait que les protéines porteuses ont 2 sites récepteurs, un pour le sodium et un pour le glucose. Ce n'est que lorsque les deux sont remplis qu'ils seraient activement transportés du côté lumière de l'épithélium et dans les cellules. De là, ils diffuser dans les capillaires.

    Les acides gras, le glycérol et les monoglycérides forment des complexes avec les sels biliaires appelés micelles. Les micelles entrent en contact avec les cellules de l'épithélium et les composants graisseux liposolubles diffusent dans la cellule épithéliale, laissant derrière eux les sels biliaires insolubles dans les graisses.

    Dans l'épithélium, les acides gras et le glycérol sont reformés par le réticulum endoplasmique pour fabriquer des triglycérides. Ils sont emballés dans des globules avec du cholestérol et des phospholipides, puis enrobés de protéines à passer de la cellule épithéliale dans le lacté.

    Finalement, ces paquets, appelés chylomicrons, sont vidés dans le sang.


    Pourquoi notre estomac n'est-il pas digéré ?

    Toute la nourriture que nous mangeons va dans notre estomac. Ici, il est divisé en substances plus petites et plus simples et est absorbé dans le sang. Ensuite, le sang transporte ces particules alimentaires vers les différentes cellules du corps, où elles sont utilisées pour fournir de l'énergie à notre corps.

    /> Pourquoi notre estomac n'est-il pas digéré ?

    Comment les aliments sont-ils brisés en plus petites particules ?

    Lorsque nous mangeons, les glandes qui tapissent les parois de l'estomac sécrètent un liquide mince, fortement acide, presque incolore, appelé suc gastrique. Il contient deux types d'enzymes appelées pepsine et rénine qui décomposent les aliments en substances plus simples. Ces enzymes ne peuvent fonctionner que dans un environnement très acide.

    C'est pourquoi les sucs gastriques contiennent un acide très fort appelé acide chlorhydrique. C'est un liquide incolore ou légèrement jaune, corrosif et fumant. L'acide est si fort qu'il peut corroder le métal et brûler presque tout ce qui le touche.

    Bien que tous les humains portent cet acide fort dans leur estomac, étonnamment, cela ne leur fait pas de mal. Cela est dû à la présence d'un liquide blanc et visqueux qui s'écoule de notre nez. C'est ce qu'on appelle du mucus.

    C'est un mélange visqueux de mucines, d'eau, d'électrolytes, de cellules épithéliales, qui forment la paroi interne de la peau, et de leucocytes, qui sont des globules blancs qui combattent les maladies. Elle est sécrétée par des glandes présentes à la surface de notre nez et de notre estomac.

    Les mucines sont des glycoprotéines qui rendent toute substance visqueuse et agissent comme un lubrifiant.

    Pourquoi notre estomac n'est-il pas digéré ? [Illustration d'Anup Singh]

    Le mucus sécrété par différentes parties de notre corps a des fonctions spéciales. Dans notre nez, il sert de lubrificateur et empêche la saleté et la poussière de pénétrer profondément dans le nez et facilite également la respiration. Dans notre estomac, il forme une couche entre les sucs gastriques mortels et la paroi des parois de l'estomac. Cette muqueuse empêche l'acide présent dans les sucs gastriques d'endommager l'estomac.

    Cette paroi créée par la couche de mucus s'appelle la membrane muqueuse. Il se comporte comme un gant résistant aux acides que l'estomac utilise pour éviter de se brûler en utilisant des acides nocifs.


    Sodium

    Le sodium est un élément métallique, mais vous ne rencontrerez pas de sodium métallique pur dans la nature car il est très réactif. Au lieu de cela, le sodium se présente dans la nature sous la forme de divers sels. Ce sont des composés de particules de sodium chargées positivement combinées chimiquement avec des particules chargées négativement d'autres éléments ou composés. Un sel de sodium courant est le chlorure de sodium. D'autres sels de sodium courants comprennent le bicarbonate de sodium, qui est du bicarbonate de soude, et l'hydroxyde de sodium, ou lessive.


    Quelles cellules produisent le HCl produit dans l'estomac ? Ces cellules ne sont-elles pas détruites par le HCl ? - La biologie

    Les ruminants ont un système digestif unique qui leur permet d'utiliser l'énergie de la matière végétale fibreuse mieux que les autres herbivores, écrivent le Dr Jane A. Parish, le Dr J. Daniel Rivera et le Dr Holly T. Boland dans ce rapport du Mississippi State University Extension Service.

    Le bétail ruminant comprend les bovins, les moutons et les chèvres. Les ruminants sont des mammifères à sabots dotés d'un système digestif unique qui leur permet de mieux utiliser l'énergie provenant de la matière végétale fibreuse que les autres herbivores.

    Contrairement aux monogastriques tels que les porcs et les volailles, les ruminants ont un système digestif conçu pour fermenter les aliments et fournir des précurseurs d'énergie pour l'animal à utiliser. En comprenant mieux le fonctionnement du système digestif des ruminants, les éleveurs peuvent mieux comprendre comment soigner et nourrir les ruminants.

    Anatomie et fonction digestives des ruminants

    Le système digestif des ruminants qualifie de manière unique les animaux ruminants tels que les bovins pour utiliser efficacement des aliments riches en fourrage grossier, y compris les fourrages. L'anatomie du système digestif des ruminants comprend la bouche, la langue, les glandes salivaires (produisant la salive pour tamponner le pH du rumen), l'œsophage, l'estomac à quatre compartiments (rumen, réticulum, omasum et caillette), le pancréas, la vésicule biliaire, l'intestin grêle (duodénum, ​​jéjunum, et iléon) et le gros intestin (ccum, côlon et rectum).

    Un ruminant utilise sa bouche (cavité buccale) et sa langue pour récolter des fourrages pendant le pâturage ou pour consommer des aliments récoltés. Les bovins récoltent le fourrage pendant le pâturage en enroulant leur langue autour des plantes, puis en tirant pour déchirer le fourrage pour la consommation. En moyenne, les bovins prennent de 25 000 à plus de 40 000 morsures préhensiles pour récolter du fourrage tout en pâturant chaque jour. Ils passent généralement plus d'un tiers de leur temps à brouter, un tiers de leur temps à ruminer (ruminer) et un peu moins d'un tiers de leur temps à tourner au ralenti là où ils se trouvent, ni à brouter ni à ruminer.

