Informations

Quels sont les inconvénients de la myéline

Quels sont les inconvénients de la myéline



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La myélinisation des axones présente de nombreux avantages. Il augmente la vitesse du signal dans les axones et réduit ainsi les temps de réaction. Ceci est, bien sûr, très bon pour la survie de l'animal en question. La plupart des invertébrés n'ont pas un tel revêtement de myéline. Je sais que l'évolution ne fait pas que faire évoluer les traits, car ils sont utiles, mais il me semble que les invertébrés sont entièrement surclassés par les vertébrés, en raison de l'importance des temps de réaction pour la survie d'un animal. Donc, si un tel trait n'est pas impossible à évoluer, il aurait très probablement évolué plusieurs fois chez différents animaux. Si c'était aussi avantageux que je l'imagine, les invertébrés sans myéline auraient déjà été dépassés. Il doit donc y avoir un inconvénient important à avoir un revêtement de myéline. Pouvez-vous m'expliquer, qu'est-ce que c'est exactement? Est-ce seulement le coût énergétique associé?


De nombreux invertébrés possèdent de la myéline. C'est une idée fausse que les invertébrés manquent de myéline.

Le record du monde de vitesse pour un signal bioélectrique voyageant est détenu par les axones myélinisés dans l'abdomen de la crevette Penaeus !

S'il vous plaît jeter un oeil à ce site ou cet avis pour trouver un site Web complet hautement recommandé sur la myéline des invertébrés d'il y a environ une décennie. Vous trouverez ici une liste de références et de lectures supplémentaires si vous le souhaitez.

En complément : les invertébrés possèdent également et très souvent utilisent des cellules gliales engainantes, comme c'est le cas des neurones sensoriels chez les lépidoptères (mites et papillons) comme illustré ci-dessous. J'ai étiqueté les cellules de gainage en rose et en rouge. Veuillez comprendre qu'il est actuellement encore difficile de savoir si ces cellules sécrètent de la myéline, bien qu'on pense qu'elles isolent d'une manière ou d'une autre le neurone. Ce que vous regardez est un sensille en forme de cheveux qui est innervé par un ou plusieurs neurones sensoriels ; ce sont les unités fonctionnelles de base pour détecter le mouvement, la proprioception, l'odorat et le goût et elles existent chez tous les invertébrés, tapissant souvent la cuticule et dans tout le corps, par ex. sur les pattes, sur les antennes, dans les voies génitales, etc. Ils sont mieux étudiés chez les insectes hexapodes.


Le désavantage socio-économique de l'enfance prédit une croissance réduite de la myéline à l'adolescence et au début de l'âge adulte

Le désavantage socio-économique (SED) augmente l'exposition aux facteurs de stress de la vie. La recherche animale suggère que les facteurs de stress au début de la vie affectent le développement neurologique ultérieur, y compris la croissance du développement de la myéline. Pour déterminer si le SED de l'enfance humaine affecte la myélinisation à l'adolescence et au début de l'âge adulte, nous avons mesuré l'augmentation du développement d'un marqueur sensible de la myéline, le transfert de magnétisation (MT), dans une étude longitudinale. Le SED de l'enfance était associé à une MT globalement réduite, ainsi qu'à une augmentation plus lente de la MT intra-corticale dans les zones sensori-motrices, cingulaires, insulaires et préfrontales et les zones sous-corticales généralisées. L'éducation des parents expliquait en partie les effets du SED sur l'augmentation du MT, tandis que la parentalité positive offrait une protection partielle contre l'impact du SED. Ainsi, un désavantage socio-économique précoce, un facteur de vulnérabilité pour une gamme de problèmes de santé, est un facteur de risque de croissance aberrante de la myéline pendant une période de développement critique associée à un risque élevé de troubles psychiatriques.


Présentation du système nerveux

Le système nerveux comprend deux parties distinctes : le système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière) et le système nerveux périphérique (les nerfs situés à l'extérieur du cerveau et de la moelle épinière).

L'unité de base du système nerveux est la cellule nerveuse (neurone). Les cellules nerveuses sont constituées d'un grand corps cellulaire et de deux types de fibres nerveuses :

Axone : Une fibre nerveuse longue et mince qui fait saillie à partir d'une cellule nerveuse et peut envoyer des messages sous forme d'impulsions électriques à d'autres cellules nerveuses et muscles

Dendrites : Branches de cellules nerveuses qui reçoivent des impulsions électriques

Normalement, les nerfs transmettent des impulsions électriquement dans une direction, de l'axone émetteur d'impulsions d'une cellule nerveuse (également appelée neurone) aux dendrites réceptrices d'impulsions de la cellule nerveuse suivante. Aux points de contact entre les cellules nerveuses (synapses), l'axone sécrète d'infimes quantités de messagers chimiques (neurotransmetteurs). Les neurotransmetteurs déclenchent les récepteurs des prochaines dendrites des cellules nerveuses pour produire un nouveau courant électrique. Différents types de nerfs utilisent différents neurotransmetteurs pour transmettre des impulsions à travers les synapses. Certaines impulsions stimulent la cellule nerveuse suivante, tandis que d'autres l'inhibent.

Le cerveau et la moelle épinière contiennent également des cellules de soutien appelées cellules gliales. Ces cellules sont différentes des cellules nerveuses et ne produisent pas d'impulsions électriques. Il en existe plusieurs types, dont les suivants :

Astrocytes : Ces cellules fournissent des nutriments aux cellules nerveuses et contrôlent la composition chimique des fluides autour des cellules nerveuses, leur permettant de se développer. Ils peuvent réguler les neurotransmetteurs et l'environnement chimique externe autour des cellules nerveuses pour influencer la fréquence à laquelle les cellules nerveuses envoient des impulsions et ainsi réguler l'activité des groupes de cellules nerveuses.

Cellules épendymaires : Ces cellules se forment le long des zones ouvertes du cerveau et de la moelle épinière pour créer et libérer le liquide céphalo-rachidien, qui baigne les cellules du système nerveux.

Cellules progénitrices gliales : Ces cellules peuvent produire de nouveaux astrocytes et oligodendrocytes pour remplacer ceux détruits par des blessures ou des troubles. Les cellules progénitrices gliales sont présentes dans tout le cerveau chez l'adulte.

Microglie : Ces cellules aident à protéger le cerveau contre les blessures et aident à éliminer les débris des cellules mortes. Ces cellules peuvent se déplacer dans le système nerveux et se multiplier pour protéger le cerveau lors d'une blessure.

Oligodendrocytes : Ces cellules forment un revêtement autour des axones des cellules nerveuses et forment une membrane spécialisée appelée myéline, une substance grasse qui isole les axones nerveux et accélère la conduction des impulsions le long des fibres nerveuses.

Cellules de Schwann sont aussi des cellules gliales. Cependant, ces cellules se trouvent dans le système nerveux périphérique plutôt que dans le cerveau et la moelle épinière. Ces cellules sont similaires aux oligodendrocytes et fabriquent de la myéline pour isoler les axones du système nerveux périphérique.

Le cerveau et la moelle épinière sont constitués de gris et matière blanche.

matière grise se compose de corps de cellules nerveuses, de dendrites et d'axones, de cellules gliales et de capillaires (le plus petit des vaisseaux sanguins du corps).

matière blanche contient relativement très peu de neurones et se compose principalement d'axones qui sont enveloppés de nombreuses couches de myéline et des oligodendrocytes qui fabriquent la myéline. La myéline est ce qui rend la matière blanche blanche. (Le revêtement de myéline autour de l'axone accélère la conduction de l'influx nerveux - voir Nerfs.)

Les cellules nerveuses augmentent ou diminuent régulièrement le nombre de connexions qu'elles ont avec d'autres cellules nerveuses. Ce processus peut expliquer en partie comment les gens apprennent, s'adaptent et forment des souvenirs. Mais le cerveau et la moelle épinière produisent rarement de nouvelles cellules nerveuses. Une exception est l'hippocampe, une zone du cerveau impliquée dans la formation de la mémoire.

Le système nerveux est un système de communication extraordinairement complexe qui peut envoyer et recevoir simultanément des quantités volumineuses d'informations. Cependant, le système est vulnérable aux maladies et aux blessures, comme dans les exemples suivants :

Les oligodendrocytes peuvent devenir enflammés et perdus, provoquant une sclérose en plaques.

Des bactéries ou des virus peuvent infecter le cerveau ou la moelle épinière, provoquant une encéphalite ou une méningite.

Un blocage de l'apport sanguin au cerveau peut provoquer un accident vasculaire cérébral.

Les blessures ou les tumeurs peuvent causer des dommages structurels au cerveau ou à la moelle épinière.


LE TABLEAU CLINIQUE : SYMPTMES, ÉVOLUTION DE LA MALADIE, VARIATION ET DIAGNOSTIC

Activité et progression de la maladie

La SEP, telle que définie par la formation continue de lésions du système nerveux central (SNC) et l'augmentation des dommages cumulatifs, est maintenant reconnue comme une maladie active la plupart du temps chez la plupart des patients. L'activité de la maladie a des séquelles réversibles et irréversibles. La SEP prend diverses formes, qui se distinguent par le profil clinique de l'activité de la maladie (tableau 2.1, figure 2.1). Le déficit accumulé peut entraîner une aggravation soutenue de la SEP à la fois récurrente et progressive. Dans la SEP récurrente, l'aggravation se produit chez la plupart des patients lors de crises aiguës avec récupération incomplète. Dans la SEP progressive, le schéma dominant est une accumulation progressive de déficits neurologiques, avec une lente aggravation clinique.

TABLEAU 2.1

FIGURE 2.1

Spectre de l'évolution de la maladie (voir le tableau 2.1 pour les définitions). SOURCE : Adapté de Lublin et Reingold, 1996.

L'activité et la progression de la maladie ont des composantes à la fois cliniques et subcliniques. L'activité clinique et la progression de la maladie sont jugées par l'observation et l'examen neurologique. Les composantes subcliniques font référence à des changements pathologiques qui ne sont pas observables lors d'un examen clinique, mais qui sont observés à l'aide de divers tests de laboratoire, principalement des paramètres de neuroimagerie.

Activité clinique

Rechutes. Les rechutes sont diversement appelées crises aiguës, exacerbations ou poussées de la maladie. Ils impliquent l'apparition aiguë ou soudaine de troubles neurologiques focaux. Des exemples de poussées typiques de la SEP comprennent une vision floue d'un œil (névrite optique), un engourdissement ou des picotements persistants dans une partie du corps (rechute du système sensoriel), une faiblesse d'une partie du corps (rechute du système moteur) ou une perte de coordination (rechute du système cérébelleux) ). Au début du processus de la SEP, les rechutes sont susceptibles d'impliquer des anomalies sensorielles, motrices, cérébelleuses ou du système visuel (Figure 2.2, Tableau 2.2). Plus tard dans le processus de la maladie, les rechutes sont susceptibles d'impliquer des anomalies de la vessie, des intestins, des fonctions cognitives et sexuelles. Les crises de maladie aiguë sont une caractéristique du sous-type de SEP récurrente-rémittente. Des rechutes surviennent également chez les patients atteints d'une maladie récurrente progressive et chez un certain nombre de patients atteints d'une maladie progressive secondaire. Le seul sous-type de maladie clinique dans lequel les rechutes ne surviennent jamais est la SEP primaire progressive.

FIGURE 2.2

Zones du SNC souvent touchées par la SEP. Réimprimé avec la permission de l'Université du Delaware.

TABLEAU 2.2

Signes et symptômes initiaux de la SEP.

Les rechutes se composent généralement de trois phases. Il y a une période d'aggravation, avec l'apparition de nouveaux déficits ou la sévérité croissante des anciens déficits. S'ensuit une période de stabilité, sans changement des déficits. La phase finale est la période de reprise, avec des degrés variables d'amélioration des déficits. La plupart des patients se rétablissent dans les six semaines, bien que pour certains, les améliorations puissent se poursuivre au fil des mois. La récupération peut être un retour complet à l'état de base, un retour partiel ou aucune amélioration. Cependant, un certain degré d'amélioration est typique, en particulier au début de la maladie. Les patients en rechute restent alors cliniquement stables jusqu'à la prochaine attaque de la maladie.

Pour être considérés comme une rechute, les déficits doivent persister au moins 24 heures. Cela évite la confusion avec des déficits qui ne durent que de quelques minutes à quelques heures, que l'on pense être la conséquence d'une altération de la conduction nerveuse à travers les anciennes zones de lésion plutôt que la formation d'une nouvelle lésion. Alternativement, de nouvelles anomalies qui durent de quelques secondes à quelques minutes, telles que le signe de Lhermitte (une sensation de picotement irradiant le long des bras, du cou ou du dos lors de la flexion du cou), ou des attaques paroxystiques (déficits neurologiques stéréotypés survenant plusieurs fois par jour qui durent moins d'une minute ) sont également considérées comme des rechutes si elles surviennent de façon répétée sur plusieurs semaines. Les rechutes séquentielles ne sont considérées comme distinctes que lorsqu'elles surviennent à au moins 30 jours d'intervalle avec un mois de stabilité clinique entre les deux. Bien que les rechutes cliniques produisent toujours des changements dans l'état du patient, elles ne sont pas toujours associées à des changements à l'examen neurologique. Le déficit maximal dans une rechute de SEP se développe généralement sur plusieurs jours, mais dans certains cas, il peut se développer beaucoup plus rapidement, en quelques heures ou même quelques minutes, ou beaucoup plus lentement, sur une période pouvant aller jusqu'à plusieurs semaines.

Des facteurs physiologiques tels que la température, le pH ou l'équilibre électrolytique peuvent temporairement perturber la conduction nerveuse et produire une anomalie neurologique. Une rechute doit être distinguée d'une pseudo-exacerbation, qui est une détérioration neurologique associée à un changement physiologique tel qu'une infection ou de la fièvre. Cette condition peut durer des jours, imitant une véritable rechute. Les déficits de pseudo-exacerbation disparaissent une fois le facteur déclenchant corrigé. Ils reflètent une perturbation temporaire de la conduction nerveuse, plutôt que la formation d'une nouvelle lésion.

Environ 85 pour cent des patients atteints de SEP commencent par une maladie récurrente-rémittente. 222 Les poussées de SEP peuvent impliquer un seul système neural, comme dans la névrite optique, ou plusieurs systèmes anatomiquement distincts en même temps, par exemple, des problèmes moteurs et sensoriels combinés. Les attaques impliquant des systèmes neuronaux uniques sont un peu plus fréquentes lors de la première poussée de SEP.

La plupart des patients subissent leur deuxième crise dans les deux à trois ans suivant la première, mais 5 pour cent des patients restent exempts de rechutes pendant 15 ans ou plus. Dans la plupart des cas, il y a une récupération substantielle de la première rechute, seulement 4 pour cent des patients ne montrent aucune amélioration. Le taux moyen de rechute est d'une à deux crises par an, mais ce taux diminue normalement avec le temps. Plus une personne est atteinte de SEP depuis longtemps, moins il est probable que les rechutes soient suivies d'un rétablissement complet et plus il est probable que les rechutes soient associées à des déficits résiduels et à une augmentation de l'incapacité.

