Informations

Comment les macrophages ont-ils la capacité de digérer l'agent pathogène dans l'opsonisation

Comment les macrophages ont-ils la capacité de digérer l'agent pathogène dans l'opsonisation



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

comment les macrophages ont-ils la capacité de digérer l'agent pathogène en opsonisation mais pas la première fois lorsque l'agent pathogène est nouveau et qu'ils jouent le rôle de cellules présentatrices d'antigène (APC) ils digèrent d'abord le polypeptide de l'antigène puis laissent les plasmocytes sécréter d'abord un anticorps et après cela, ils peuvent détruire les antigènes ?


C'est une simple question de charge ionique

L'opsonisation fonctionne car elle masque la charge négative par la charge positive. La phagocytose agit sur les choses chargées positivement.

Votre raison cependant, la séquence semble étrange.

  1. D'abord quelque chose est phagocyté (par un macrophage ou un autre dérivé de monocytes, ce sont les APC… mais les neutrophiles, qui ne sont pas des APC ou des dérivés de monocytes effectuent également la phagocytose mais ils n'ont pas le CMH-II à décrire)
  2. puis digéré en endosome/lysosomal,
  3. ensuite présenté sur le CMH classe II,
  4. reconnu par le TCR sur les cellules T,
  5. puis des trucs beaucoup plus compliqués pour arriver aux cellules B pour les convertir en plasmocytes
  6. les plasmocytes sécrètent l'anticorps, afin que l'opsonisation de l'agent pathogène soit plus facilement phagocytée.

C'est pourtant la phagocytose initiale qui a conduit à cela. Un petit cercle.

Voici trois réponses :

  • l'un est les cytokines
  • un autre porte sur la façon dont le récepteur TLR médie la phagocytose
  • un troisième est la façon dont les compléments agissent comme des opsonines

présence locale de cytokines (ex. interleukines, interféron, TNF) d'origine innée ou adaptative "système immunitaire" (par "système immunitaire" Je veux dire les cellules immunitaires autres que les macrophages, mais aussi l'épithélium qui sécrète des types d'interférons) qui conduisent à "transduction du signal" ("transduction du signal" est la réaction en chaîne intracellulaire en réponse à l'activation de la cytokine (ou autre ligand) se liant au récepteur, trop compliquée à expliquer pour moi) qui modifie le comportement des macrophages pour améliorer la phagocytose.


D'autre part, PAMP activer le TLR qui pourrait permettre la phagocytose sans activation préalable de sources "autres" que la chose étant la phagocytose.

Par "autres choses Je veux dire les opsonines et les cytokines.

PAMP (modèle moléculaire associé à l'agent pathogène) sont des éléments sur l'agent pathogène qui sont distinctement étrangers à l'hôte, comme les flagelles ou le LPS [qui est la membrane externe des bactéries gram (-)]

TLR est le récepteur sur le macrophage qui reconnaît les PAMP. Je pense que le TLR améliore simplement la phagocytose via la transduction du signal, un peu comme les cytokines. Remarque intéressante, le TLR est assez ancien dans le royaume des animaux, ayant son origine dans les éponges aussi près que possible du début). D'autres aspects du système immunitaire ont évolué plus tard spécifiquement chez les vertébrés. En fait, les lymphocytes sont uniques aux vertébrés à mâchoires (c'est-à-dire absents chez les agnathans et les invertébrés) et je ne connais pas grand-chose à la production d'anticorps chez les non-mammifères. Chez les vertébrés inférieurs et les invertébrés également, la phagocytose est effectuée par les hémocytes. En d'autres termes, le TLR est assez fondamental en ce qui concerne le système immunitaire, plus que les types de cellules faisant leur travail (par exemple, les plasmocytes produisant des anticorps, les macrophages faisant la phagocytose).


Mais il y a aussi complémenter l'opsonisation médiée, principalement C3b mais aussi d'autres protéines du complément. Enfin, il existe encore d'autres opsonines (moins importantes), la lectine liant le mannose et la protéine C-réactive (CRP). toutes ces choses sont des "réactifs de phase aiguë" qui sont sécrétés par le foie dans des conditions inflammatoires, médiées par des cytokines. Le complément n'est pas toujours activé par les immunoglobulines.

Le complément est activé par

  1. voie classique, encore une fois la région Fc de l'anticorps (IgG/IgM), tout comme l'opsonisation médiée par l'anticorps. De plus, la voie classique peut être activée par la liaison de la CRP aux polysaccharides microbiens

    1. voie alternative, qui est l'hydrolyse spontanée de C3. Dans des circonstances normales (non infectées), ceci est normalement empêché par une variété de mécanismes.

    2. activation par la lectine liant le mannose. MVL reconnaît certains sucres qui se trouvent dans certaines positions propres aux bactéries, champignons, virus.

Je dis toutes ces choses comme des explications de Humain système immunitaire. C'est probablement différent selon les animaux, d'autant plus différent que l'on s'éloigne de l'humain. Le système du complément a été découvert chez les vertébrés primitifs (agnathans) et les invertébrés (en particulier chez les deutérostomes comme les protocordés et les échinodermes) mais il existe des variations.