    Le toit de la bouche des ruminants est un palais dur/mous sans incisives. Les incisives de la mâchoire inférieure agissent contre ce coussin dentaire dur. Les incisives des sélecteurs d'herbe/de fourrage sont larges avec une couronne en forme de pelle, tandis que celles des sélecteurs de concentré sont plus étroites et en forme de ciseau. Les prémolaires et les molaires correspondent entre les mâchoires supérieure et inférieure. Ces dents écrasent et broient la matière végétale lors de la mastication et de la rumination initiales.

    La salive facilite la mastication et la déglutition, contient des enzymes pour la dégradation des graisses (lipase salivaire) et de l'amidon (amylase salivaire) et participe au recyclage de l'azote dans le rumen. La fonction la plus importante de la salive est de tamponner les niveaux de pH dans le réticulum et le rumen. Une vache adulte produit jusqu'à 50 litres de salive par jour, mais cela varie en fonction du temps passé à mâcher les aliments, car cela stimule la production de salive.

    Le fourrage et les aliments pour animaux se mélangent avec de la salive contenant du sodium, du potassium, du phosphate, du bicarbonate et de l'urée lorsqu'ils sont consommés, pour former un bolus. Ce bolus passe ensuite de la bouche au réticulum par un passage en forme de tube appelé œsophage. Les contractions musculaires et les différences de pression transportent ces substances de l'œsophage vers le réticulum.

    Les ruminants mangent rapidement, avalant une grande partie de leurs aliments sans les mâcher suffisamment (< 1,5 pouces). L'œsophage fonctionne de manière bidirectionnelle chez les ruminants, leur permettant de régurgiter leur ruminant pour une mastication supplémentaire, si nécessaire. Le processus de rumination ou « mâcher le ruminant » est l'endroit où le fourrage et d'autres aliments sont renvoyés dans la bouche pour être mâchés davantage et mélangés à la salive. Ce ruminant est ensuite à nouveau avalé et passé dans le réticulum. Ensuite, la partie solide se déplace lentement dans le rumen pour la fermentation, tandis que la majeure partie de la partie liquide se déplace rapidement du réticulorumen vers l'omasum, puis la caillette. La partie solide laissée dans le rumen reste généralement jusqu'à 48 heures et forme un tapis dense dans le rumen, où les microbes peuvent utiliser les aliments fibreux pour fabriquer des précurseurs énergétiques.

    Les vrais ruminants, tels que les bovins, les moutons, les chèvres, les cerfs et les antilopes, ont un estomac avec quatre compartiments : le rumen, le réticulum, l'omasum et la caillette. L'estomac des ruminants occupe près de 75 pour cent de la cavité abdominale, remplissant presque tout le côté gauche et s'étendant considérablement dans le côté droit. La taille relative des quatre compartiments est la suivante : le rumen et le réticulum représentent 84 pour cent du volume de l'estomac total, l'omasum 12 pour cent et la caillette 4 pour cent. Le rumen est le plus grand compartiment de l'estomac, pouvant contenir jusqu'à 40 gallons chez une vache adulte.

    Le réticulum contient environ 5 gallons chez la vache adulte. En règle générale, le rumen et le réticulum sont considérés comme un seul organe car ils ont des fonctions similaires et ne sont séparés que par un petit pli de tissu musculaire. Ils sont collectivement appelés le réticulorumen. L'omasum et la caillette peuvent contenir jusqu'à 15 et 7 gallons, respectivement, chez la vache adulte.

    Le réticulorumen abrite une population de micro-organismes (microbes ou &ldquorumen bugs&rdquo) qui comprennent des bactéries, des protozoaires et des champignons. Ces microbes fermentent et décomposent les parois cellulaires végétales en leurs fractions glucidiques et produisent des acides gras volatils (AGV), tels que l'acétate (utilisé pour la synthèse des graisses), le priopionate (utilisé pour la synthèse du glucose) et le butyrate à partir de ces glucides. L'animal utilise plus tard ces AGV pour l'énergie.

    Le réticulum est appelé &ldquohoneycomb&rdquo en raison de l'apparence en nid d'abeille de sa doublure. Il se trouve en dessous et vers l'avant du rumen, contre le diaphragme. L'ingesta s'écoule librement entre le réticulum et le rumen. La fonction principale du réticulum est de collecter les plus petites particules de digesta et de les déplacer dans l'omasum, tandis que les plus grosses particules restent dans le rumen pour une digestion ultérieure.

    Le réticulum piège et collecte également les objets lourds/denses que l'animal consomme. Lorsqu'un ruminant consomme un clou, un fil de fer ou tout autre objet pointu et lourd, il est très probable que l'objet soit pris dans le réticulum. Au cours des contractions normales du tube digestif, cet objet peut pénétrer dans la paroi du réticulum et se diriger vers le cœur, où il peut entraîner une maladie matérielle. Le réticulum est parfois appelé « l'estomac matériel. » La maladie du matériel est discutée en détail dans la publication 2519 du service d'extension de l'Université de l'État du Mississippi, « Troubles nutritionnels des bovins de boucherie. »

    Le rumen est parfois appelé « ldquopaunch ». Il est tapissé de papilles pour l'absorption des nutriments et divisé par des piliers musculaires en sacs dorsal, ventral, caudodorsal et caudoventral. Le rumen agit comme une cuve de fermentation en accueillant la fermentation microbienne. Environ 50 à 65 pour cent de l'amidon et du sucre soluble consommés sont digérés dans le rumen. Les micro-organismes du rumen (principalement des bactéries) digèrent la cellulose des parois cellulaires végétales, digèrent l'amidon complexe, synthétisent des protéines à partir d'azote non protéique et synthétisent des vitamines B et K. Le pH du rumen varie généralement de 6,5 à 6,8. L'environnement du rumen est anaérobie (sans oxygène). Les gaz produits dans le rumen comprennent le dioxyde de carbone, le méthane et le sulfure d'hydrogène. La fraction gazeuse monte au sommet du rumen au-dessus de la fraction liquide.