Les caractéristiques de la rechute ont une signification pronostique (tableau 2.3). Au cours des premières années suivant l'apparition de la maladie, le nombre et le type de poussées, ainsi que le degré de guérison, aident à prédire l'évolution future de la maladie. 8 Les rechutes qui impliquent les systèmes visuels, sensoriels ou du tronc cérébral ont un meilleur pronostic que celles qui impliquent les systèmes cérébelleux, moteurs ou sphinctériens. Au cours des deux premières années de la maladie, un faible taux de rechute avec une excellente récupération indique un meilleur pronostic qu'un taux de rechute élevé avec une mauvaise récupération. Les rechutes limitées à un seul système neuronal sont pronostiques meilleures que celles impliquant plusieurs systèmes. Le taux de rechute a également une signification pronostique dans les derniers stades de la SEP. Avec une durée de la maladie de cinq ans ou plus, un taux de rechute croissant, des rechutes polyrégionales impliquant plusieurs systèmes et une récupération incomplète des rechutes indiquent un plus mauvais pronostic. 8

TABLEAU 2.3

Indicateurs pronostiques de rechute.

Progression. La forme récurrente de la SEP est caractérisée par des exacerbations aiguës de la maladie. En revanche, la SEP progressive se caractérise par une détérioration lente et des déficits neurologiques croissants. Il existe trois formes de SEP progressive. Environ 15 % des patients atteints de SEP présentent une détérioration lente dès le début. Dans la seconde forme, 10 % ont soit une SEP progressive primaire et n'ont jamais de crises aiguës de la maladie ou de SEP récurrente progressive (5 %) et ont occasionnellement des crises ultérieures. La troisième forme, la SEP progressive secondaire, est le principal sous-type progressif. Ce sont des patients en rechute qui commencent à s'aggraver lentement 5 à 15 ans après la première rechute. Une fois que les patients en rechute entrent dans une phase progressive, ils cessent d'avoir des rechutes ou continuent de subir des exacerbations superposées à une aggravation lente.

La documentation d'un cours progressif nécessite au moins six mois d'observation. Une observation sur un an ou deux est souvent nécessaire pour être sûr de l'évolution, car les déficits peuvent s'accumuler à un rythme très progressif. La principale caractéristique déterminante de la SEP progressive est une détérioration lente qui se produit indépendamment des rechutes aiguës de la maladie et ne reflète pas les déficits résiduels des crises aiguës de la maladie. Une analyse de l'évolution de la maladie chez 1 844 patients a indiqué que la présence ou l'absence de rechutes au cours de la phase progressive n'affecte pas de manière significative la progression de l'invalidité irréversible 45 (4 % des patients de cette étude avaient été traités pendant un an maximum par bêta- interféron, mais cela n'a pas affecté les résultats de l'étude). Les patients atteints de SEP progressive peuvent être cliniquement stables jusqu'à plusieurs années à la fois et peuvent même montrer une légère amélioration pendant un certain temps. En fin de compte, cependant, tous les patients atteints de SEP progressive développent un handicap avec une capacité limitée à marcher. La SEP progressive est une forme plus sévère que la SEP bénigne ou rémittente et a un pronostic plus sombre.

Activité et progression de la maladie subclinique

Les paramètres cliniques tels que les rechutes et la progression sous-estiment les dommages réels aux tissus qui surviennent dans la SEP. Lorsque le tissu cérébral d'apparence macroscopiquement normal est examiné au microscope, on peut détecter une inflammation, une gliose (cicatrisation) et des dommages à la myéline. Des études chimiques de tissus cérébraux d'apparence normale révèlent souvent des changements dans les organites tels que les lysosomes, dans les enzymes et dans les constituants de la myéline. De plus, un certain nombre de nouvelles techniques de recherche en neuro-imagerie peuvent détecter des changements dans les zones du cerveau et de la moelle épinière qui semblent exemptes de lésions sur l'imagerie par résonance magnétique (IRM) conventionnelle. Certaines de ces anomalies sont détectables plusieurs mois à plusieurs années avant de pouvoir être vues avec une IRM conventionnelle. Les modifications du tissu cérébral d'apparence normale sont généralement prononcées chez les patients atteints de SEP gravement atteints. En tant que groupe, les patients atteints de SEP progressive secondaire présentent plus d'anomalies dans la substance blanche et le tissu cérébral normaux que les patients en rechute. (La matière blanche correspond aux régions du cerveau où les axones sont enveloppés dans la matière grise de la myéline correspond aux régions du cerveau riches en corps cellulaires.) Les patients à progression primaire présentent souvent des changements subtils mais diffus dans les zones cérébrales d'apparence normale.

Même l'IRM conventionnelle indique que la plupart des nouvelles lésions sont cliniquement silencieuses, ce qui signifie que l'examen clinique ne révèle aucun symptôme correspondant. Environ 80 à 90 pour cent des nouvelles lésions cérébrales ne produisent pas de rechutes identifiables. Ils pourraient cependant être associés à des changements cognitifs subtils ou à d'autres changements neuropsychologiques qui ne sont pas détectés à l'examen clinique. La charge lésionnelle totale augmente chez les patients atteints de SEP, en moyenne de 5 à 10 pour cent par an, reflétant en grande partie le développement de lésions cliniquement silencieuses. (Ceci ne s'applique pas aux patients sous traitement modificateur de la maladie discuté plus loin dans cette section.) L'atrophie du cerveau et de la moelle épinière peut être détectée même chez les patients présentant des symptômes minimes. L'atrophie peut progresser sans formation de lésion évidente, reflétant très probablement une perte d'axones. Les patients atteints de SEP présentent un taux accéléré d'atrophie cérébrale et médullaire liée à l'âge qui est trois à dix fois plus élevé que le taux observé dans les populations témoins. 76

Les lésions de la moelle épinière sont généralement similaires à celles du cerveau, à l'exception de l'absence de "trous noirs" (voir la discussion dans l'encadré 2.1 des lésions pondérées en T1). 69 Les lésions de SP rachidiennes couvrent rarement plus de la moitié de la section transversale de la moelle ou dépassent deux segments vertébraux en longueur. Ils se trouvent plus souvent dans la moelle épinière cervicale (région du cou) que dans la région thoracique (milieu du dos) et sont plus fréquents dans la région médio-cervicale. L'activité de la maladie est beaucoup moins fréquente dans la colonne vertébrale que dans le cerveau.

ENCADRÉ 2.1

Principes techniques de base de l'IRM. L'IRM implique l'application d'un champ magnétique au corps qui fait que les noyaux avec un nombre impair de protons, tels que les noyaux d'hydrogène, se comportent comme de minuscules aimants. Ces protons s'alignent parallèlement ou antiparallèle (plus. )

En résumé, les manifestations cliniques de la SEP ne représentent peut-être que la pointe de l'iceberg, la plupart des dommages du SNC se produisant beaucoup plus tôt et n'étant détectables que lorsque les dommages accumulés dépassent la capacité du SNC à compenser. Les mécanismes par lesquels le tissu du SNC est endommagé ou détruit sont discutés plus en détail plus loin dans le chapitre.

Marqueurs de maladie

À l'heure actuelle, la neuroimagerie fournit la meilleure évaluation de l'activité de la maladie dans la SEP (encadré 2.1, figure 2.3).

FIGURE 2.3

IRM du cerveau d'une femme de 25 ans atteinte de sclérose en plaques rémittente.(A) Une image IRM montre plusieurs lésions hyperintense ovoïdes et confluentes dans la substance blanche entourant les ventricules (les ventricules apparaissent au centre de (plus.)

Anomalies de la neuroimagerie

Un certain nombre de techniques de neuroimagerie peuvent mesurer des changements pathologiques distincts et ainsi fournir des marqueurs pour différents aspects du processus pathologique de la SEP (tableau 2.4). L'imagerie par résonance magnétique est une technique qui crée des images transversales du cerveau à l'aide d'un champ magnétique et d'ondes radio (encadré 2.1). C'est un outil polyvalent, puissant et sensible pour mesurer les anomalies dans le cerveau. Ceci est particulièrement utile avec la SEP, car une grande partie de l'activité pathologique de la maladie est neurologiquement asymptomatique.

TABLEAU 2.4

Informations fournies par la neuroimagerie.

En effet, jusqu'à ce que les résultats de la neuroimagerie prouvent le contraire, la maladie semblait être au repos pendant les rémissions. La neuroimagerie a révélé un niveau d'activité et de pathologie auparavant insoupçonné tout au long de l'évolution de la maladie.

Lésions à contraste amélioré. Les agents de contraste sont utilisés en IRM dans les cas où le contraste entre deux tissus est faible. L'agent de contraste, le gadolinium, est normalement exclu du cerveau par la barrière hémato-encéphalique. Sa présence dans le cerveau indique donc une rupture de la barrière hémato-encéphalique. L'activité d'amélioration du gadolinium sur l'IRM est en corrélation avec les rechutes cliniques et prédit un risque accru ou une activité supplémentaire de la maladie. Cependant, comme la plupart des nouvelles lésions IRM cérébrales sont cliniquement silencieuses, les lésions rehaussées par le gadolinium sont plus souvent observées que les rechutes cliniques.

Lésions hyperintense pondérées en T2. Dans les images pondérées en T2, les lésions de SP apparaissent sous forme de zones blanches très lumineuses sur un fond gris ou plus neutre et sont les lésions de SP les plus facilement visualisées par IRM. Ils reflètent des lésions de pathologies différentes et d'âges divers, et des anomalies aussi bien réversibles qu'irréversibles. Les lésions hyperintense pondérées en T2 peuvent être utilisées pour mesurer le volume total de la lésion (charge de la maladie). La pathologie variable, qui n'est pas distinguée dans les mesures du fardeau de la maladie T2, est probablement un déterminant du handicap associé. Seule une relation modeste a été observée entre la charge de morbidité T2 et l'incapacité clinique dans la SEP récurrente et secondaire progressive. Cependant, chez les patients atteints de syndromes cliniquement isolés qui sont aux premiers stades de la SEP, le fardeau de la maladie en T2 a été corrélé avec le développement de la SEP, ainsi qu'avec le sous-type clinique de SEP et le handicap 10 ans plus tard. L'ampleur du fardeau de la maladie T2 change très tôt dans le processus de la maladie et peut être utile pour prédire l'évolution ultérieure.

Atrophie. L'atrophie du cerveau et de la moelle épinière peut être détectée chez les patients atteints de SEP, y compris les patients en rechute avec des déficits neurologiques minimes. 200 La perte d'axones et de myéline contribue à l'atrophie tissulaire. Des études récentes suggèrent que l'atrophie du SNC peut être le meilleur corrélat de neuroimagerie pour l'invalidité clinique (examiné en 1999 par Trapp et al. 213). Un certain nombre de méthodologies différentes sont utilisées pour mesurer l'atrophie. Les progrès actuels impliquent la mesure de l'ensemble du cerveau et une automatisation améliorée, mais la technique optimale n'a pas été décidée.

Spectroscopie RM. La lésion axonale peut être mesurée par spectroscopie IRM de protons en estimant N-taux d'acétyl aspartate (NAA) dans le tissu cérébral. Le NAA est une molécule pratiquement confinée aux axones et aux neurones. Les niveaux de NAA peuvent fluctuer, ce qui suggère qu'ils peuvent être utilisés pour mesurer les dommages réversibles et irréversibles. La réduction persistante de l'AAN sur la spectroscopie RM est en corrélation avec la perte, les dommages ou le dysfonctionnement des axones. Une NAA réduite se trouve non seulement dans les lésions de SEP, mais aussi dans la substance blanche d'apparence normale des patients atteints de SEP récurrente-rémittente, progressive secondaire et primaire progressive. La réduction du NAA est plus sévère dans la SEP progressive secondaire que dans la SEP récurrente. De plus, la diminution de NAA dans la substance blanche cérébelleuse a été corrélée avec l'ataxie clinique. 51 Le NAA peut être mesuré dans une région d'intérêt discrète dans le cerveau. Récemment, le NAA du cerveau entier a été mesuré dans la SEP. Cela semble être un marqueur de neuroimagerie plus significatif pour évaluer les dommages aux axones. La spectroscopie IRM peut également être utilisée pour mesurer les changements lipidiques à la fois dans les lésions et dans le tissu cérébral d'apparence normale, mais ces études sont très préliminaires et les mesures du NAA sont l'objectif principal des études actuelles de spectroscopie IRM dans la SEP.

Lésions hypointense pondérées en T1. Également appelées trous noirs, les lésions hypointenses pondérées en T1 ont une intensité de signal inférieure à celle de la substance blanche environnante. Les lésions hypointenses T1 sont plus fréquentes dans la région supratentorielle (hémisphères cérébraux). Ils sont beaucoup moins fréquents dans la région infratentorielle (tronc cérébral et cervelet) et ne sont pas signalés dans la moelle épinière. Par rapport aux lésions pondérées en T2, elles représentent une pathologie tissulaire plus sévère, avec perte axonale, démyélinisation et œdème extracellulaire. 24 Dans les études post-mortem de la SEP progressive, les lésions hypointenses pondérées en T1 sont fortement corrélées aux mesures de la densité axonale. Les lésions en hyposignal pondérées en T1 montrent une corrélation plus forte avec le handicap que les lésions en hypersignal pondérées en T2.

Imagerie de transfert de magnétisation. L'imagerie par transfert de magnétisation (MTI) peut être utilisée pour étudier la fonction cérébrale globale ou pour mesurer les changements dans une région d'intérêt locale. 71, 198 Les populations de protons liés et solubles produisent des signaux différents en réponse au champ magnétique externe. Le rapport de transfert d'aimantation (MTR) est le rapport des différents signaux produits par ces deux populations. Elle est réduite dans la SEP et on pense qu'elle reflète à la fois la démyélinisation et la perte d'axones, produisant ainsi un indice de destruction des tissus. Les mesures MTR sont corrélées avec l'incapacité liée à la SEP, telle que mesurée par l'échelle élargie de statut d'incapacité (EDSS, voir l'annexe D), ainsi qu'avec des mesures cognitives. Le MTI est très prometteur en tant que marqueur de la maladie. Des valeurs de MTR inférieures se produisent avec une aggravation de la maladie chez les patients atteints de SEP récurrente, progressive secondaire et primaire progressive et même chez les patients présentant des syndromes de SEP cliniquement isolés. Chez les patients primitifs progressifs qui ont une charge de maladie T2 relativement faible, la MTR est significativement réduite, ce qui suggère que les dommages axonaux sont significativement plus importants dans ce sous-type clinique.

Les différences de MTR sont associées à différentes pathologies des lésions. Les lésions qui sont plus destructrices (comme indiqué par l'hypointensité T1) ont des valeurs MTR réduites. Les lésions qui restent hypointenses montrent une réduction persistante de la MTR, tandis que les lésions qui deviennent isointenses récupèrent en MTR. Les nouvelles lésions chez les patients à progression secondaire ont une MTR inférieure à celle des patients en rechute. Le déclin de la MTR sur trois ans est significativement plus important dans la SEP progressive secondaire que dans la SEP récurrente, ce qui soutient une relation entre les modifications de la MTR et la progression de la maladie. Les mesures MTR permettent de détecter des lésions plus importantes et peuvent fournir une meilleure corrélation potentielle avec l'invalidité clinique. La réduction de la MTR peut précéder le développement de nouvelles lésions sur l'IRM conventionnelle.