    L'omasum est sphérique et relié au réticulum par un court tunnel. On l'appelle le &ldquomany piles&rdquo ou la &ldquoboucher&rsquos bible&rdquo en référence aux nombreux plis ou feuilles qui ressemblent aux pages d'un livre. Ces plis augmentent la surface, ce qui augmente la surface qui absorbe les nutriments des aliments et de l'eau. L'absorption d'eau se produit dans l'omasum. Les bovins ont un grand omasum très développé.

    La caillette est l'« estomac » d'un ruminant. C'est le compartiment qui ressemble le plus à un estomac chez un non-ruminant. La caillette produit de l'acide chlorhydrique et des enzymes digestives, telles que la pepsine (dégrade les protéines), et reçoit des enzymes digestives sécrétées par le pancréas, telles que la lipase pancréatique (dégrade les graisses). Ces sécrétions aident à préparer les protéines à être absorbées dans les intestins. Le pH de la caillette est généralement compris entre 3,5 et 4,0. Les cellules principales de la caillette sécrètent du mucus pour protéger la paroi de la caillette des dommages acides.

    L'intestin grêle et le gros intestin suivent la caillette en tant que sites supplémentaires d'absorption des nutriments. L'intestin grêle est un tube pouvant atteindre 150 pieds de long avec une capacité de 20 gallons chez une vache adulte. Le digestat entrant dans l'intestin grêle se mélange aux sécrétions du pancréas et du foie, ce qui élève le pH de 2,5 à entre 7 et 8. Ce pH plus élevé est nécessaire au bon fonctionnement des enzymes de l'intestin grêle. La bile de la vésicule biliaire est sécrétée dans la première partie de l'intestin grêle, le duodénum, ​​pour faciliter la digestion. L'absorption active des nutriments se produit dans tout l'intestin grêle, y compris l'absorption des protéines de contournement du rumen. La paroi intestinale contient de nombreuses projections « semblables à des doigts » appelées villosités qui augmentent la surface intestinale pour faciliter l'absorption des nutriments. Les contractions musculaires aident à mélanger le digesta et à le déplacer vers la section suivante.

    Le gros intestin absorbe l'eau des matières qui le traversent, puis excrète les matières restantes sous forme de matières fécales du rectum. Le caecum est une grande poche aveugle au début du gros intestin, d'environ 3 pieds de long avec une capacité de 2 gallons chez la vache mature. Le caecum remplit peu de fonction chez un ruminant, contrairement à son rôle chez les chevaux. Le côlon est le siège de la majeure partie de l'absorption d'eau dans le gros intestin.

    Développement digestif des ruminants

    Les ruminants immatures, tels que les jeunes veaux en croissance de la naissance à environ 2 à 3 mois, sont fonctionnellement non ruminants. Le sillon réticulaire (parfois appelé sillon œsophagien) chez ces jeunes animaux est formé par les plis musculaires du réticulum. Il dirige le lait directement vers l'omasum, puis la caillette, en contournant le réticulorumen. Le rumen de ces animaux doit être inoculé avec des micro-organismes du rumen, notamment des bactéries, des champignons et des protozoaires. On pense que cela est accompli par les ruminants matures léchant les veaux et le contact environnemental avec ces micro-organismes.

    Les ruminants immatures doivent subir une croissance réticulorumomasale, y compris des augmentations de volume et de muscle. Chez un veau à la naissance, la caillette est le plus grand compartiment de l'estomac, représentant plus de 50 pour cent de la surface totale de l'estomac. Le réticulorumen et l'omasum représentent 35 pour cent et 14 pour cent de la surface totale de l'estomac chez le veau nouveau-né. Au fur et à mesure que les ruminants se développent, le réticulorumen et l'omasum se développent rapidement et représentent des proportions croissantes de la surface totale de l'estomac. Chez les bovins matures, la caillette ne représente que 21 pour cent de la capacité totale de l'estomac, tandis que le réticulorumen et la caillette représentent respectivement 62 et 24 pour cent de la surface totale de l'estomac. Les papilles du rumen (sites d'absorption des nutriments) s'allongent et diminuent en nombre dans le cadre du développement du rumen.

    Étant donné que les ruminants immatures n'ont pas de rumen fonctionnel, les recommandations d'alimentation diffèrent pour les ruminants en développement par rapport aux ruminants adultes. Par exemple, il est recommandé que les ruminants immatures ne soient pas autorisés à accéder aux aliments contenant de l'azote non protéique comme l'urée. Les ruminants en développement sont également plus sensibles au gossypol et aux niveaux de graisses alimentaires que les ruminants matures. Concevoir des programmes nutritionnels pour les ruminants en tenant compte de l'âge des animaux.

    Types d'alimentation des ruminants

    Sur la base des régimes alimentaires qu'ils préfèrent, les ruminants peuvent être classés en différents types d'alimentation : sélecteurs de concentrés, mangeurs d'herbe/de fourrage grossier et types intermédiaires. Les tailles relatives des divers organes du système digestif diffèrent selon le type d'alimentation des ruminants, créant des différences dans les adaptations alimentaires. La connaissance des préférences de pâturage et des adaptations parmi les espèces de bétail ruminant aide à planifier les systèmes de pâturage pour chaque espèce individuelle et également pour plusieurs espèces pâturées ensemble ou sur la même superficie.

    Les sélecteurs de concentré ont un petit réticulorumen par rapport à la taille du corps et parcourent sélectivement les arbres et les arbustes. Les cerfs et les girafes sont des exemples de sélecteurs de concentrés. Les animaux de ce groupe de ruminants sélectionnent des plantes et des parties de plantes riches en substances nutritives et facilement digestibles telles que l'amidon végétal, les protéines et les graisses. Par exemple, les cerfs préfèrent les légumineuses aux graminées. Les sélecteurs de concentrés sont très limités dans leur capacité à digérer les fibres et la cellulose des parois cellulaires végétales.

    Les mangeurs d'herbe/de fourrage (mangeurs de vrac et de fourrage) comprennent les bovins et les moutons. Ces ruminants dépendent d'un régime alimentaire composé d'herbes et d'autres matières végétales fibreuses. Ils préfèrent les régimes d'herbes fraîches aux légumineuses, mais peuvent gérer de manière adéquate les aliments à fermentation rapide. Les mangeurs d'herbe/de fourrage grossier ont des intestins beaucoup plus longs par rapport à la longueur du corps et une proportion plus courte de gros intestin par rapport à l'intestin grêle par rapport aux sélecteurs de concentré.

    Les chèvres sont classées comme types intermédiaires et préfèrent les plantes herbacées et les plantes fourragères telles que les plantes ligneuses et arbustives. Ce groupe de ruminants a des adaptations à la fois des sélecteurs de concentré et des mangeurs d'herbe/de fourrage. Ils ont une capacité juste mais limitée à digérer la cellulose dans les parois cellulaires végétales.

    Digestion des glucides

    Pendant très longtemps

    Dans les régimes riches en fourrage, les ruminants ruminent ou régurgitent souvent le fourrage ingéré. Cela leur permet de « mâcher leur bouillie » pour réduire la taille des particules et améliorer la digestibilité. Au fur et à mesure que les ruminants passent à des régimes alimentaires plus concentrés (à base de céréales), ils ruminent moins.

    Une fois à l'intérieur du réticulorumen, le fourrage est exposé à une population unique de microbes qui commencent à fermenter et à digérer les composants de la paroi cellulaire végétale et à décomposer ces composants en glucides et sucres. Les microbes du rumen utilisent des glucides ainsi que de l'ammoniac et des acides aminés pour se développer. Les microbes fermentent les sucres pour produire des AGV (acétate, propionate, butyrate), du méthane, du sulfure d'hydrogène et du dioxyde de carbone. Les AGV sont ensuite absorbés à travers la paroi du rumen, où ils se dirigent vers le foie.

    Une fois au niveau du foie, les AGV sont convertis en glucose via la néoglucogenèse. Parce que les parois cellulaires végétales sont lentes à digérer, cette production d'acide est très lente. Couplé à une rumination de routine (mastication et remastication du ruminant) qui augmente le flux salivaire, cela donne un environnement de pH plutôt stable (autour de 6,0).

    Hauteur - Aliments concentrés (Grain)

    Lorsque les ruminants sont nourris avec des rations riches en céréales ou en concentré, le processus de digestion est similaire à la digestion du fourrage, à quelques exceptions près. En règle générale, avec un régime riche en céréales, il y a moins de mastication et de rumination, ce qui entraîne moins de production de salivation et d'agents tampons. De plus, la plupart des céréales ont une concentration élevée de glucides facilement digestibles, contrairement aux glucides plus structurels que l'on trouve dans les parois cellulaires des plantes. Ce glucide facilement digestible est rapidement digéré, ce qui entraîne une augmentation de la production d'AGV.

    Les concentrations relatives des AGV sont également modifiées, le propionate étant produit en plus grande quantité, suivi de l'acétate et du butyrate. Moins de méthane et de chaleur sont également produits. L'augmentation de la production d'AGV conduit à un environnement plus acide (pH 5,5). Il provoque également un changement dans la population microbienne en diminuant le fourrage à l'aide de la population microbienne et conduit potentiellement à une diminution de la digestibilité des fourrages.

    L'acide lactique, un acide fort, est un sous-produit de la fermentation de l'amidon. La production d'acide lactique, associée à l'augmentation de la production d'AGV, peut dépasser la capacité des ruminants à tamponner et à absorber ces acides et conduire à une acidose métabolique. L'environnement acide entraîne des lésions tissulaires dans le rumen et peut entraîner des ulcérations de la paroi du rumen. Veillez à fournir un fourrage adéquat et à éviter les situations pouvant conduire à une acidose lors de l'alimentation des ruminants avec des régimes riches en concentrés. L'acidose est discutée en détail dans la publication 2519 du Mississippi State University Extension Service, &ldquoBeef Cattle Nutritional Disorders.

    Digestion des protéines

    Two sources of protein are available for the ruminant to use: protein from feed and microbial protein from the microbes that inhabit its rumen. A ruminant is unique in that it has a symbiotic relationship with these microbes. Like other living creatures, these microbes have requirements for protein and energy to facilitate growth and reproduction. During digestive contractions, some of these microorganisms are &ldquowashed&rdquo out of the rumen into the abomasum where they are digested like other proteins, thereby creating a source of protein for the animal.

    All crude protein (CP) the animal ingests is divided into two fractions, degradable intake protein (DIP) and undegradable intake protein (UIP, also called &ldquorumen bypass protein&rdquo). Each feedstuff (such as cottonseed meal, soybean hulls, and annual ryegrass forage) has different proportions of each protein type. Rumen microbes break down the DIP into ammonia (NH3) amino acids, and peptides, which are used by the microbes along with energy from carbohydrate digestion for growth and reproduction.

    Excess ammonia is absorbed via the rumen wall and converted into urea in the liver, where it returns in the blood to the saliva or is excreted by the body. Urea toxicity comes from overfeeding urea to ruminants. Ingested urea is immediately degraded to ammonia in the rumen.

    When more ammonia than energy is available for building protein from the nitrogen supplied by urea, the excess ammonia is absorbed through the rumen wall. Toxicity occurs when the excess ammonia overwhelms the liver&rsquos ability to detoxify it into urea. This can kill the animal. However, with sufficient energy, microbes use ammonia and amino acids to grow and reproduce.

    The rumen does not degrade the UIP component of feedstuffs. The UIP &ldquobypasses&rdquo the rumen and makes its way from the omasum to the abomasum. In the abomasum, the ruminant uses UIP along with microorganisms washed out of the rumen as a protein source. Protein as a nutrient in ruminant diets is discussed in detail in Mississippi State University Extension Service Publication 2499, &ldquoProtein in Beef Cattle Diets.&rdquo

    Importance of Ruminant Livestock

    Importance of Ruminant Livestock The digestive system of ruminants optimizes use of rumen microbe fermentation products. This adaptation lets ruminants use resources (such as high-fiber forage) that cannot be used by or are not available to other animals. Ruminants are in a unique position of being able to use such resources that are not in demand by humans but in turn provide man with a vital food source. Ruminants are also useful in converting vast renewable resources from pasture into other products for human use such as hides, fertilizer, and other inedible products (such as horns and bone).