IRM pondérée en diffusion. L'IRM pondérée en diffusion est sensible à la diffusion, ou mouvement aléatoire, des molécules d'eau dans les tissus. Il peut détecter des changements pathologiques subtils qui ne sont pas visibles sur l'IRM conventionnelle. Cette technique pourrait permettre la détection de changements pathologiques dans les voies de la substance blanche, y compris la démyélinisation et la perte d'axones, 223 en quantifiant l'anisotropie grâce à une mesure d'imagerie du tenseur de diffusion (DTI). Le DTI peut identifier des propriétés de diffusion significativement altérées dans la matière blanche d'apparence normale. Les lésions avec la diffusion la plus élevée sont les trous noirs les plus destructeurs, tandis que le plus grand changement d'anisotropie est observé dans les lésions inflammatoires aiguës. Coïncidant avec la formation de nouvelles lésions, l'imagerie pondérée en diffusion a montré des changements dans la substance blanche d'apparence normale controlatérale.

IRM à haute résistance. Les aimants à haute intensité de champ, qui sont de 4 tesla (T) ou plus, augmentent le rapport signal/bruit (les machines d'imagerie conventionnelles sont de 1,5 T). Ils permettent une détection améliorée des petites lésions de SP (moins de 5 mm), en particulier celles alignées le long des vaisseaux sanguins. La spectroscopie RM et la MTI peuvent être réalisées sur des machines à champ élevé avec une sensibilité améliorée.

IRM fonctionnelle. L'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, ou IRMf, est une technique permettant de déterminer quelles parties du cerveau sont activées par différents types de sensations telles que la vue ou le son, par différents types de tâches telles que bouger les doigts ou les jambes, ou par différentes tâches mentales telles que comme additionner des sommes, lire ou mémoriser. Cette « cartographie du cerveau » est réalisée en utilisant un scanner IRM pour mesurer les changements dans le flux sanguin vers différentes zones du cerveau. Lorsqu'une région particulière du cerveau est activée, le flux sanguin dans la région augmente. Le sang artériel entrant est riche en hémoglobine oxygénée, et il y a une diminution correspondante de l'hémoglobine désoxygénée locale. Les modifications du signal IRM sont dérivées de modifications régionales de la concentration d'hémoglobine désoxygénée, qui est une molécule paramagnétique (examinée dans Hirsch et al. 91). Le signal IRMf est donc déterminé par l'équilibre entre l'hémoglobine oxygénée et désoxygénée.

L'IRMF peut fournir des images seconde par seconde des changements en réponse à différents stimuli et pendant l'exécution de tâches mentales. 183 Il fournit un outil unique pour l'évaluation des circuits neuronaux impliqués dans la perte et la récupération de la fonction, ainsi que pour mesurer les circuits sous-jacents à des symptômes aussi difficiles à étudier que les changements cognitifs, la fatigue, la douleur et les troubles sensoriels.

Liquide cérébro-spinal

Le liquide céphalorachidien (LCR) est le liquide qui circule autour et à l'intérieur du cerveau et de la moelle épinière. Le LCR fournit un véhicule pour éliminer les déchets du métabolisme cellulaire du système nerveux et on pense qu'il est nutritif pour les neurones et les cellules gliales et qu'il fonctionne comme un système de transport pour les substances biologiquement actives telles que les facteurs de libération, les hormones, les neurotransmetteurs et les métabolites. Le prélèvement de ce fluide fournit ainsi un index des substances actives dans le SNC et éventuellement celles impliquées dans la pathologie de la SEP.

Un certain nombre de marqueurs potentiels de la maladie de la PPC ont été signalés dans la SEP, y compris des marqueurs qui sont proposés comme faisant la distinction entre différents types de SEP (tableau 2.5). Pour la plupart, ce sont des marqueurs de lésions tissulaires ou de troubles immunitaires. Aucun n'est actuellement utilisé dans la pratique clinique de routine, car ils ne se sont pas révélés suffisamment utiles pour justifier des ponctions lombaires en série.

TABLEAU 2.5

Marqueurs de maladie du LCR proposés dans la SEP.

La spécificité des bandes oligoclonales dans la SEP a suscité un intérêt particulier. Les bandes oligoclonales sont produites par la surreprésentation d'anticorps particuliers qui peuvent être visualisés lorsque les protéines du LCR sont séparées par électrophorèse sur gel où elles apparaissent sous forme de bandes séparées de protéines sur une matrice de gel. Chacune des bandes contient un seul type d'anticorps produit par un seul clone de cellules B. Les bandes oligoclonales sont typique pour le LCR des patients atteints de SEP, mais ils ne sont pas exclusif aux patients atteints de SEP. Par exemple, on les trouve également dans le LCR de patients présentant d'autres états inflammatoires, tels que des infections virales cérébrales. Dans la SEP, cependant, les antigènes particuliers qui provoquent chaque bande d'anticorps sont inconnus. 210 Les chercheurs ont récemment utilisé des approches moléculaires telles que les bibliothèques de phage display pour sonder les bandes d'immunoglobulines G (IgG) oligoclonales MS pour obtenir des informations sur les séquences liées à leur cible antigénique. 30, 48 Ce sont des méthodes puissantes qui devraient permettre l'identification de cibles antigéniques pour les IgG oligoclonales. Une question principale, cependant, est de savoir si les bandes d'IgG oligoclonales représentent une réponse immunitaire dirigée contre l'agent étiologique de la SEP ou constituent simplement un sous-produit de l'activité du système immunitaire. En d'autres termes, la régulation à la hausse de la réponse en anticorps et la distribution hétérogène des anticorps dans les bandes d'IgG oligoclonales pourraient être le résultat d'une hyperactivité des lymphocytes B plutôt que d'une réponse immunitaire à un agent pathogène étiologique spécifique.

Autres études

Une variété de marqueurs de maladies du sang, de l'urine et du liquide muqueux ont été étudiés dans la SEP, mais aucun d'entre eux n'a fourni de marqueur de maladie fiable. Encore une fois, ce sont des marqueurs de lésions tissulaires (comme le S-100) ou d'activation immunitaire (comme la néoptérine). Les marqueurs sanguins comprenaient des métalloprotéinases matricielles et leurs inhibiteurs tissulaires, des molécules d'adhésion circulantes, des niveaux de diverses cytokines et de leurs récepteurs, différentes sous-populations de cellules, une variété d'anticorps, y compris des anticorps antiviraux et autoréactifs, des niveaux de S-100 et des niveaux de néoptérine. Les marqueurs des maladies urinaires comprenaient du matériel de type protéine basique de la myéline, des chaînes légères libres, de la néoptérine, de la gliotoxine et de l'énolase spécifique des neurones. Les cellules du liquide muqueux et les immunoglobulines ont également été étudiées.

Diagnostic

Le diagnostic de la SEP repose à la fois sur des paramètres cliniques, tels que les antécédents médicaux et l'examen neurologique, et sur des paramètres paracliniques tels que l'IRM, les bandes oligoclonales du LCR et les potentiels évoqués. Il n'y a pas de test de diagnostic spécifique à la SEP, et la nature intermittente de la maladie et la grande variabilité des symptômes de présentation rendent le diagnostic difficile (énuméré dans le tableau 2.2). 163 La présentation de la SEP peut être monosymptomatique ou présenter des signes et symptômes multifocaux, et de nombreux troubles neurodégénératifs sont similaires à la SEP dans leur présentation. 184

Les critères de diagnostic généraux, établis en 1965 par un comité parrainé par la National MS Society (la MS Society), stipulent qu'un diagnostic de SEP « cliniquement définie » (CDMS) nécessite des preuves cliniques de deux ou plusieurs lésions de la substance blanche sur au moins deux fois. 195 En 1983, ces critères ont été élargis par Poser et al. pour inclure l'utilisation de paramètres paracliniques, et ils sont depuis devenus les critères de diagnostic standard de la SEP (tableau 2.6). 168 En juillet 2000, un comité international s'est réuni pour réviser davantage ces critères, en particulier pour faire des informations de l'IRM une composante plus intégrale et pour incorporer des critères de diagnostic pour la SEP primaire progressive. Les résultats de cette réunion, cependant, n'étaient pas disponibles au moment de la rédaction de cet article.

TABLEAU 2.6

Critères de diagnostic Poser pour la SEP.

L'échec des critères Poser à intégrer la SEP primaire progressive a récemment été corrigé par des critères révisés qui définissent des niveaux de certitude diagnostique définis, probables et possibles. 209 Ces critères sont basés sur les résultats cliniques, les anomalies du LCR, les anomalies de l'IRM du cerveau et de la moelle épinière et les potentiels évoqués. En utilisant ces critères, au moins un an de progression clinique doit être documenté avant qu'un diagnostic de SEP primaire progressive puisse être posé. 209

L'IRM révèle des dommages neuropathologiques chez 70 à 95 % des personnes atteintes de SEP et, en raison de sa sensibilité, est le test de diagnostic paraclinique le plus utile. Cependant, l'utilisation de l'IRM dans le diagnostic de la SEP a fait craindre que sa sensibilité élevée combinée à une spécificité limitée de la SEP conduise à un diagnostic erroné, car d'autres affections, notamment la myélopathie et l'encéphalomyélite disséminée, peuvent provoquer des lésions IRM similaires à celles de la SEP. 69 , 167 Ainsi, il est important que l'imagerie soit utilisée en combinaison avec des données cliniques pour le diagnostic de la SEP. Récemment, plusieurs ensembles de critères pour la définition de la SEP “MRI-définitive” ont été suggérés (tableau 2.7). 14, 69, 70, 164 Les patients présentant des syndromes cliniquement isolés sont particulièrement difficiles à diagnostiquer, et Barkhof et al. 14 et Fazekas 69 ont identifié des critères pertinents pour de tels cas.

TABLEAU 2.7

Critères d'IRM pour la sclérose en plaques définitive.

Bien que l'évaluation des lésions de la moelle épinière à l'aide de l'IRM reste à la traîne du développement de la méthodologie du cerveau, elle peut être utile pour diagnostiquer les patients suspectés de SEP, en particulier dans les cas où les résultats de l'IRM cérébrale sont équivoques ou négatifs. 34, 85, 128, 186 L'imagerie de la moelle épinière augmente la sensibilité diagnostique de l'IRM et pourrait également permettre un diagnostic plus précoce. 128, 199

Potentiels évoqués

En cas de démyélinisation ou de sclérose (cicatrisation), la conduction de l'influx nerveux le long des axones est ralentie ou interrompue. Une conductance altérée se traduit par une latence accrue des potentiels évoqués ou une augmentation du temps qui s'écoule entre la présentation d'un stimulus sensoriel et le changement qui en résulte dans le champ électrique du cerveau. Les potentiels évoqués sont mesurés en plaçant de petites électrodes sur la tête dans la région correspondant aux stimuli présentés (tableau 2.8).

TABLEAU 2.8

Potentiels évoqués comme outil de diagnostic dans la SEP.

Les réponses évoquées anormales à différents types de stimuli fournissent des indices sur l'emplacement des plaques ou des lésions et sont utiles pour détecter les lésions cliniquement silencieuses qui ne produisent pas de symptômes facilement observables. Cependant, les réponses évoquées anormales ne sont pas propres à la SEP. Par exemple, bien que les potentiels évoqués visuels anormaux soient courants dans la SEP, ils surviennent également dans les lésions compressives de la voie visuelle et la dégénérescence spinocérébelleuse. 184

Les potentiels évoqués peuvent aider à la localisation des lésions, confirmer des lésions cliniquement ambiguës et confirmer la base organique des symptômes. 84 En outre, les modifications des potentiels évoqués peuvent être utilisées pour mesurer la progression de la maladie et l'efficacité du traitement thérapeutique, y compris les traitements conçus pour améliorer la conduction. 61 , 155

L'utilisation des potentiels évoqués comme outil de diagnostic a considérablement diminué depuis l'avènement de l'IRM, qui fournit une image plus complète de l'activité de la maladie. Dans au moins certains cas de SEP progressive, les potentiels évoqués visuels montrent des changements au fil du temps où aucun n'est détecté dans les IRM. 192 En mai 2000, le sous-comité des normes de qualité de l'Académie américaine de neurologie a conclu que bien que les potentiels évoqués visuels soient Probablement utile pour identifier les patients présentant un risque accru de développer une SEP cliniquement définie, les réponses évoquées somatosensorielles ne sont que peut-être utile à cette fin, et il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander les potentiels évoqués auditifs du tronc cérébral comme outil de diagnostic. 84

Variantes de la maladie : la SP est-elle une maladie ou plusieurs ?

Bien que la SEP soit supposée avoir une pathogenèse sous-jacente à médiation immunitaire, il n'existe pas encore de marqueur biologique spécifique à la maladie et pouvant être utilisé à des fins de diagnostic. De même, les preuves sont insuffisantes pour permettre la détection de tout agent infectieux présumé lié à une maladie comme base pour définir la maladie. Ainsi, la SEP continue d'être définie par des ensembles de critères qui ont été développés sur la base d'observations cliniques et pathologiques. La SEP peut très bien être hétérogène du point de vue de la génétique, des mécanismes pathogènes, des phénotypes cliniques et de l'immunopathologie. Pour être considéré comme une variante véritablement distinctive de la SEP, tout sous-type de maladie distinct putatif défini dans l'une de ces catégories devrait être corrélé avec les caractéristiques distinctives identifiées dans chacune des autres catégories.

Les cas classés comme SEP sont reconnus lorsque la distribution de la maladie se situe principalement dans la moelle épinière, le cerveau postérieur (cervelet ou tronc cérébral) ou le cerveau. Différents modèles animaux ont des distributions topographiques distinctes, dont certains semblent avoir des immunopathologies distinctes. Par exemple, le virus de l'encéphalomyélite murine de Theiler, la maladie démyélinisante qui affecte les souris, est principalement une maladie de la moelle épinière. Il existe une surreprésentation apparente de phénotypes spécifiques dans certaines régions géographiques. Par exemple, la SEP relativement limitée au nerf optique et à la moelle épinière est plus courante au Japon que dans d'autres pays.

Le schéma de Devic de la SEP présente une prédominance d'atteinte de la moelle épinière et du nerf optique. La pathologie est considérée comme plus destructrice que la SEP classique et le pronostic est pire. La question est de savoir si ces différences reflètent des mécanismes immunopathogènes différents chez un individu donné, même lorsque le déclencheur de la maladie, ou l'événement déclencheur, n'est pas distinct chez ces individus. Même chez des jumeaux identiques atteints de SEP, l'évolution de la maladie peut être très différente.

Thérapies modificatrices de la maladie

Un certain nombre d'agents immunomodulateurs ont été démontrés dans des essais multicentriques de phase III en double aveugle, contrôlés par placebo et bénéfiques pour les patients atteints de SEP récurrente (tableau 2.9, voir également la revue de 1999 de Rudick 187). Ces agents améliorent les caractéristiques cliniques de la maladie (ils diminuent le nombre de crises, la gravité des crises et l'aggravation soutenue de l'examen neurologique) ainsi que les caractéristiques de la maladie à l'IRM (ils diminuent la formation de nouvelles lésions, le nombre de lésions rehaussant le contraste, la charge totale de morbidité et atrophie cérébrale). Bien que tous ces médicaments aient des effets secondaires, ils sont gérables chez la plupart des patients. Le bénéfice du traitement est maintenu pendant au moins plusieurs années. On ne sait pas encore si ces agents empêchent, réduisent ou retardent la transition de la SEP récurrente à la SEP progressive, mais les données préliminaires suggèrent que cela pourrait être le cas. Tout au long de ce rapport, le terme « traitement modifiant la maladie » est utilisé pour distinguer ces agents des autres médicaments utilisés pour soulager les symptômes de la SEP qui ne modifient ni la fréquence des poussées ni le taux de progression.