    One of the best ways to improve agricultural sustainability is by developing and using effective ruminant livestock grazing systems. More than 60 percent of the land area in the world is too poor or erodible for cultivation but can become productive when used for ruminant grazing. Ruminant livestock can use land for grazing that would otherwise not be suitable for crop production. Ruminant livestock production also complements crop production, because ruminants can use the byproducts of these crop systems that are not in demand for human use or consumption. Developing a good understanding of ruminant digestive anatomy and function can help livestock producers better plan appropriate nutritional programs and properly manage ruminant animals in various production systems.


    ELI5:How does the human body create gastric acid?

    Does it just split salt into chlorine? where else would it get chlorine from to make HCL?

    Parietal cells in your stomach secrete HCl

    The Cl comes from your diet. The Parietal cell takes the Cl from your blood and delivers it directly into your stomach.

    The H comes from the parietal cell making carbonic acid from water and carbon dioxide. The carbonic acid dissociates in the cell to H + HCO3. The HCO3 goes into the blood. The H goes into the stomach.

    The H and Cl are secreted together into the stomach where they form HCl

    Gastric acid is produced by cells lining the stomach, which are coupled in feedback systems to increase acid production when needed. Other cells in the stomach produce bicarbonate, a base, to buffer the fluid, ensuring that it does not become too acidic. These cells also produce mucus, which forms a physical barrier to prevent gastric acid from damaging the stomach. Cells in the beginning of the small intestine, produce large amounts of bicarbonate to completely neutralize any gastric acid that passes further down into the digestive tract.

    Also hydrochloric acid is produced by parietal cells (also called oxyntic cells) in the gastric glands in the stomach. Its secretion is a complex and relatively energetically expensive process.

    OK, I fear I need to cover a bit of ground to answer all three of your questions.

    Does it just split salt into chlorine?

    Common table salt is sodium chloride. C'est un électrolyte, which means that when it dissolves, it separates into positive sodium ions, and negative chlorine ions. This happens naturally anytime NaCl meets water, it requires no intervention from the body at all. For example, Epsom salt is magnesium sulfate. When dissolved, it separates into positive magnesium ions and negative sulfate ions. This is true of most water soluble salts.

    industrially, Hydrochloric acid is produced by dissolving hydrogen chloride gas in water. The hydrogen chloride reacts with the water to form positive Hydronium ions, H3O + , and negative chloride ions Cl - .

    Note that most acids are technically solutions with water and some other compound which reacts with it to form an hydronium and some other ion. For example sulfuric acid is formed by mixing sulfur trioxide (SO3) with H2O.

    In both sulfuric acid and hydrochloric acid, the negative ions are considered Spectators They just hang around afterwards, and only serve to keep the overall charge of the solution zero. The vast majority of acids are solutions that contain large amounts of hydronium (H3O + ) ions. In fact the term pH is an inverse measurement of the concentration of H3O -

    How does the human body create gastric acid?

    However, the way the stomach creates gastric acid is quite different from the way most acids are produced industrially.

    A third major point I need to make here is that water itself is very slightly an electrolyte. This plays a huge role in biochemistry.

    Rarely, water reacts with itself and splits into H3O + and OH - ions. These ions wander around briefly, until each of these finds other Oh - and H3O + ions respectively, and neutralize each other again. But this is a cycle that is constantly repeating itself. So there are a small number of H3O+ ions floating around even in pure water.

    Special cells in "Gastric Pits" or gastric glands , capture these H3O + ions, and use energy (in the form of ATP) to pompe them outwards, into the stomach contents. But this quickly causes the stomach contents to be positively charged.

    where else would it get chlorine from to make HCL?

    Most cells in the body posses special chloride channel proteins. these act as gatekeepers that allow negative chloride ions to travel freely in and out of cells, fluids, and tissues.

    In the stomach these channels allow negative Cl - ions to travel into the stomach contents, to neutralize the excess positive charge created by pumping. The net effect of this is that hydrochloric acid is created in the stomach. But, the term "Stomach acid" is probably most accurate. If you eat a banana, the stomach turns it into banana acid. If you eat bacon, it gets turned into bacon acid.


    The beet test


    Eat beets. If they turn your urine pink/red, then you have low stomach acid. Stomach acid is a very important first step in digestion. Without enough, you can't absorb B12, and you have trouble absorbing zinc as well as several other nutrients. If you don't have adequate stomach acid, proteins aren't broken down properly, and so they can cause trouble in the small intestine and/or get absorbed whole into the bloodstream.

    Gluten and casein are famous for being addictive because they form opiod-like substances. Stomach acid is necessary to prevent them from becoming opiods.

    Histamine helps trigger the release of stomach acid. Histamine is found in several foods, especially ferments, so pile on another reason to eat ferments with every meal. Adequate zinc is also necessary to produce stomach acid (remember what's not absorbed well without it?).

    For more information about healing naturally, keep updated on Facebook Heal Thyself!

    P.S. Favorite Posts:

    (photo and favorite links added by Admin.)

    Replies to This Discussion

    If one system (digesting proteins with HCl in the stomach) doesn't work, then the next system addresses the problem, if it is functioning. If the HCl is present with zinc and B1 and B6, then the proteins are digested!!

    If you don't have enough HCl, easy to address!

    Quote from 'Gut and Psychology Syndrome by Dr. Natasha Campbell McBride.

    "Hypochlorhydria
    People with abnormal gut flora almost without exception have low stomach acid production. Toxins produced by overgrowth of Candida species, Clostridia and other pathogens have a strong ability to reduce secretion of stomach acid.

    What does it mean and why is it important?

    The stomach is the place where protein digestion begins. Hydrochloric acid produced by the stomach walls activates pepsin, a protein-digesting enzyme, which starts breaking down the very complex structure of dietary proteins into peptides and amino acids. To do its work properly pepsin needs the pH of the stomach to be 3 or below. In Hypochlorhydria not enough acid is produced, so the pH in the stomach is not low enough for pepsin to do its job properly."

    "As a result of low stomach acid production the whole process of protein digestion in the body goes wrong from the very beginning. The maldigested protein then passes through to the small intestine. The intestinal wall and pancreatic enzymes, which accomplish further steps in the protein digestion, expect the protein to arrive from the stomach in a particular form in order to do their job properly. It is like a conveyer belt or an assembly line in a factory. If the first person does a poor job, then no matter how well the rest of the people in the line may work, the end product is likely to be of a poor quality. However, what happens in the body is even worse. The problem is that in the body 'the rest of the line' cannot work properly either, because it is regulated by the first person. This first person is the stomach acid."

    A lack of stomach acid raises further and more serious implications. It is a barrier against harmful microbes from anything we put in our mouth. Without that protection, those pathogens can get through to the intestines and set up home. Once they are in there they can trigger symptoms in any part of the body. As Natasha continues.

    QUOTE
    Normally the stomach is the least populated area of the digestive system due to its extremely acid environment. However, in a person with Hypochlorhydria all sorts of pathogenic and opportunistic bacteria and fungi can grow on the stomach wall, such as Helicobacter Pylori, Campylobacter pylori, Enterobacteria, Candida, Salmonella, E.Coli, Streptococci, etc. The most research in this area has been done in stomach cancer patients, the majority of which show low levels of stomach acid production. Microbes, which populate low acid stomach play a very important role in causing stomach cancer, ulcers and gastritis.

    Of course, most of these microbes love to eat carbohydrates, particularly the processed kind. The digestion of carbohydrates starts in the mouth with the action of saliva. When the food arrives in the stomach in the normal situation stomach acid stops this digestion. So, carbohydrates have to wait until they arrive in the duodenum to be digested. But in the stomach with low acidity overgrowing microbes start fermenting dietary carbohydrates, often with the production of various toxins and gas, which can make it very uncomfortable. "
    http://www.celiac.com/gluten-free/in. howtopic=53628

    So, then with abnormal gut flora, and undigested proteins, you end up with Leaky Gut!

    If you have functional detox pathways, the toxins get excreted through urine, stool, skin, and breastmilk.

    From the "Health Benefits of Fermenting Foods":
    "Ever since people have been eating food, they have been using these friendly critters to ferment at least some of them. From meat and milk to grains and vegetables, lacto-fermenting (or fermenting using lactic acid producing bacterium) has promoted thorough digestion and good health for centuries.

    Fermenting a food increases it’s digestibility in several ways. First it pre-digests the food making for less work for your body. Second it adds to its enzyme content. Third it adds lactic acid and lactic acid producing bacteria to the intestinal tract where they continue their digestive properties as well as controlling pathogens such as parasites and Candida albicans. They promote formation of B vitamins and enzymes in the intestines. They can neutralize cancer causing substances and protect you from their effects. The presence of lactic acid is vital to proper digestion, but in this day of antibiotics and fake foods, our own population of lactobacilli are often lacking."


    Eat some sauerkraut! Drink some kefir!!

    How long have you had symptoms? How long have you been consuming ferments? Any history of antibiotics, antacids, eczema, allergies?

    Do you get enough vit D from the sun? Latitude matters.

    Are you soaking grains? Is dairy an issues? Type of dairy source? Do you eat meat or eggs? B12 source? EFA?

    What about bone broths? Dark, leafy greens? Selenium? Vit C? You might try alkalizing the body with lemon juice in water for sipping. There are more suggestions here: http://heal-thyself.ning.com/forum/topics/healing-leaky-gut-with-food

    Also, Epsom salt baths are great for detoxing and magnesium.

    Do you have mercury fillings in your teeth? Any heavy metal toxicity? Are you nursing?

    I have a list of 'inquiry' (below) for you. -)

    The thing that popped out is the rice. I just read that it is acid forming in the body. You can read more about alkaline foods and acid forming foods here: http://www.mothering.com/discussions/showpost.php?p=12710742&po.

    Everything seems to indicate that we need more "alkaline" foods (80% of our diet), because "too much" acidity in the body causes illness. Adding lemon to your drinking water helps to alkalize the body. It is paradoxical. But, helps with detox. Caution with mercury fillings and nursing.

    Acidic foods to avoid: grains, meat, beans, egg, cheese, peanuts, butter, chocolate, honey, mayo, vinegar, wine, Brazil nuts, pecans, walnuts.

    Soaking the rice in an acid medium neutralizes the phytic acid. Just soak overnight with a splash of ACV and it provides about 12x more bio-available nutrients of magnesium, zinc, iron, calcium! http://www.rebuild-from-depression.com/blog/2007/05/rice_and_phytic.

    But, consider other more protein rich grain alternatives: oats, buckwheat, quinoa, amaranth, tritacale, millet, barley, spelt, and Kamut. I make Sue Gregg's blender batter pancakes and other baking by soaking whole grains. I use a bunch of those different ones. I buy them in bulk and then just mix them all up together, so I have one place to scoop out "grains". That way, I'm getting so many more varieties of grain and nutrients. Here method uses a regular blender and *whole* grains!
    http://www.suegregg.com/recipes/breakfasts/blenderbatterwaffles/ble.

    Also, most all corn sold for food is GMO-corn. It is much more allergenic and less well tolerated by the gut. We only eat organic corn, now.

    I'm curious about the reaction to "nuts". Hives, rash, upset stomach? Do you avoid other 'tree nuts'? What about adding pumpkin seeds and sunflower seeds, both are high in zinc. Walnuts? They are high in Omega 3 and manganese and tryptophan.

    I'm not keen on bottled probiotics or bottled enzymes, personally. Both, seem to bypass and disrupt the body's balance of them, imo. Single strain, or limited strain probiotics are expensive and rarely helpful, imo. I trust the body to be self-correcting with whole food nourishment. There are ways to enhance the enzyme content of our diet, naturally.

    I was a bit concerned about your vit A consumption. You might add it up and see how much you are consuming with the "large dose of CLO". You can get too much, and it needs to be in ratio to vit D. And vit K is relevant here too.

    Same with selenium. It is necessary, but too much is easy with supplements. Consider counting it up.