TABLEAU 2.9

Thérapies modificatrices de la maladie pour la SEP récurrente.

L'interféron bêta (IFN-β) est une cytokine régulatrice anti-inflammatoire avec une activité antivirale, antinéoplasique et immunomodulatrice. Il a un certain nombre d'effets sur le système immunitaire qui seraient bénéfiques dans la SEP. Par exemple, il diminue la migration cellulaire dans le SNC, inhibe la prolifération des lymphocytes T et l'expression des marqueurs d'activation cellulaire, inhibe l'oxyde nitrique synthase inductible (l'enzyme qui produit l'oxyde nitrique, une substance potentiellement nocive), et améliore la production de l'anti-inflammatoire cytokine interleukine-10 et du facteur de croissance nerveuse (qui pourrait améliorer la remyélinisation et la réparation axonale) (examiné en 1999 par Rudick 187). Il existe deux types d'interféron bêta recombinant (fabriqué artificiellement). L'interféron bêta-1a (Avonex, Rebif) est un double de l'interféron bêta humain. * L'interféron bêta-1b (Betaseron) présente trois différences moléculaires par rapport à l'interféron bêta humain : il n'est pas glycosylé, il y a une substitution d'acide aminé en position 17 et il n'y a pas de méthionine “N-terminal”. 6 Les trois thérapies par interféron bêta disponibles sont administrées dans des quantités et des schémas posologiques différents (tableau 2.9). Il existe des effets secondaires bien connus (le plus souvent des réactions pseudo-grippales), qui surviennent au maximum au cours des premières semaines ou des premiers mois de traitement. Les réactions pseudo-grippales peuvent être minimisées en initiant le traitement avec un calendrier d'augmentation de la dose et en utilisant régulièrement une prémédication anti-inflammatoire pendant les premières semaines de traitement.

L'acétate de glatiramère (Copaxone) est constitué de polymères aléatoires de quatre acides aminés, conçus pour imiter la protéine basique de la myéline, un composant important de la myéline du SNC. On pense que l'acétate de glatiramère agit en activant les cellules T régulatrices anti-inflammatoires, qui migrent ensuite dans le SNC pour inhiber les réactions immunitaires locales. L'acétate de glatiramer a un excellent profil d'effets secondaires. Les patients peuvent présenter des réactions au site d'injection, mais elles ont tendance à être assez mineures. Environ 10 à 15 pour cent des patients présentent au moins une réaction post-injection immédiate caractérisée par une oppression thoracique, des palpitations, des bouffées vasomotrices et de l'anxiété quelques minutes après l'injection. La réaction ne dure que quelques minutes et n'est pas dangereuse.

La mitoxantrone (Novantrone) est un agent cytotoxique qui interfère avec la synthèse et la réparation de l'ADN et supprime une variété de cellules du système immunitaire. Il améliore également l'activité des cellules suppressives. Il est administré en perfusion intraveineuse de 5 à 15 minutes, tous les trois mois. La mitoxantrone est assez bien tolérée à faible dose. Dans le récent essai de phase III, les doses faibles (5 mg/m 2 ) et élevées (12 mg/m 2 ) ont montré une efficacité, mais la dose élevée a donné les meilleurs résultats globaux. 111 La mitoxantrone ne doit pas être administrée à une dose cumulative de 140 mg/m 2 ou plus en raison de préoccupations concernant la cardiotoxicité, ce qui signifie également que ce médicament ne peut être utilisé que pendant quelques années.

Les traitements actuellement disponibles sont très efficaces pour prévenir le type de lésions de la SEP qui peuvent être visualisées à l'aide de l'IRM. Ils sont modérément efficaces pour prévenir et réduire la gravité des rechutes, mais ils sont généralement décevants pour prévenir l'invalidité à long terme, l'objectif le plus important du traitement. Cela pourrait refléter le moment du traitement, et on a récemment insisté sur le fait de commencer le traitement au moment où la SEP est diagnostiquée pour la première fois. Ce type de thérapie précoce est probablement le plus efficace pour retarder ou prévenir l'invalidité à long terme, bien que cet effet n'ait pas encore été clairement démontré par des études de recherche empiriques (Richard Rudick, communication personnelle). Il est clair qu'il reste beaucoup à faire pour développer des thérapies pour les personnes atteintes de SP.

Deux études récentes, l'étude de prévention de l'interféron bêta-1a (Avonex) (CHAMPS, Controlled High Risk Subjects Avonex Multiple Sclerosis Prevention) et l'essai de traitement précoce de l'interféron bêta-1a (Rebif) (ETOMS, Early Treatment of Multiple Sclerosis), ont comparé l'utilisation d'un traitement modificateur de la maladie avec un placebo chez les patients après leur première crise qui ont également une IRM cérébrale anormale. Il s'agit de patients à haut risque de SEP, mais qui ne répondent pas aux critères actuels de diagnostic définitif. Dans les deux études, un traitement précoce avec un agent modificateur de la maladie a significativement retardé l'apparition d'une deuxième crise clinique au cours de la période d'étude de deux ans. Les patients qui ont reçu un traitement ont également montré une activité de la maladie IRM significativement moindre au cours des deux années suivantes. Ces deux essais ont conduit à une réévaluation du moment où le traitement modificateur de la maladie doit être commencé. La déclaration de consensus de la National MS Society a approuvé le traitement des patients dès qu'un diagnostic définitif de SEP récurrente est posé. Si de nouveaux critères diagnostiques sont formulés pour un diagnostic basé sur l'IRM au moment d'une première crise, il est probable que l'utilisation de la thérapie de fond s'étendra pour inclure ces premiers patients.

L'interféron bêta et l'acétate de glatiramère ont été testés principalement dans la SEP récurrente. Il est plus controversé de savoir s'ils bénéficient de la SEP progressive. Plusieurs essais de phase III ont examiné le traitement par interféron bêta chez des patients atteints de SEP progressive secondaire, avec des résultats contradictoires. L'étude secondaire progressive européenne sur le bêta-interféron-1b ​​(Betaseron) a montré un effet significatif sur le ralentissement de la progression. En revanche, l'étude nord-américaine secondaire progressive d'interféron bêta-1b et l'étude européenne SPECTRIMS bêta-interféron-1a (Rebif) n'ont montré aucun effet significatif sur la progression. Ces essais ont cependant montré des résultats positifs sur les critères de jugement secondaires tels que le taux de rechute et les paramètres de la maladie à l'IRM. L'étude européenne, qui a montré un effet du traitement sur la progression contrairement aux deux études négatives, a inclus des patients à progression secondaire qui avaient une durée de maladie plus courte, avaient encore des rechutes et avaient des lésions IRM cérébrales rehaussant le contraste. Considérées dans leur ensemble, ces études suggèrent que dans les premiers stades de la SEP, lorsqu'il existe encore une composante inflammatoire significative (reflétée par des rechutes cliniques et une activité lésionnelle rehaussée par le gadolinium), l'interféron bêta peut avoir un effet positif sur la progression clinique. Dans les derniers stades progressifs et non récurrents de la SEP, où il semble y avoir une atrophie continue relativement indépendante de l'activité de la lésion augmentant le contraste, l'interféron bêta ne semble pas ralentir la progression. L'essai européen de phase III sur la mitoxantrone a recruté à la fois des patients atteints de SEP récurrente et secondairement progressive. 111 Le médicament a eu un effet positif sur la progression comme indiqué par une diminution de l'échelle d'atteinte EDSS à la fin de l'étude (variation de -0,13 par rapport à +0,23 dans le groupe placebo, p = 0,038) (pour l'échelle EDSS, voir Annexe D). Un essai en cours (étude IMPACT) dans la SEP progressive secondaire teste l'interféron bêta-1a à double dose (Avonex) une fois par semaine. Il n'y a pas eu d'essais thérapeutiques majeurs dans la SEP primaire progressive et récurrente progressive. Un essai de phase III de trois ans est actuellement en cours sur l'acétate de glatiramère dans la SEP progressive primaire (l'essai Promise).

Échecs du traitement

Chacun des traitements modificateurs de la maladie actuellement disponibles présente des lacunes, notamment une efficacité partielle pour les patients en tant que groupe et des effets indésirables potentiels. Il y a quatre raisons pour lesquelles les traitements échouent, la non-adhérence de la part du patient, les effets secondaires indésirables, la production d'anticorps neutralisants et la non-réponse à la maladie (revue par Cohen et al., 1999 43 ).

L'adhésion du patient est un facteur d'efficacité de tout médicament, mais particulièrement lorsque les espoirs d'un patient dépassent le résultat, ce qui est particulièrement important pour les thérapies préventives, mais non réparatrices. Les principes fondamentaux pour augmenter l'adhésion sont la sélection appropriée des patients pour le traitement, la disponibilité d'un soutien médical adéquat tout au long du traitement et, peut-être plus important encore, l'éducation des patients avant et pendant le traitement. Les patients atteints de SEP doivent être pleinement informés que le traitement peut prévenir les rechutes et l'accumulation d'incapacités, mais qu'il n'améliorera pas les manifestations préexistantes. De plus, certains patients sont opposés à l'auto-injection et ne seront pas persuadés de s'injecter un médicament (à moins, peut-être, qu'ils soient convaincus d'un bénéfice substantiel et certain, ce que de nombreux patients atteints de SEP ne sont pas).

Les politiques de financement des soins de santé varient considérablement d'un pays à l'autre et même au sein de pays comme les États-Unis et le Canada. Cela influencera également l'adhésion du patient. Dans des pays comme la France où les coûts des traitements de la SEP sont entièrement couverts par l'État, il est peu probable que le coût influence l'observance, mais dans les pays où les patients doivent assumer eux-mêmes l'intégralité des coûts des traitements modificateurs de la SEP, nombre d'entre eux décideront qu'ils ne peuvent pas se permettre de payer plus de 10 000 $ (US) de dépenses annuelles pour les modestes avantages pour la santé qu'ils pourraient en tirer.

Les effets indésirables sont une raison fréquente d'arrêt du traitement, mais ils ne constituent généralement pas des menaces graves pour la santé. L'effet secondaire le plus courant de l'acétate de glatiramère est l'irritation au site d'injection, bien qu'elle soit généralement légère. Les effets secondaires les plus courants de l'interféron bêta sont des symptômes pseudo-grippaux, qui disparaissent généralement après trois à six mois. (La dépression est également un effet secondaire possible et est discutée plus en détail au chapitre 3.) Bien que seulement 4 pour cent des patients activement traités se soient retirés des essais cliniques sur l'interféron bêta en raison d'effets secondaires, dans la pratique clinique, 11 pour cent arrêtent dans les quatre mois suivant initier un traitement (examiné en 1999 par Mohr et al. 144 ). (Le pourcentage de patients qui arrêtent le traitement en raison d'effets secondaires pourrait toutefois diminuer à mesure que les médecins deviendront plus expérimentés dans la gestion de ces effets secondaires.)

Il est difficile de définir une maladie non répondante chez des patients individuels, car malheureusement, les patients peuvent continuer à présenter des rechutes après le début d'un traitement de fond par l'interféron bêta ou l'acétate de glatiramère. La comparaison des taux de rechute avant et après le traitement pose de nombreux problèmes et il est souvent difficile d'identifier si un patient individuel réagit au traitement. Au minimum, le niveau de déficience et d'incapacité neurologiques d'un patient doit rester stable pendant le traitement. L'augmentation persistante du gadolinium ou l'accumulation de lésions en T2 doit être considérée comme une caractéristique préoccupante, même en l'absence de preuve clinique d'activité ou d'aggravation.

Enfin, des anticorps neutralisants, qui peuvent interférer avec les effets des interférons, apparaissent chez jusqu'à 20 % des patients après deux ans de traitement par interféron bêta. Ils ne semblent pas être un problème avec l'acétate de glatiramère. L'augmentation des anticorps neutralisants semble être associée à un bénéfice clinique réduit, bien qu'il existe encore une certaine controverse sur ce point. Par exemple, on ne sait toujours pas quels niveaux d'anticorps neutralisants sont cliniquement significatifs, à quelle fréquence ils persistent et quelle est la méthode la plus fiable pour les mesurer. Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur les tests d'anticorps neutralisants chez les patients atteints de SEP traités avec des interférons bêta et sur la meilleure façon d'utiliser les résultats pour gérer correctement le traitement des patients.

Rentabilité

Les thérapies modificatrices de la maladie sont chères, coûtant environ 8 000 $ à 10 000 $ (États-Unis) par an. 187 Plusieurs études ont indiqué que leurs coûts l'emportent sur leurs avantages, mais ces analyses ont été fortement critiquées. 29 , 177 Forbes et ses collègues 73 ont fait valoir qu'il n'est pas rentable de traiter les patients atteints de SEP progressive avec l'interféron bêta-1b en Grande-Bretagne et que l'argent dépensé pour l'interféron bêta-1b serait mieux dépensé pour d'autres services, tels que les soins de soutien et interventions simples pour réduire le fardeau des symptômes des patients. Les analyses du rapport coût-efficacité des traitements médicaux utilisent souvent des années de vie ajustées sur la qualité (QALY) pour mesurer les avantages pour la santé (voir encadré 2.2). Les coûts estimés du traitement par interféron bêta par gain de QALY pour la SEP récurrente-rémittente vont de 809 000 livres sterling (1 140 000 $ US) à 162 à 2 038 400 livres sterling (2 870 000 $ US). 152 Les estimations sont considérablement plus faibles au Canada (406 000 à 490 000 dollars canadiens, ou 270 000 $ à 330 000 $ US). 159 Pour la SEP progressive secondaire, les coûts estimés du traitement par interféron bêta par gain de QALY varient de 874 600 livres sterling (1 230 000 $ US) 152 à 1 024 000 livres sterling (1 440 000 $ US). 73 Alors que les dépenses liées aux maladies sont relativement faciles à calculer, les avantages de ces dépenses ne sont pas si faciles à calculer, en particulier dans les maladies à long terme où les traitements peuvent ralentir la progression de la maladie, mais ne la guérissent pas ni ne rétablissent les fonctions altérées.

ENCADRÉ 2.2

Que sont les années de vie corrigées de la qualité ? Les années de vie ajustées sur la qualité sont une mesure de l'état de santé qui inclut à la fois la quantité et la qualité de vie dans une seule mesure de résultat. , Multiplication de l'espérance de vie par une fraction d'ajustement de la qualité de vie, ou utilité, (suite. )

En plus des limitations inhérentes à l'utilisation des QALY, il existe d'autres problèmes avec la conclusion que les thérapies modificatrices de la maladie ne sont pas rentables. Les études réalisées à ce jour ont été critiquées pour avoir utilisé une méthodologie économique médiocre dans l'interprétation des données. 64 , 177 Dans une revue de l'année 2000 sur les médicaments immunomodulateurs utilisés pour traiter la SEP, le comité du British National Health Service sur l'évaluation des technologies de la santé a conclu que la rentabilité de ces médicaments n'est tout simplement pas connue. 29 Le comité a cité un manque d'essais cliniques de qualité pour chaque médicament, y compris des limitations méthodologiques, une mauvaise communication des données, de petites tailles d'échantillon, une courte durée, des régimes de traitement et des mesures de résultats incohérents, et une incertitude quant à la signification clinique des avantages déclarés. 29 Cette dernière critique pourrait cependant évoluer. De nouvelles données sur ces médicaments émergent à un rythme si rapide que les conclusions sur leurs avantages devraient être reconsidérées à mesure que de nouvelles données d'essais cliniques deviennent disponibles.