    Regarding the licorice. Je suis confus. From a bit of reading, it appears that licorice root acts as a steroid. Steroids have rebound issues. Additionally, they alter the other sex hormones, from my understanding. The low blood pressure hinted at adrenal issues. The nutrients are important to adrenal support and hormonal balance. Especially magnesium, which is deficient in our soil and food sources. The Natural Calm and Epsom salts are really important. But, so inconvenient, imo. I forget the Mg too often. Haven't taken it yet today, myself. :-)

    Here is a list of natural antifungal, antibacterial, antiparasitic foods and spices to include routinely in your diet. That is a traditional route of facilitating the body to balance. http://www.mothering.com/discussions/showpost.php?p=12680219&po. Have you heard of the "Master Tonic"? http://www.mothering.com/discussions/showthread.php?t=1017724&h.

    Also, consider including legumes, which are high in molybdenum, which is essential for opening detox pathways. Although, they are acid forming. Soak overnight to improve bio-availability of nutrients, significantly.

    Read a bit more about methionine. Methionine is found in good quantities in meat, fish, beans, eggs, garlic, lentils, onions, yogurt and seeds, soybeans. http://heal-thyself.ning.com/forum/topics/nutrient-dense-foods?id=2814160%3ATopic%3A404&page=2#comments

    Do you drink milk? Raw? A lot of cheese? All acid forming. I was an ovo lacto vegetarian for some years. I lived on milk and eggs. All acid forming foods.

    A few foods to consider adding for their nutrient density are blueberries, pumpkin, broccoli, beets, tomatoes. We like all of those, but we don't include them regularly. I'm trying to offer them more to my family. We eat them. I just don't buy them often. More now that I realize. Also, check the links for more easy foods to maximize nutrition, and minimize the need for supplements.
    100 World's Healthiest Foods: http://www.whfoods.com/foodstoc.php
    30 Essential Nutrients: http://www.whfoods.com/nutrientstoc.php

    I consumed a lot of my protein from dairy, because it was convenient. Cottage cheese, yogurt, milk, ice cream, etc. I "needed" that boost with adrenal fatigue. Now I realize I can get complete amino acids from vegetables, if I juice a wide variety of dark leafy greens. You can read more about 'green smoothies': http://forum.gotgreensrevolution.com/index.php?topic=8.0

    Also, check out this breathing exercise, which 'Calm' posted last year to her blog. This TOTALLY relates to acid/base in the body. We must breath more to blow off excess CO2 (which is an acid), if it builds up in the body too quickly.
    http://underanaustraliansun.blogspot.com/2007/05/take-carbon-dioxid.

    Hope that helps, take what is useful. I bet you know most of it. Je fais. But, I don't always do it. LOL It was very helpful to me to go through this with you.

    I have just today begun reading here so I may have missed it. Can someone clarify the difference between the concepts of needing enough acid in the stomach and needing to avoid acidifying foods? Merci!

    Briefly, foods have different. forgot you are an engineer. There are a bunch of you engineers around here. LOL Let me find a scientific explanation.

    "When a food is ingested, digested, and absorbed, each component of that food will present itself to the kidneys as either an acid-forming compound or a base-forming one. "

    The stomach "acid", HCl helps to digest food. When it is inadequate, you get "wrong" bacteria overgrowth, and poor nutrient absorption. Basically. (no pun intended! LOL)

    There are two different locations (well many) where the ph varies in the body. Like the mouth has a different ph, than the bladder, gut, blood, etc. But, the overall blood ph becomes more and more acidic, affecting the whole body's cells ability to function, when our "overall" food intake results in acidity.

    I found this article recently, which explains this complex subject more clearly. http://www.johnberardi.com/articles/nutrition/bases.htm

    Thanks for the link, Pat. I'm actually a scientist, a chemist. I thought about becoming an engineer but my dad is one so. ha ha (Dean will be one too shortly!)

    Anyway, I was guessing this was the distinction but I had so many questions at once. Berardi is talking about micronutrients, like Ca++, Mg++, Na+, and K+ as ions (minerals) that can *form* bases. And others, anions like sulfates and phosphates, that form acids. It's not clear to me the biochemical pathways that take whole food to an acidic blood (or body) pH but his point that there is a correlation between the cation/anion composition in food and pH of urine is interesting (and supported in the scientific literature I did a quick search). What's bothering me is that it's not possible to find an anion without a counter ion around. A common counter ion to sulfate is calcium. So I don't exactly get how sulfates "make acids" in the body unless there is more complex biochemistry going on. It may be that they strip amino acids of their hydrogen ions making them more reactive or something like that.

    Maybe the counter ions to the "basic" minerals in foods are easily removed by the body, whereas sulfates may not be? And sulfate forms a strong acid, as does phosphate, so maybe it's the strength of the acid formed from the ion that's the issue. (CaSO4 would readily strip H from an amino acid perhaps, leaving the Ca, yes, but in the process acidifying the surrounding medium (with sulfuric acid! ouch), a guess. )

    I will also be looking for more information that correlates urine acidity with blood or kidney or other organ pH.

    This is all great stuff and I'm really excited to be learning all of it. Merci!

    You lost me. LOL Check out the Krebs Cycle. Hated that stuff in chemistry and A&P. MDR

    I know the stuff from the patient end, when folks were too acidic they died. Here is a bit of acid base balance from the Merck Manual: http://www.merck.com/mmhe/sec12/ch159/ch159a.html

    Here is an acid base tutorial, but it isn't simplified! http://www.acid-base.com/

    There are respiratory and metabolic factors involved in acid base balance. http://www.acid-base.com/physiology.php

    The metabolic factors involve digestion, metabolism by the liver, excretion through the gut, kidneys, skin, lungs, breastmilk.

    Apparently, sulfate isn't consumed in isolation, it is attached to magnesium or some other mineral. Not sure how that plays into it. There are some byproducts which we can not consume directly, but are the "toxins" of Phase I detox pathways, per my understanding.


    Histamine: Allergies, Brain & Gut Health

    If you think that high histamine is only an issue during allergy season, think again. Most people are completely unaware that histamine facilitates a central role in:

    Brain & neurotransmitter function

    Food allergies & intolerances

    Mental & behavioral disorders such as schizophrenia, bi-polar, OCD and ADHD

    Histamine is released by basophil immune cells during allergy season. Histamine release causes those nasty symptoms of nasal drainage, sinus congestion, sneezing and itchy, watery eyes.

    FACT: Histamine is a neurotransmiter, and directly influences brain function and behavior.

    Back in the 1970’s, Dr. Carl C. Pfeiffer found a direct correlation between high and low histamine and certain mental illnesses. He postulated that problems in a biochemical process known as methylation was a major factor in mental illness. This is because the process of methylation directly affects the formation and breakdown of several of the brain’s key neurotransmitters: serotonin, dopamine, norepinephrine and histamine. Because methylation reactions break down our histamine, Dr. Pfeiffer realized he could identify a person’s methylation activity by monitoring the histamine in their blood. Dr. Pfeiffer’s successful treatment of mental health patients was based largely on this. Dr. William Walsh has trained physicians on the use of whole blood histamine as a way to understand methylation activity among mental health patients.

    According to Dr’s Pfeiffer and Walsh’s research:

    “High histamine types” are typically those suffering from:

    “Low histamine types” are typically those suffering from:

    FACT: Histamine is essential for digestion, through the control of stomach acid secretion. Histamine can also be produced in response to certain food allergies and intolerances.

    A form of Histamine known as H2 triggers the stomach to secrete acid. Most people are actually deficient in stomach acid, even if they suffer from acid reflux! Too much or too little histamine can cause a problem in this case.


    Digestion is the breaking down of chemicals in the body to a form that can be absorbed and used. Digestion begins, in mammals, with the saliva in the mouth.

    The Mouth

    • This is the buccal cavity in a human and is where mechanical digestion and mastication (chewing) takes place.
    • Saliva in the mouth consists of mucin (binds food together), salivary amylase (digests starch to maltose) and mineral salts (regulates pH around 7, neutral).

    Oesophagus

    • Peristalsis of the circular muscle contracts and relaxes to push food down.
    • The upper part of the oesophagus is under conscious control until a point when it becomes involuntary.
    • It usually takes between 4 and 8 seconds for food to travel from mouth to stomach.

    Estomac

    • Acidic conditions (pH1/2, enzyme optimum pH).
    • Mechanical digestion takes place here (churning of the stomach makes food break down in size giving it a larger surface area).
    • While food is in the stomach it mixes with gastric juice by churning.
    • Food in the stomach stimulates stomach wall to produce gastrin (transported in the blood).
    • With a fatty meal, enterogastrone is produced to slow churning, it also weakens the acidic pH of the stomach.
    • The gastric juices produced consist of:
      • Pepsinogen – made inactive to prevent autolysis and when added to HCl become active and is then called pepsin and is used to convert proteins.
      • Pro-rennin – when added to HCl forms rennin used to coagulate caseinogen and increasing surface area allowing a chance to digest.
      • Hydrochloric acid (HCl)
      • Mucus

      Duodenum (early small intestine)

      • This is the first 20cm of small intestine and receives secretions from the liver and pancreas.
      • Further digestion takes place.
      • Input of pancreatic juices.
      • Lipids are broken down into fatty acids.
      • Protein is broken down into amino acids.
      • Large surface area due to a large number of villi (villus).
      • The digestion of carbohydrates takes place inside cells.
      • A duodenum looks like – this – inside.

      Le foie

      • Produces bile (stored in the gall bladder, transported by the bile duct).
      • Bile made from les sels biliaires et mineral salts.
      • Bile salts help with the digestion of fats by breaking them down from large globules to smaller globules, lowering surface tension and making a larger surface area.
      • Mineral salts neutralise the stomach acid (HCl) to around 7/8 pH in the small intestine.

      Pancréas

      • Produces pancreatic juices which contain pancreatic amylase, pancreatic lipase and trypsinogen (or trypsin in its active form).
      • Pancreatic amylase converts the remaining amylose (starch) into maltose.
      • Pancreatic lipase converts lipids into fatty acids and glycerol
      • Trypsinogen, upon meeting with the enzyme enterokinase, is activated and is called trypsin. Trypsin then continues to break down proteins in digestion.

      Brunner’s gland

      • Located in the wall of the duodenum.
      • Secretes alkaline juices (which help maintain the correct pH) and mucus (for lubrication and protection).

      Ileum

      • This is the longest part of the small intestine.
      • Secretes endopeptidases and exopeptidases.
      • Endopeptidases break proteins into small polypeptides by breaking the bonds in the middle.
      • Exopeptidases also break down protein but by taking single amino acids of the end. Both work together to break down the proteins into small amino acids.
      • Sucrose is hydrolysed into fructose and glucose by sucrase.
      • Maltose is also hydrolysed into two glucose by maltase.
      • Contains crypts of Lieberkuhn which secrete maltase, sucrase, endopeptidases and exopeptidases.

      Small Intestine in General

      • Glucose and amino acids are absorbed over the epithelium of the villi by diffusion and active transport into the capillaries of the villi.
      • Once absorbed from the small intestine and into the capillaries, the products travel through the venules and the hepatic portal vein into the liver. Here in the liver toxins like alcohol, drugs, spent hormones and other toxins get converted into a non-toxic form. When they’re safe and non-toxic they can be transported to the kidney in the form of urea.
      • The absorption of fatty acids and glycerol don’t enter straight into the capillaries instead entering the lacteal of the villi and then into the lymphatic system and then via the thoracic duct into the blood system.
      • Products from digestion do one of three things, they either get stored (assimilation), used or converted (désamination). An example of assimilation is excess glucose being stored in the liver as glycogen. Deamination only occurs with an excess of amino acids, they then get converted into urea by the removal of the amino group (NH2) which combines with CO2 to form CONH2 (urea). The remaining organic molecule can be broken down and respired.
      • The final products of digestion, carbohydrates in the form of monosaccharides, proteins in the form of amino acids and lipids in the form of fatty acids and glycerol.

      Gros intestin

      • The large intestine absorbs water (by osmosis), minerals and vitamins.
      • Chyme at the start of the large intestine consists of water, bile, mucus, dead cells, bacteria and undigested food.
      • The large intestine has a larger lumen, is smaller in length and has a thinner wall than the small intestine.
      • Faeces are stored in the rectum and then egested through the sphincter muscle called the anus.
      • Diarrhoea causes dehydration because of the lack of absorption. Pernicious Anemia is another disease and is caused by not absorbing enough vitamin B and can be a side effect of diarrhoea.