En général, l'analyse coût-efficacité doit être considérée avec scepticisme. La rentabilité est une question hautement politisée dans laquelle les principes économiques sont souvent mal appliqués. 64 En effet, le système de santé des États-Unis favorise souvent la livraison économiquement inefficace de certains produits, par exemple les greffes du foie, dans la mesure où les prestataires de soins de santé sont prêts à assumer des coûts supplémentaires pour gagner des parts de marché. De plus, les comparaisons transnationales ont peu de mérite en raison des différences entre les systèmes de santé nationaux, ainsi que d'autres facteurs économiques et sociaux. Enfin, bien que l'analyse économique révèle d'importants compromis financiers, toutes les sociétés possèdent certaines valeurs sociales qui l'emportent sur les considérations économiques. Pour de nombreuses personnes, la santé et le bien-être de leurs proches et d'eux-mêmes font partie des valeurs les plus profondes.


Dimanche 19 mars 2017

Bonus day : question 36 de Physics GRE

Le condensateur du circuit ci-dessus est chargé. Si l'interrupteur S est fermé au temps t = 0, lequel des éléments suivants représente l'énergie magnétique, U, dans l'inducteur en fonction du temps ? (Supposons que le condensateur et l'inducteur sont idéaux.)

C'est une question relativement simple avec P+=50%. Passons maintenant à la réponse : Afficher la réponse

Pour y arriver, nous pourrions utiliser le processus d'élimination : trouver toutes les réponses qui ne sont PAS correctes et voir ce qui reste. Tout d'abord, la question dit "Supposons que le condensateur et l'inducteur sont idéaux". Ce que cela signifie d'emblée, c'est qu'il ne devrait y avoir aucune dissipation d'énergie. La réponse D est donc tout de suite incorrecte. De plus, nous devons nous rappeler que l'énergie de l'inducteur dépend du courant (contrairement au fait que l'énergie du condensateur dépend de la tension aux bornes de ses plaques). Dans les conditions initiales, aucun courant ne traverse le circuit car l'interrupteur S est ouvert. Par conséquent, la bonne réponse devrait avoir un début de tracé à 0. Cela élimine les réponses B, C, D (encore une fois). Il nous reste des réponses E ou A. Vous pouvez en choisir un en vous référant à nouveau à l'idéalité ou à l'idéalité du circuit. Les oscillations indéfinies (réponse A) sont la seule possibilité dans ce cas. Soit dit en passant, le fait que cette question assez simple ait un P+ de seulement 50% devrait vous dire qu'il n'est pas si difficile d'obtenir un score élevé sur Physics GRE. Tu peux le faire!

Échantillon GRE Q55

Il s'avère que ce blog est toujours opérationnel :-) donc en voici un nouveau : Exemple de test de biochimie GRE, question 55 avec P+ de 31% (à partir de l'édition 2016) [*P+ ​​est le pourcentage de candidats qui ont donné la bonne réponse.]

Une protéine de transport d'acides aminés est responsable du transport d'un acide aminé spécifique à travers une membrane. Les valeurs KI de plusieurs inhibiteurs compétitifs du transporteur d'acides aminés sont indiquées ci-dessus. Sur la base de ces données, lequel des éléments suivants est le plus probablement l'acide aminé transporté par cette protéine ?


Comme vous pouvez le voir, seule la tyrosine (E) porte un groupe benzyle et a également moins de charge que les autres composés. donc la réponse est E


Contenu

En raison de la sélection naturelle, les personnes qui vivaient dans des zones à fort ensoleillement ont développé une coloration de la peau foncée pour se protéger des rayons ultraviolets (UV), principalement pour protéger leur corps de l'épuisement du folate. La pigmentation évolutive de la peau a été causée par le rayonnement ultraviolet du soleil. Alors que les hominidés perdaient progressivement leur fourrure il y a entre 1,2 et 4 millions d'années, pour permettre un meilleur refroidissement par la transpiration, leur peau nue et légèrement pigmentée a été exposée au soleil. Sous les tropiques, la sélection naturelle a favorisé les populations humaines à la peau foncée, car des niveaux élevés de pigmentation de la peau protégeaient contre les effets nocifs de la lumière du soleil. La réflectance de la peau des populations autochtones (la quantité de lumière solaire réfléchie par la peau) et le rayonnement UV réel dans une zone géographique particulière sont fortement corrélés, ce qui soutient cette idée. Des preuves génétiques soutiennent également cette notion, démontrant qu'il y a environ 1,2 million d'années, il y avait une forte pression évolutive qui a agi sur le développement de la pigmentation de la peau foncée chez les premiers membres du genre. Homo. [24] L'effet de la lumière du soleil sur les niveaux d'acide folique a été crucial dans le développement de la peau foncée. [3] [25]

Les premiers ancêtres primates des humains modernes avaient très probablement la peau claire, comme notre plus proche parent moderne, le chimpanzé. [26] Il y a environ 7 millions d'années, les lignées humaines et chimpanzées ont divergé, et il y a entre 4,5 et 2 millions d'années, les premiers humains ont quitté les forêts tropicales pour les savanes d'Afrique de l'Est. [22] [27] Ils ont non seulement dû faire face à une lumière du soleil plus intense, mais ont dû développer un meilleur système de refroidissement. Il était plus difficile d'obtenir de la nourriture dans les savanes chaudes et comme le cerveau des mammifères est sujet à la surchauffe (une élévation de température de 5 ou 6 °C peut entraîner un coup de chaleur), il était nécessaire de développer une meilleure régulation de la chaleur. La solution était la transpiration et la perte de poils. [22]

La transpiration dissipe la chaleur par évaporation. Les premiers humains, comme les chimpanzés maintenant, avaient peu de glandes sudoripares, et la plupart d'entre elles étaient situées dans la paume des mains et la plante des pieds. Parfois, des individus avec plus de glandes sudoripares sont nés. Ces humains pouvaient chercher de la nourriture et chasser pendant de plus longues périodes avant d'être forcés de retourner dans l'ombre. Plus ils pouvaient se nourrir, plus ils pouvaient produire de progénitures nombreuses et en meilleure santé, et plus ils avaient de chances de transmettre leurs gènes pour des glandes sudoripares abondantes. Avec moins de cheveux, la sueur pourrait s'évaporer plus facilement et refroidir le corps des humains plus rapidement. Quelques millions d'années d'évolution plus tard, les premiers humains avaient des poils clairsemés et plus de 2 millions de glandes sudoripares dans leur corps. [22] [28] [29]

La peau glabre, cependant, est particulièrement vulnérable aux dommages causés par la lumière ultraviolette et cela s'est avéré être un problème pour les humains vivant dans des zones de rayonnement UV intense, et le résultat de l'évolution a été le développement d'une peau de couleur foncée comme protection. Les scientifiques ont longtemps supposé que les humains faisaient évoluer la mélanine afin d'absorber ou de diffuser les rayons nocifs du soleil. Certains chercheurs ont supposé que la mélanine protégeait contre le cancer de la peau. Bien qu'un rayonnement UV élevé puisse provoquer un cancer de la peau, le développement du cancer survient généralement après l'âge de procréer. Comme la sélection naturelle favorise les individus présentant des traits de réussite reproductive, le cancer de la peau a eu peu d'effet sur l'évolution de la peau foncée. Des hypothèses antérieures suggéraient que les mamelons brûlés par le soleil entravaient l'allaitement, mais un léger bronzage suffit à protéger les mères contre ce problème. [22] [30] [31] [32]

Une étude de 1978 a examiné l'effet de la lumière du soleil sur les niveaux de folate, un complexe de vitamines B. [ citation requise ] L'étude a révélé que même de courtes périodes d'ensoleillement intense peuvent réduire de moitié les niveaux de folate si quelqu'un a la peau claire. De faibles niveaux de folate sont corrélés avec des anomalies du tube neural, telles que l'anencéphalie et le spina bifida. Les rayons UV peuvent éliminer le folate, ce qui est important pour le développement de fœtus sains. Dans ces anomalies, les enfants naissent avec un cerveau ou une moelle épinière incomplets. Nina Jablonski, professeur d'anthropologie et experte en évolution de la coloration de la peau humaine, [33] a découvert plusieurs cas dans lesquels les visites des mères dans les studios de bronzage étaient liées à des anomalies du tube neural en début de grossesse. Elle a également découvert que le folate était crucial pour le développement du sperme, certains médicaments contraceptifs masculins sont basés sur l'inhibition du folate. Il a été constaté que le folate peut avoir été la force motrice derrière l'évolution de la peau foncée. [3] [20]

Alors que les humains se dispersaient de l'Afrique équatoriale vers des zones à faible rayonnement UV et à des altitudes plus élevées il y a quelque temps entre 120 000 et 65 000 ans, la peau foncée constituait un inconvénient. [34] [35] Les populations avec la pigmentation de peau claire ont évolué dans les climats de peu de lumière du soleil. La pigmentation claire de la peau protège contre les carences en vitamine D. On sait que les personnes à la peau foncée qui ont déménagé dans des climats à faible ensoleillement peuvent développer des affections liées à la vitamine D telles que le rachitisme et différentes formes de cancer. [3] [36]

Hypothèses antérieures Modifier

Les principales autres hypothèses avancées à travers l'histoire pour expliquer l'évolution de la coloration foncée de la peau concernent une mortalité accrue due aux cancers de la peau, une meilleure condition physique grâce à la protection contre les coups de soleil et des avantages accrus dus aux propriétés antibactériennes de l'eumélanine. [3]

La peau sombre et riche en eumélanine protège contre les dommages à l'ADN causés par la lumière du soleil. [37] Ceci est associé à des taux de cancer de la peau plus faibles parmi les populations à peau foncée. [38] [39] [40] [41] [42] La présence de phéomélanine dans la peau claire augmente le stress oxydatif dans les mélanocytes, ce qui, combiné à la capacité limitée de la phéomélanine à absorber les rayons UV, contribue à des taux plus élevés de cancer de la peau chez les personnes légères. individus écorchés. [43] L'effet dommageable des rayons UV sur la structure de l'ADN et le risque élevé de cancer de la peau qui en découle sont largement reconnus. [24] [44] [45] [46] [47] Cependant, ces types de cancer affectent généralement les personnes à la fin ou après leur carrière reproductive et pourraient ne pas avoir été la raison évolutive du développement de la pigmentation de la peau foncée. [24] [31] De tous les principaux types de cancer de la peau, seul le mélanome malin a un effet majeur sur l'âge de procréer. Les taux de mortalité du mélanome étaient très faibles (moins de 5 pour 100 000) avant le milieu du 20e siècle. Il a été avancé que les faibles taux de mortalité par mélanome en âge de procréer ne peuvent pas être la principale raison du développement de la pigmentation foncée de la peau. [32]

Des études ont montré que même les coups de soleil graves ne pouvaient pas affecter la fonction des glandes sudoripares et la thermorégulation. Il n'y a pas de données ou d'études qui soutiennent que les coups de soleil peuvent causer des dommages si graves qu'ils peuvent affecter le succès de reproduction. [3]

Un autre groupe d'hypothèses soutenait que la pigmentation foncée de la peau s'était développée en tant que protection antibactérienne contre les maladies infectieuses tropicales et les parasites. Bien qu'il soit vrai que l'eumélanine possède des propriétés antibactériennes, son importance est secondaire à « l'adsorption physique » (physisorption) pour protéger contre les dommages induits par les rayons UV. Cette hypothèse n'est pas cohérente avec la preuve que la majeure partie de l'évolution des hominidés a eu lieu dans des environnements de savane et non dans les forêts tropicales humides. [48] ​​Les humains vivant dans des environnements chauds et ensoleillés ont la peau plus foncée que les humains qui vivent dans des environnements humides et nuageux. [35] L'hypothèse antimicrobienne n'explique pas non plus pourquoi certaines populations (comme les Inuits ou les Tibétains) qui vivent loin des tropiques et sont exposées à des rayons UV élevés ont une pigmentation de la peau plus foncée que leurs populations environnantes. [3]

Les humains à la peau foncée ont de grandes quantités de mélanine dans leur peau. La mélanine est un dérivé de l'acide aminé tyrosine. L'eumélanine est la forme dominante de mélanine présente dans la peau humaine. L'eumélanine protège les tissus et l'ADN des dommages causés par les rayons UV. La mélanine est produite dans des cellules spécialisées appelées mélanocytes, qui se trouvent au niveau le plus bas de l'épiderme. [49] La mélanine est produite à l'intérieur de petits emballages liés à la membrane appelés mélanosomes. Les personnes à la peau foncée naturelle ont des mélanosomes agglutinés, gros et pleins d'eumélanine. [50] [51] Une différence de quatre fois dans la peau foncée naturelle offre une protection de sept à huit fois contre les dommages à l'ADN, [51] mais même la couleur de peau la plus foncée ne peut pas protéger contre tous les dommages à l'ADN. [3]

La peau foncée offre une grande protection contre les UVR en raison de sa teneur en eumélanine, des capacités d'absorption des UVR des gros mélanosomes, et parce que l'eumélanine peut être mobilisée plus rapidement et amenée à la surface de la peau depuis les profondeurs de l'épiderme. [3] Pour la même région corporelle, les individus à peau claire et foncée ont un nombre similaire de mélanocytes (il existe des variations considérables entre les différentes régions corporelles), mais les organites contenant des pigments, appelés mélanosomes, sont plus gros et plus nombreux chez les individus à peau foncée. personnes. Les kératocytes de peau foncée co-cultivés avec des mélanocytes donnent naissance à un modèle de distribution des mélanosomes caractéristique de la peau foncée. [52] [53] Les mélanosomes ne sont pas à l'état agrégé dans la peau sombrement pigmentée par rapport à la peau légèrement pigmentée. En raison des mélanosomes fortement mélaniques de la peau à pigmentation foncée, il peut absorber plus d'énergie des rayons UV et offre ainsi une meilleure protection contre les coups de soleil et par absorption et dispersion des rayons UV. [24]

La peau à pigmentation foncée protège contre les dommages directs et indirects de l'ADN. La photodégradation se produit lorsque la mélanine absorbe des photons. Des recherches récentes suggèrent que l'effet photoprotecteur de la peau foncée est accru par le fait que la mélanine peut capturer les radicaux libres, tels que le peroxyde d'hydrogène, qui sont créés par l'interaction des rayons UV et des couches de la peau. [24] Les mélanocytes fortement pigmentés ont une plus grande capacité à se diviser après une irradiation ultraviolette, ce qui suggère qu'ils subissent moins de dommages à leur ADN. [24] Malgré cela, le rayonnement ultraviolet à ondes moyennes (UVB) endommage le système immunitaire même chez les individus à la peau plus foncée en raison de son effet sur les cellules de Langerhans. [24] La couche cornée des personnes à la peau foncée ou fortement bronzée est plus condensée et contient plus de couches de cellules cornées que chez les humains légèrement pigmentés. Ces qualités de peau foncée renforcent la fonction barrière de protection de la peau. [24]

Bien que la peau à pigmentation foncée absorbe environ 30 à 40 % plus de lumière du soleil qu'une peau à pigmentation légère, la peau foncée n'augmente pas l'apport de chaleur interne du corps dans des conditions de rayonnement solaire intense. Le rayonnement solaire chauffe la surface du corps et non l'intérieur. De plus, cette quantité de chaleur est négligeable par rapport à la chaleur produite lorsque les muscles sont activement sollicités pendant l'exercice. Quelle que soit la couleur de la peau, les humains ont d'excellentes capacités à dissiper la chaleur par la transpiration. [35] La moitié du rayonnement solaire atteignant la surface de la Terre est sous forme de lumière infrarouge et est absorbée de la même manière quelle que soit la coloration de la peau. [24]

Chez les personnes à la peau foncée naturelle, le bronzage se produit avec la mobilisation spectaculaire de la mélanine vers le haut dans l'épiderme et se poursuit avec l'augmentation de la production de mélanine. Cela explique le fait que les personnes à la peau foncée deviennent visiblement plus foncées après une ou deux semaines d'exposition au soleil, puis perdent leur couleur après des mois où elles restent à l'abri du soleil. Les personnes à pigmentation foncée ont tendance à présenter moins de signes de vieillissement de leur peau que les personnes à pigmentation légère, car leur peau foncée les protège de la plupart des photovieillissements. [35]

La couleur de la peau est un trait polygénique, ce qui signifie que plusieurs gènes différents sont impliqués dans la détermination d'un phénotype spécifique. De nombreux gènes travaillent ensemble dans des combinaisons complexes, additives et non additives pour déterminer la couleur de la peau d'un individu. Les variations de couleur de peau sont normalement réparties du clair au foncé, comme c'est habituel pour les traits polygéniques. [54] [55]

Les données recueillies à partir d'études sur MC1R gène a montré qu'il existe un manque de diversité dans les échantillons africains à peau foncée dans l'allèle du gène par rapport aux populations non africaines. Ceci est remarquable étant donné que le nombre de polymorphismes pour presque tous les gènes du pool génétique humain est plus élevé dans les échantillons africains que dans toute autre région géographique. Ainsi, alors que le MC1RSi le gène ne contribue pas de manière significative à la variation de la couleur de la peau dans le monde, l'allèle trouvé à des niveaux élevés dans les populations africaines protège probablement contre les rayons UV et a probablement joué un rôle important dans l'évolution de la peau foncée. [56] [57]

La couleur de la peau semble varier principalement en raison des variations d'un certain nombre de gènes de grand effet ainsi que de plusieurs autres gènes de petit effet (TYR, TYRP1, OCA2, SLC45A2, SLC24A5, MC1R, KITLG et SLC24A4). Ceci ne prend pas en compte les effets de l'épistasie, qui augmenterait probablement le nombre de gènes apparentés. [58] Variations de la SLC24A5 représentent 20 à 25 % de la variation entre les populations à peau foncée et claire d'Afrique, [59] et semblent être apparus aussi récemment qu'au cours des 10 000 dernières années. [60] Le polymorphisme Ala111Thr ou rs1426654 dans la région codante du gène SLC24A5 atteint la fixation en Europe et est également courant parmi les populations d'Afrique du Nord, de la Corne de l'Afrique, d'Asie occidentale, d'Asie centrale et d'Asie du Sud. [61] [62] [63]

La pigmentation de la peau est une adaptation évolutive aux différents niveaux d'UVR dans le monde. En conséquence, il existe de nombreuses implications pour la santé qui sont le produit des mouvements de population d'humains présentant une certaine pigmentation de la peau vers de nouveaux environnements avec différents niveaux d'UV. [3] Les humains modernes ignorent souvent leur histoire évolutive à leurs risques et périls. [3] Les pratiques culturelles qui augmentent les problèmes de conditions parmi les populations à peau foncée sont les vêtements traditionnels et un régime pauvre en vitamine D. [64]

Avantages en plein soleil Modifier

Les personnes à pigmentation foncée vivant dans des environnements très ensoleillés sont avantagées en raison des quantités élevées de mélanine produites dans leur peau. La pigmentation foncée protège des dommages à l'ADN et absorbe les bonnes quantités de rayonnement UV nécessaires à l'organisme, tout en protégeant contre l'épuisement du folate. Le folate est un complexe de vitamines B hydrosolubles qui se trouve naturellement dans les légumes verts à feuilles, les grains entiers et les agrumes. Les femmes ont besoin de folate pour maintenir des ovules sains, pour une bonne implantation des ovules et pour le développement normal du placenta après la fécondation. Le folate est nécessaire à la production normale de spermatozoïdes chez les hommes. De plus, le folate est essentiel à la croissance fœtale, au développement des organes et au développement du tube neural. Le folate se décompose en UVR de haute intensité. [35] Les femmes à la peau foncée souffrent du niveau le plus bas de malformations du tube neural. [35] [65] Le folate joue un rôle important dans la production d'ADN et l'expression des gènes. Il est essentiel pour maintenir des niveaux appropriés d'acides aminés qui composent les protéines. Le folate est utilisé dans la formation de la myéline, la gaine qui recouvre les cellules nerveuses et permet d'envoyer rapidement des signaux électriques. Le folate joue également un rôle important dans le développement de nombreux neurotransmetteurs, par ex. la sérotonine qui régule l'appétit, le sommeil et l'humeur. Le folate sérique est décomposé par les rayons UV ou la consommation d'alcool. [35] Parce que la peau est protégée par la mélanine, les personnes à pigmentation foncée ont moins de chances de développer un cancer de la peau et des affections liées à une carence en folate, telles que des anomalies du tube neural. [3]

Inconvénients en cas de faible ensoleillement Modifier

Il a été observé que les personnes à la peau foncée vivant dans des environnements à faible ensoleillement sont très sensibles aux carences en vitamine D en raison d'une synthèse réduite de la vitamine D. Une personne à la peau foncée a besoin d'environ six fois plus d'UVB que les personnes légèrement pigmentées. Ce n'est pas un problème près de l'équateur, cependant, cela peut être un problème à des latitudes plus élevées. [35] Pour les humains à la peau foncée dans les climats à faible rayonnement UV, cela peut prendre environ deux heures pour produire la même quantité de vitamine D que les humains à la peau claire produisent en 15 minutes. Les personnes à la peau foncée ayant un indice de masse corporelle élevé et ne prenant pas de suppléments de vitamine D étaient associées à une carence en vitamine D. [66] [67] La ​​vitamine D joue un rôle important dans la régulation du système immunitaire humain et les carences chroniques en vitamine D peuvent rendre les humains sensibles à des types spécifiques de cancers et à de nombreux types de maladies infectieuses. [35] [68] [69] La carence en vitamine D multiplie par cinq le risque de développer la tuberculose et contribue également au développement du cancer du sein, de la prostate et colorectal. [70]

La maladie la plus répandue à la suite d'une carence en vitamine D est le rachitisme, le ramollissement des os chez les enfants pouvant entraîner des fractures et des déformations. Le rachitisme est causé par une synthèse réduite de la vitamine D qui entraîne une absence de vitamine D, ce qui empêche alors le calcium alimentaire d'être correctement absorbé. Dans le passé, cette maladie était courante chez les Américains à la peau foncée du sud des États-Unis qui ont migré vers le nord dans des environnements à faible ensoleillement. La popularité des boissons sucrées et la diminution du temps passé à l'extérieur ont contribué à une augmentation significative du développement du rachitisme. Les déformations du bassin féminin liées au rachitisme sévère nuisent à l'accouchement normal, ce qui entraîne une mortalité plus élevée du nourrisson, de la mère ou des deux.

La carence en vitamine D est plus fréquente dans les régions à faible ensoleillement, surtout en hiver. [71] Les carences chroniques en vitamine D peuvent également être liées au cancer du sein, de la prostate, du côlon, de l'ovaire et peut-être à d'autres types de cancer. [22] [72] [73] [74] La relation entre les maladies cardiovasculaires et la carence en vitamine D suggère également un lien entre la santé des muscles cardiaques et lisses. [75] [76] De faibles niveaux de vitamine D ont également été liés à une altération du système immunitaire et des fonctions cérébrales. [3] [77] [78] De plus, des études récentes ont établi un lien entre la carence en vitamine D et les maladies auto-immunes, l'hypertension, la sclérose en plaques, le diabète et l'incidence des pertes de mémoire.

En dehors des tropiques, les UVR doivent pénétrer à travers une couche d'atmosphère plus épaisse, ce qui entraîne la réflexion ou la destruction de la plupart des longueurs d'onde intermédiaires UVB en cours de route, car il y a moins de potentiel de biosynthèse de la vitamine D dans les régions éloignées de l'équateur. Les médecins conseillent aux médecins de suivre un régime riche en vitamine D ou de prendre des suppléments de vitamine D pour les personnes à la peau foncée vivant dans des régions à faible ensoleillement [22] [79] [80] [81] [ 82] [83] bien qu'il existe des preuves récentes que les personnes à la peau foncée sont capables de traiter la vitamine D plus efficacement que les personnes à la peau plus claire, elles peuvent donc avoir un seuil de suffisance plus bas. [19]

Il existe une corrélation entre la répartition géographique du rayonnement UV (UV) et la répartition de la pigmentation de la peau dans le monde. Les zones qui ont des quantités plus élevées d'UV ont des populations à la peau plus foncée, généralement situées plus près de l'équateur. Les zones plus éloignées de l'équateur et généralement plus proches des pôles ont une concentration plus faible d'UV et contiennent des populations à la peau plus claire. C'est le résultat de l'évolution humaine qui a contribué à une teneur variable en mélanine de la peau pour s'adapter à certains environnements. Un pourcentage plus élevé de personnes à la peau foncée se trouve dans l'hémisphère sud, car la répartition de la masse terrestre latitudinale est disproportionnée. [24] La distribution actuelle de la variation de la couleur de la peau ne reflète pas complètement la corrélation entre les rayons UV intenses et la pigmentation foncée de la peau due à la migration massive et au mouvement des peuples à travers les continents dans un passé récent. [24] Les populations à la peau foncée habitant l'Afrique, l'Australie, la Mélanésie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Asie du Sud vivent toutes dans certaines des régions où le rayonnement UV est le plus élevé au monde et ont développé des pigmentations de peau très foncées pour se protéger des rayons nocifs du soleil. . [22] [24] L'évolution a restreint les humains avec la peau plus foncée dans les latitudes tropicales, en particulier dans les régions non boisées, où le rayonnement ultraviolet du soleil est généralement le plus intense. Différentes populations à peau foncée ne sont pas nécessairement étroitement liées génétiquement. [84] Avant la migration de masse moderne, il a été avancé que la majorité des personnes à pigmentation foncée vivaient à moins de 20° de l'équateur. [85]

Les indigènes de Buka et Bougainville dans le nord des îles Salomon en Mélanésie et le peuple Chopi du Mozambique sur la côte sud-est de l'Afrique ont la peau plus foncée que les autres populations environnantes. (Les autochtones de Bougainville, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ont la pigmentation de la peau la plus foncée au monde.) Bien que ces personnes soient largement séparées, elles partagent des environnements physiques similaires. Dans les deux régions, ils subissent une très forte exposition aux rayons UV provenant d'un ciel sans nuages ​​près de l'équateur qui est réfléchi par l'eau ou le sable. L'eau réfléchit, selon la couleur, environ 10 à 30 % des UVR qui lui tombent dessus. [35] [86] Les personnes de ces populations passent de longues heures à pêcher en mer. Parce qu'il n'est pas pratique de porter des vêtements amples dans un environnement aqueux, la culture et la technologie font peu pour amortir l'exposition aux UV. La peau absorbe une très grande quantité de rayonnement ultraviolet. Ces populations sont probablement proches ou à l'obscurité maximale que la peau humaine peut atteindre. [35]

Des recherches plus récentes ont montré que les populations humaines au cours des 50 000 dernières années sont passées d'une peau foncée à une peau claire et vice versa. Il y a seulement 100 à 200 générations, les ancêtres de la plupart des gens vivant aujourd'hui résidaient probablement aussi dans un endroit différent et avaient une couleur de peau différente.Selon Nina Jablonski, les populations modernes à pigmentation foncée du sud de l'Inde et du Sri Lanka en sont un exemple, s'étant à nouveau noircies après que leurs ancêtres ont migré de régions beaucoup plus au nord. Les scientifiques pensaient à l'origine que de tels changements dans la pigmentation se produisaient relativement lentement. Cependant, les chercheurs ont depuis observé que des changements dans la coloration de la peau peuvent se produire en aussi peu que 100 générations (

2500 ans), sans mariage mixte requis. La vitesse du changement est également affectée par les vêtements, qui ont tendance à le ralentir. [87]

Australie Modifier

Les Aborigènes d'Australie, comme tous les humains, sont des descendants de migrants africains, et leurs ancêtres ont peut-être été parmi les premiers grands groupes à quitter l'Afrique il y a environ 50 000 ans. Malgré les premières migrations, des preuves génétiques ont montré que les peuples indigènes d'Australie sont génétiquement très différents des populations à peau foncée d'Afrique et qu'ils sont plus étroitement liés aux populations eurasiennes. [88]

Le terme noir a d'abord été appliqué en référence à la pigmentation de la peau des aborigènes d'Australie. Aujourd'hui, il a été adopté par les militants aborigènes comme un terme pour une culture et une identité partagées, quelle que soit la couleur de la peau. [89] [90]

Mélanésie Modifier

La Mélanésie, une sous-région de l'Océanie, dont le nom signifie « îles noires », compte plusieurs îles habitées par des personnes à la peau foncée. Les îles de Mélanésie sont situées immédiatement au nord et au nord-est de l'Australie ainsi que sur la côte est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. [91] L'extrémité ouest de la Mélanésie, de la Nouvelle-Guinée aux îles Salomon, a été colonisée pour la première fois par les humains il y a environ 40 000 à 29 000 ans. [92] [93]

Dans le monde, les cheveux blonds sont exceptionnellement rares en dehors de l'Europe et de l'Asie du Sud-Ouest, notamment chez les populations à peau foncée. Cependant, les Mélanésiens font partie des populations humaines à la peau foncée connues pour avoir les cheveux blonds naturels. [94] [95]

Nouvelle-Guinée Modifier

Le peuple autochtone papou de Nouvelle-Guinée a la peau foncée et habite l'île depuis au moins 40 000 ans. En raison de leur phénotype similaire et de l'emplacement de la Nouvelle-Guinée sur la route migratoire empruntée par les Australiens autochtones, on croyait généralement que les Papous et les Australiens autochtones partageaient une origine commune. Cependant, une étude de 1999 n'a pas trouvé d'indications claires d'une seule origine génétique partagée entre les deux populations, suggérant de multiples vagues de migration vers Sahul avec des ascendances distinctes. [96]

Afrique sub-saharienne Modifier

L'Afrique subsaharienne est la région d'Afrique située au sud du Sahara où vivent un grand nombre de populations à la peau foncée. [97] [98] Les groupes à peau foncée sur le continent ont la même protéine réceptrice que Homo ergaster et l'homo erectus avais. [99] Selon des études scientifiques, les populations africaines ont également la plus grande diversité de couleurs de peau. [100] Des niveaux élevés de variation de la couleur de la peau existent entre différentes populations en Afrique subsaharienne. Ces différences dépendent en partie de la distance générale par rapport à l'équateur, illustrant les interactions complexes des forces évolutives qui ont contribué à la distribution géographique de la couleur de la peau à tout moment. [35]

En raison de l'ascendance souvent différente parmi les populations à peau foncée, la présence de peau foncée en général n'est pas un marqueur génétique fiable, y compris parmi les groupes en Afrique. Par exemple, Wilson et al. (2001) ont découvert que la plupart de leurs échantillons éthiopiens présentaient des affinités génétiques plus étroites avec les Arméniens à la peau plus claire qu'avec les populations bantoues à la peau foncée. [101] Mohamoud (2006) a également observé que leurs échantillons somaliens étaient génétiquement plus similaires aux populations arabes qu'aux autres populations africaines. [102]

Asie du Sud Modifier

L'Asie du Sud possède l'une des plus grandes diversités de couleurs de peau en dehors de l'Afrique. La couleur de la peau des Indiens du Sud, des Sri Lankais et des Bangladais est en moyenne plus foncée que celle des Indiens du Nord et des Pakistanais. Cela est principalement dû aux conditions météorologiques en Asie du Sud – les indices UV les plus élevés se trouvent dans le sud. [103] Plusieurs études génétiques de populations sud-asiatiques dans différentes régions ont trouvé une faible corrélation négative entre le statut social et l'obscurité de la peau, représentée par l'indice de mélanine. Une étude des populations de castes dans la plaine du Gange a trouvé une association entre la proportion de peau foncée et le classement dans la hiérarchie des castes. Les Dalits avaient, en moyenne, la peau la plus foncée. [104] Une étude pan-indienne des castes telugu et nord-indienne a trouvé une corrélation similaire entre la couleur de la peau et l'association des castes, liée à l'absence du variant rs1426654-A du gène SLC245-A, mais est également liée à des mutations les surpassant. variantes. [105]

Amériques Modifier

La peau relativement foncée demeure parmi les Inuits et les autres populations de l'Arctique. Une combinaison de régimes riches en protéines et de reflets de neige en été a été supposée favoriser la rétention de la peau pigmentée. [3] [100] [25]

Les premières descriptions coloniales européennes des populations nord-américaines incluent des termes tels que « brun », « fauve » ou « olive », bien que certaines populations aient également été décrites comme « à peau claire ». [106] La plupart des populations indigènes d'Amérique du Nord se classent comme les populations africaines et océaniennes en ce qui concerne la présence de l'allèle Ala111. [107]

Les Amérindiens du Sud et les Mésoaméricains sont également généralement considérés comme ayant la peau foncée, se classant de la même manière que les populations africaines et océaniennes en ce qui concerne Ala111 présence. [107] Des niveaux élevés de rayonnement ultraviolet se produisent dans toute la région des Andes au Pérou, en Bolivie, au Chili et en Argentine. [108]

Les tests génétiques montrent une influence australienne significative, [109] théorisant que les Indiens d'Amazonie et les Australiens ont tous deux divergé d'un ancêtre commun. Les scientifiques ont testé l'analyse à l'échelle du génome ancienne et actuelle de 49 Américains d'origine centrale et sud-américaine jusqu'à 11 000 ans du Belize, du Brésil, du Pérou et du Cône Sud (Chili et Argentine). [110]


Un récepteur de la toxine diphtérique inductible par Cre médie l'ablation de la lignée cellulaire après l'administration de la toxine

Un nouveau système d'ablation de lignée est basé sur l'expression transgénique d'un récepteur de la toxine diphtérique (DTR) dans des cellules de souris et l'application de la toxine diphtérique (DT). Pour rationaliser cette approche, nous avons généré des souris transgéniques DTR inductibles par Cre (iDTR) dans lesquelles l'excision médiée par Cre d'une cassette STOP rend les cellules sensibles à la DT. Nous avons testé la souche iDTR en croisant les souches CD4-Cre et CD19-Cre spécifiques aux cellules T et B, respectivement, et observé une ablation efficace des cellules T et B après exposition à la DT. Chez les souris transgéniques doubles MOGi-Cre/iDTR exprimant la recombinase Cre dans les oligodendrocytes, nous avons observé une perte de myéline après des injections intrapéritonéales de DT. Ainsi, la DT traverse la barrière hémato-encéphalique et favorise l'ablation cellulaire dans le système nerveux central. Notamment, nous montrons que la réponse des anticorps spécifiques à la DT en développement est faible et non neutralisante, et n'entrave donc pas l'efficacité de la DT. Nos résultats valident l'utilisation de souris iDTR comme outil d'ablation cellulaire in vivo.


Quels sont les inconvénients de la myéline - Biologie

1] Caractéristiques et classification des organismes vivants

  • mouvement comme une action par un organisme ou une partie d'organisme provoquant un changement de position ou de lieu.
  • respiration comme le réactions chimiques dans les cellules cette décomposer les molécules nutritives et libérer de l'énergie pour le métabolisme
  • sensibilité comme le capacité à détecter ou à ressentir des stimuli dans l'environnement interne ou externe et pour faire réponses appropriées.
  • croissance comme une augmentation permanente de la taille et de la masse sèche par un augmentation du nombre de cellules ou de la taille des cellules ou les deux.
  • la reproduction comme les processus qui font plus du même genre d'organisme.
  • excrétion comme la suppression de la déchets du métabolisme (réactions chimiques dans les cellules, y compris la respiration), matières toxiques et substances dépassant les besoins.
  • nutrition comme la réception de matériaux pour énergie, croissance et développement].
  • espèce en tant que groupe d'organismes qui peuvent se reproduire pour produire une progéniture fertile.
  • système binomial de nommer les espèces en tant que système convenu au niveau international dans lequel le nom scientifique d'un organisme est composé de deux parties montrant le genre et espèce.
  • tissu comme un groupe de cellules avec structures similaires, travaillant ensemble pour réaliser une fonction partagée.
  • organe comme une structure composée d'un groupe de tissus, travaillant ensemble pour réaliser fonctions spécifiques.
  • Système d'organes comme un groupe d'organes avec fonctions connexes, travaillant ensemble pour effectuer des fonctions corporelles.
  • Organites cellulaires :
    • noyau: contient formation génétique sur les gènes/chromosomes/ADN.
    • paroi cellulaire: soutient la cellule et l'empêche d'éclater.
    • membrane cellulaire: contrôle ce que entre et sort de la cellule.
    • cytoplasme: contient nutriments tels que les sucres et les protéines et contient tous les organites cellulaires site des réactions métaboliques.
    • vacuole : contient suffisamment d'eau pour maintenir la pression de turgescence et peut contenir du sucre, des ions et des protéines.
    • ribosome : sur la membrane de réticulum endoplasmique rugueux site de synthèse des protéines.
    • mitochondries : site pour respiration aérobie, pour libérer de l'énergie.

    2] Mouvement dans et hors des cellules

    • la diffusion comme le mouvement net des particules de région de leur plus forte concentration dans une région de leur bas concentration sur un gradient de concentration, en raison de leur mouvement aléatoire.
    • facteurs qui influencent la diffusion : surface, température, gradients de concentration et distance.
    • osmose comme le mouvement net des molécules d'eau d'une région de potentiel hydrique plus élevé (solution diluée) vers une région de potentiel hydrique plus faible (solution concentrée), le long de la gradient de potentiel hydrique, par une membrane partiellement perméable.
    • transport actif comme le mouvement des particules à travers un membrane cellulaire de région deconcentration plus faible vers une région de concentration plus élevée à l'aide de l'énergie de la respiration.
      • les molécules de protéines déplacent les particules à travers une membrane pendant le transport actif
      • en changeant de forme et en permettant leur transport.
      • Les ions se déplacent à travers les protéines.
      • Ils sont situés sur la membrane cellulaire.

      3] Biomolécules

      • Les glucides:
        • C, H, O.
        • Les usages:
          • utilisé pour l'énergie: 1 molécule libère 17 kJ d'énergie.
          • transporté sous la forme de
          • stocké sous forme d'amidon ou
          • C, H, O.
          • 3 acides gras et 1 glycérol.
          • Les usages:
            • utilisé pour l'énergie: une molécule libère deux fois plus d'énergie que le glucose [39kJ].
            • isolation sous forme de tissu adipeux.
            • boutique d'énergie.
            • protection de dommages mécaniques.
            • C, H, O, N.
            • Composé de longues chaînes d'acides aminés.
            • Les usages:
              • réparation cellulaire et mitose.
              • Requis pour réactions métaboliques dans les cellules.
              • Nécessaire pour le transport tel quel nécessaire dans le plasma sanguin.
              • Obligatoire dissoudre les nutriments pour que les enzymes agissent sur eux dans le tube digestif.
              • deux brins enroulés ensemble pour former un double hélice.
              • chaque brin contient produits chimiques appelés bases.
              • les liaisons croisées entre les brins sont formé de paires de bases.
              • les bases s'apparient toujours de la même manière : A avec T et C avec G (les noms complets sont ne pas obligatoire).
              • Testez les glucides :
                • Test des sucres réducteurs :
                  • Écraser et broyer pour faire de l'extrait.
                  • Ajouter la solution de benedict.
                  • Doucement Chauffer Le mélange.
                    • Si présent: le mélange tourne de bleu au vert au jaune à l'orange au rouge brique.
                    • En cas d'absence : restes bleu.
                    • Test de l'amidon :
                      • Écraser et broyer pour faire de l'extrait.
                      • Ajouter solution iodée.
                        • Si présent: le mélange va tourner bleu Noir.
                        • En cas d'absence : restes
                        • Test d'émulsion :
                          • Écraser et broyer pour faire de l'extrait.
                          • Ajouter éthanol extraire.
                          • Ajouter l'eau extraire.
                            • Si présent: la solution tourne blanc laiteux.
                            • En cas d'absence : restes
                            • Tester les protéines :
                              • L'épreuve du Biuret.
                                • Écraser et broyer pour faire de l'extrait.
                                • Ajouter sulfate de cuivre et l'hydroxyde de potassium à l'extrait.
                                  • Si présent: se tourne violet/mauve/lilas.
                                  • En cas d'absence : restes
                                  • Test DCPIP :
                                    • écraser et broyer pour faire de l'extrait.
                                    • ajouter DCPIP goutte à goutte à l'aide d'un pipette/burette.
                                    • secouer après chaque goutte.
                                    • si la vitamine C est présente :
                                      • se tourne de bleu à incolore.
                                      • catalyseur comme une substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique et n'est pas modifiée par la réaction.
                                      • enzymes en tant que protéines qui fonctionnent comme des catalyseurs biologiques qui augmentent la vitesse d'une réaction chimique et ne sont pas modifiées par la réaction.
                                      • Importance des enzymes :
                                      • Sans enzymes, les processus se produire trop lentement.
                                      • Les enzymes sont
                                      • Enzymes réduire l'énergie d'activation.
                                      • Réactions peut avoir lieu à des températures plus basses.
                                      • Serrure et clé :
                                      • L'enzyme est la serrure et le substrat C'est la clé.
                                      • L'enzyme a une « bosse » connue comme site actif.
                                      • La forme du site actif est gratuit à la forme du substrat.
                                      • L'enzyme et le substrat se lient au site actif pour former une structure temporaire connue comme complexe enzyme-substrat.
                                      • Produit est formé.
                                      • Ce produit n'est plus gratuit à la forme du site actif, et ainsi il est libéré.
                                      • L'enzyme peut être réutilisé.
                                      • Facteurs affectant l'activité enzymatique :
                                        • Température:
                                          • A 0 degré, l'activité enzymatique est nulle car les molécules ont beaucoup moins d'énergie cinétique.
                                          • Lorsque la température augmente :
                                            • Énergie cinétique des molécules augmente.
                                            • Vitesse des molécules augmente.
                                            • Nombre de collisions augmentation par unité de temps.
                                            • Fréquence de collisions réussies
                                            • Suite des complexes enzyme-substrat se forment.
                                            • Activité enzymatique augmente.
                                            • L'enzyme dénature.
                                            • Forme du site actif nonplus long complémentaire à la forme du substrat.
                                            • L'activité enzymatique devient zéro.
                                            • Chaque enzyme a un pH optimal.
                                            • Tout pH inférieur ou supérieur à ce pH fait que l'enzyme dénaturer.

                                            5] Nutrition des plantes

                                            • photosynthèse comme le processus par lequel les plantes fabriquent des glucides à partir de matières premières en utilisant l'énergie de la lumière.
                                            • 6CO2 + 6H2O → C6H12O6 + 6O2
                                            • Indicateur d'hydrogénocarbonate : utilisé pour mesurer la concentration de dioxyde de carbone dans l'eau.
                                            • Importance des nitrates et des ions magnésium.

                                            Ions nitrates

                                            Ions de magnésium

                                            Nécessaire à la synthèse des acides aminés.

                                            · Les feuilles supérieures deviennent vert pâle.

                                            · Tiges fines et racines plus petites

                                            Nécessaire à la synthèse de la chlorophylle.

                                            · Jaunissement entre les nervures des feuilles.

                                            • Test d'amidon :
                                              • Faire bouillir la feuille [dénature temporairement les enzymes et rend la membrane cellulaire entièrement perméable]
                                              • Faire bouillir la feuille dans de l'éthanol [élimine la chlorophylle, afin de voir le changement de couleur plus tard]
                                              • Laver la feuille [enlever tout excès d'éthanol]
                                              • Placer la feuille sur un carreau blanc et ajouter une goutte de solution d'iode.
                                                • Si présent : devient bleu-noir.
                                                • Si absent : reste brun
                                                • Utilisez une feuille panachée.
                                                • Effectuer un test d'amidon.
                                                • Les parties vertes deviendront bleu-noir tandis que les autres parties resteront brunes.
                                                • Désamidonner la plante [laisser dans une armoire sombre pendant 24 à 48 heures en veillant à ce que tout l'amidon produit soit uniquement pendant l'enquête]
                                                • Couvrir une feuille [pour empêcher la lumière d'entrer]
                                                • Gardez la plante dans un environnement où tous les facteurs de la photosynthèse sont présents, pendant 6 heures.
                                                • Effectuer un test d'amidon.
                                                • Gaz carbonique
                                                • Intensité lumineuse
                                                • Température

                                                6] Nutrition humaine

                                                • Régime équilibré comme régime contenant les sept nutriments dans quantités et proportions correctes.
                                                • Les sept nutriments sont :
                                                  • Minéraux :substances inorganiques requis dans de petites quantités. S'il n'y en a pas suffisamment, cela peut provoquer un maladie de carence.

                                                  Contenu dans:

                                                  Requis pour:

                                                  Effets de carence

                                                  Pain au lait et autres produits laitiers

                                                  Pour la coagulation du sang des os et des dents

                                                  Rachitisme : os cassants et déformés.

                                                  Viande rouge jaune d'oeuf légumes vert foncé.

                                                  Anémie : pas assez de globules rouges donc moins d'oxygène délivré aux organes.

                                                  • Vitamines :substances organiques requis dans de petites quantités. S'il n'y en a pas suffisamment, cela peut provoquer un maladie de carence.

                                                  Contenu dans:

                                                  Requis pour:

                                                  Effets de carence

                                                  Faire du collagène extensible.

                                                  Scorbut : douleurs articulaires et saignements des gencives.

                                                  Aide le calcium à être absorbé pour fabriquer des os et des dents

                                                  · Rachitisme : les os deviennent mous et déformés

                                                  · Capacité réduite d'absorber les ions calcium.

                                                  • Fibre [trouvée dans n'importe quelle céréale, pain ou légume vert] :
                                                    • stimule les muscles le long du tube digestif se contracter et se détendre afin d'effectuer le péristaltisme.
                                                    • ne peut pas être digéré.
                                                    • ajoute du volume à la matière dans le tube digestif.
                                                    • prévient le cancer (du côlon).
                                                    • absorbe les graisses/cholestérol dans la matrice.
                                                    • élimination des bactéries,
                                                    • Empêche les muscles de s'affaiblir et prévient la constipation.
                                                    • carence peut entraîner Kwashiorkor. Symptômes:
                                                      • insuffisance pondérale
                                                      • estomac gonflé.
                                                      • manque de croissance
                                                      • diarrhée / vomissements
                                                      • fatigue
                                                      • (plus) sujettes aux infections / maladies
                                                      • Traiter:
                                                        • bactérie du choléra libère une toxine, lequel attache aux parois de l'intestin grêle.
                                                        • stimule les cellules de la paroi de l'intestin grêle pour libère des ions chlorure.
                                                        • chlorureionsaccumuler dans la lumière de l'intestin grêle, réduisant le potentiel hydrique.
                                                        • osmotiquemouvementdel'eau dans l'intestin, provoquant la diarrhée et déshydratation.
                                                        • thérapie de réhydratation orale: mélange de sels et de sucre.
                                                        • l'eau doit être stérilisée.
                                                        • tout au long du tube digestif, les muscles circulaires et longitudinaux travaillent de manière antagoniste pour faire avancer les aliments dans un processus connu sous le nom de péristaltisme.
                                                        1. Bouche
                                                          • la nourriture est ingérée par les dents.
                                                          • les dents écrasent et grincent pour augmenter la superficie[digestion mécanique].
                                                            • Carie:
                                                              • Traiter:
                                                                • les bactéries utilisent du sucre / AW (sur les dents comme source de nourriture)
                                                                • les bactéries respirent de manière anaérobie
                                                                • l'acide lactique est produit
                                                                • corrode l'émail et la dentine
                                                                • atteint les nerfs dans la cavité pulpaire provoquant une douleur
                                                                • la dent tombe ou doit être retirée.
                                                              • La prévention:
                                                                • régulier, brossage / bain de bouche / fil dentaire / lavage / nettoyage, dents
                                                                • éviter les aliments sucrés / régime décrit
                                                                • examens dentaires
                                                              • la salive contient amylase salivaire qui décompose l'amidon en maltose[digestion chimique]
                                                        1. Œsophage
                                                          • digestion mécanique : péristaltisme [en utilisant les muscles longitudinaux externes et circulaires internes]
                                                        2. Estomac:
                                                          • muscles du sphincter sont présents à la fois à l'entrée et à la sortie pour éviter les reflux acides et maintenir les aliments dans l'estomac.
                                                          • les muscles se contractent et se détendent baratter la nourriture dans l'ordre augmenter la superficie[digestion mécanique]
                                                          • pepsine sécrétée qui décompose les protéines en polypeptides[digestion chimique]
                                                          • HCL sécrétée, pour faire le pH acide comme:
                                                            • les optimum Le pH de la pepsine est acide
                                                            • ce tue toutes les bactéries.
                                                        1. Intestin grêle:
                                                          • le suc pancréatique est sécrété par le pancréas par le canal pancréatique [digestion chimique], contenant :
                                                            • amylase pancréatique
                                                            • trypsine
                                                            • lipase
                                                          • la bile est sécrétée par la vésicule biliaire. Les fonctions:
                                                            • neutralise le chyme acide de l'estomac pour donner un pH approprié pour l'action enzymatique.
                                                            • émulsification : décompose les gros globules gras en plus petits pour augmenter la surface d'action enzymatique de la lipase.[digestion mécanique]
                                                            • Contient également des pigments biliaires constitués d'anciens globules rouges. Ce est ingéré avec les excréments.
                                                            • Aussi dénature les enzymes de l'estomac tel que
                                                          • villosités : sécrètent des enzymes pour la digestion des aliments.
                                                            • Les cellules des villosités sécrètent les enzymes suivantes :
                                                              • maltase
                                                              • sucrase
                                                              • lactase
                                                              • peptidase
                                                              • lipase
                                                            • Adaptations des villosités :
                                                              • capillaires à proximité: autoriser diffusion plus rapide et transport actif bon approvisionnement en sang.
                                                              • lactés à proximité : pour permettre de diffusion plus rapide et transport actif, pour absorber et transporter les graisses et le cholestérol.
                                                              • beaucoup de mitochondries: à fournir de l'énergie pour le transport actif par la respiration.
                                                              • la paroi des villosités a une épaisseur d'une cellule: diffusion plus rapide.
                                                              • microvillosités :augmenter la surface d'absorption, diffusion plus rapide et transport actif.
                                                              • cellules caliciformes présentes : sécrètent du mucus pour protéger les villosités de :
                                                                • enzymes telles que les protéases et les lipases.
                                                                • dommages physiques.
                                                                • acide de l'estomac.
                                                              • La plupart de l'eau est absorbée dans le côlon.
                                                        1. Gros intestin:
                                                          • absorbe tout les restes de nutriments et d'eau.
                                                        • Rôle du foie :
                                                          1. tous les nutriments sont transportés vers le foie via la veine porte hépatique.
                                                          2. excès glucose converti en glycogène et stocké.
                                                          3. excès les acides aminés sont
                                                          4. le groupe amino est converti en urée et envoyé au rein.
                                                          5. reste d'acides aminés converti en glycogène et stocké.
                                                          6. l'hémoglobine retirée des globules rouges morts, et la partie restante est converti en glycogène et stocké.
                                                          7. Les drogues sont décomposées
                                                          8. Les toxines sont neutralisées

                                                        7] Transport dans les plantes

                                                        Composé de nombreuses cellules mortes jointes bout à bout, où le les parois d'extrémité sont dissoutes.

                                                        Composée de nombreuses cellules jointes bout à bout, cependant elles sont pas complètement dissous. Ils ont perforations.

                                                        Transport l'eau et ions minéraux.

                                                        Déplacer saccharose et acides aminés.

                                                        Non cytoplasme ou noyau.

                                                        Non noyau [le cytoplasme est présent]

                                                        Lignine présent.

                                                        Lignine absent.

                                                        Unidirectionnel mouvement.

                                                        Bidirectionnel mouvement.

                                                        • Adaptations de Xylem :
                                                          1. Lignine présente : la lignine est imperméable et empêche toute perte d'eau du xylème.
                                                          2. Pas de noyau ni de cytoplasme : pour permettre un écoulement régulier de l'eau.
                                                          3. Murs d'extrémité dissous : pour permettre un passage libre et fluide de l'eau.
                                                          4. La basse pression au sommet du xylème et la haute pression au bas du xylème provoquent pression d'aspiration et traction transpirationnelle.
                                                        • Flux de transpiration :
                                                          1. l'eau passe des cellules racinaires au xylème en osmose de cellule à cellule.
                                                          2. cette augmente la pression dans les racines.
                                                          3. évaporation/transpiration de l'eau dans les feuilles au sommet du xylème, fsuivi de diffusion de la vapeur d'eau à travers les stomatesréduit la pression au sommet.
                                                          4. gradient de pression fait monter l'eau, en traction transpirationnelle.
                                                          5. l'eau se déplace en une colonne continue.
                                                          6. cohésionentre les molécules d'eau aide l'eau se déplace comme une colonne continue.
                                                          7. adhésion cause molécules d'eau pour coller à la lignine, permettant une colonne d'eau continue.
                                                        • transpiration comme perte de vapeur d'eau à partir de feuilles de plantes par évaporation de l'eau à la surface des cellules du mésophylle suivie par diffusion de la vapeur d'eau à travers les stomates.
                                                        • Processus de transpiration :
                                                          1. La palissade et les cellules du mésophylle spongieux ont une très grande surface, donc l'osmose a lieu et l'eau se déplace d'une région à fort potentiel hydrique à l'intérieur de ces cellules vers une région à faible potentiel hydrique dans les entrefers à l'extérieur des cellules, par une membrane partiellement perméable et le long du gradient de potentiel hydrique.
                                                          2. L'eau est maintenant sur le surface des cellules du mésophylle.
                                                          3. Puisqu'ils ont une très grande surface, évaporation a lieu et l'eau se transforme en vapeur d'eau.
                                                          4. Cette vapeur d'eau diffuse de région de forte concentration dans les entrefers vers une région de faible concentration en dehors de la feuille, par les stomates et le long d'un gradient de concentration. Ceci est connu comme
                                                        • Facteurs affectant la transpiration :
                                                          1. Température
                                                          2. Humidité
                                                          3. Vitesse du vent
                                                        • Avantages de la transpiration :
                                                          1. Conserve l'eau remonter le vaisseau du xylème en raison de la traction transpirationnelle qui est créée.
                                                          2. L'évaporation aide à refroidir les feuilles.
                                                        • Flétrissement :
                                                          • quand le le taux d'absorption de l'eau est moins que le taux de transpiration. Ce qui provoque perte d'eau par osmose de cellule à cellule, provoquant la deviennent flasques et la plante commence à se faner.
                                                          • En raison de la transpiration, le les cellules de garde des feuilles deviennent également flasques, et fermer, pour éviter toute nouvelle perte d'eau.
                                                          • les cellules ciliées des racines ont très grande surface pour transport actif et diffusion.
                                                          • les cellules ciliées des racines ont également de nombreuses mitochondries à fournir de l'énergie pour le transport actif.
                                                          • les vaisseaux du xylème sont creux et étroit pour fournir un voie facile pour l'eau.
                                                          • de nombreux espaces aériens à l'intérieur des feuilles signifie grande surface d'évaporation.
                                                          • les stomates étant ouverts permet à la vapeur à diffuser facilement hors de la feuille.
                                                          • transfert en termes de mouvement du saccharose et des acides aminés dans le phloème :
                                                            • des régions de production (source)
                                                            • aux régions de stockage ou aux régions où ils sont utilisés pour la respiration ou la croissance (évier)

                                                            Explication

                                                            Les feuilles des plantes effectuent la photosynthèse pour produire du glucose qui est converti en saccharose et transféré à toutes les parties de la plante.

                                                            Les organes de stockage contiennent amidon qui est utilisé pour la respiration et l'énergie pour la pousse. Il est converti en saccharose et transféré aux pousses pour l'énergie et le développement.

                                                            Les feuilles ne se sont pas encore développées pour effectuer la photosynthèse, donc de l'énergie est nécessaire pour la croissance de la plumule et de la radicule. Le glucose est stocké sous forme d'amidon, converti en saccharose et transféré dans la plumule et la radicule pour la croissance.

                                                            8] Transport chez les animaux

                                                            • se compose de vaisseaux sanguins, avec une pompe connue sous le nom de
                                                            • Circulation unique :
                                                              • du sang passe par le coeur une fois que dans un circuit complet autour du corps.
                                                              • du sang passe par le coeur à deux reprises pendant un circuit complet autour du corps.
                                                              • une boucle à travers les poumons et une boucle à travers le reste du corps.
                                                              • Avantages :
                                                                • pression artérielle plus élevée/débit.
                                                                • empêche le mélange du sang oxygéné et désoxygéné.
                                                                • permet aux animaux d'avoir des taux métaboliques élevés.
                                                                • permet une pression artérielle différente dans chaque boucle.
                                                                • permet aux animaux d'être grands/grands.
                                                                • circulation pulmonaire
                                                                • circulation systémique

                                                                Circulation pulmonaire

                                                                Circulation systémique

                                                                Entre coeur et poumons

                                                                Entre coeur et reste du corps

                                                                Implique artère pulmonaire[sang désoxygéné] et veine pulmonaire[sang oxygéné]

                                                                Implique veine cave[sang désoxygéné] et aorte[sang oxygéné]

                                                                Plus rapide, car il s'agit d'un circuit plus petit.

                                                                Ralentissez, car il s'agit d'un plus grand circuit.

                                                                Circulation basse pression : en raison de murs plus minces du ventricule droit

                                                                Circulation haute pression :aux murs plus épais du ventricule gauche.

                                                                • Le ventricule gauche est plus épais car :
                                                                  1. la paroi ventriculaire gauche contient plus de muscle.
                                                                  2. le ventricule gauche pompe le sang plus loin.
                                                                  3. le ventricule gauche doit surmonter plus de résistance.
                                                                  4. ventricule gauche pompe le sang à une pression plus élevée.
                                                                • Cycle cardiaque:
                                                                  1. le sang entre dans le oreillette gauche[veine pulmonaire] et oreillette droite[veine cave].
                                                                  2. systole auriculaire : atriums
                                                                  3. valves auriculo-ventriculairesouvert et le sang est poussé vers les ventricules.
                                                                  4. contrat ventricules droit/gauche de bas en haut pour pousser le sang
                                                                  5. fermeture des valves auriculo-ventriculaires et les valves semi-lunaires s'ouvrent.
                                                                  6. le sang coule vers l'aorte et l'artère pulmonaire.
                                                                  7. les valves semi-lunaires se ferment à empêcher le sang de refluer.
                                                                • Fonction des vannes :
                                                                  1. empêcher le reflux de sang.
                                                                  2. s'assurer que le sang coule dans un seul sens.
                                                                • Fonction du septum :
                                                                  1. à empêcher le mélange de sang oxygéné et désoxygéné.
                                                                • La fréquence cardiaque peut être surveillée par :
                                                                  1. ECG [électrocardiogramme].
                                                                  2. Rythme cardiaque.
                                                                  3. un « lub-dup » le bruit des soupapes ouverture et fermeture.
                                                                • Maladie coronarienne [CHD]
                                                                  • causé par dépôt de graisse et de cholestérol sur les artères coronaires.
                                                                  • Traiter:
                                                                    • dépôt de gros au parois des artères coronaires.
                                                                    • rétrécit la lumière, restreindre le flux sanguin [oxygène et glucose] aux muscles cardiaques.
                                                                    • thrombose peut se produire [blocage complet].
                                                                    • moins/pas de nutriments fournis aux muscles.
                                                                    • jeaugmente pression artérielle.
                                                                    • les muscles respirent de façon anaérobie.
                                                                    • moins/pas d'aérobie
                                                                    • cellules musculaires du coeur meurent car aucun élément nutritif n'est fourni.
                                                                    • les muscles ne peuvent pas contrat car une énergie suffisante n'est pas fournie.
                                                                    • arrêt cardiaque/crise cardiaque.
                                                                    • le manque d'exercice.
                                                                    • régime riche en cholestérol.
                                                                    • facteurs génétiques.
                                                                    • exercice régulier).
                                                                    • réduire/arrêter de fumer.
                                                                    • réduire les graisses (animales / saturées) / cholestérol dans l'alimentation.
                                                                    • perdre du poids / éviter l'obésité.
                                                                    • réduire la consommation de sel.
                                                                    • réduire la consommation d'alcool.
                                                                    • éviter les situations de stress.
                                                                    • référence correcte au médicament.
                                                                    • contrôler le diabète.
                                                                    • réduire la pression artérielle.
                                                                    • empêche artères bloquées / empêche formation de thrombus.
                                                                    • abaisse pression artérielle.
                                                                    • abaissecholestérol / réduit les graisses / réduit le risque d'athérome.
                                                                    • perte de poids / utilisation de graisses / évite l'obésité.
                                                                    • abaissestress.
                                                                    • (Muscle du coeur plus forte / pouls inférieur (au repos).
                                                                    • Traitement de la coronaropathie :
                                                                      • traitement médical.
                                                                      • opération chirurgicale.
                                                                      • aspirine:
                                                                        • à, réduire le risque de / prévenir la coagulation du sang.
                                                                        • un morceau de un autre vaisseau sanguin/un shunt.
                                                                        • attaché à transportersang autour de l'artère bloquée.
                                                                        • tube ou ballon inséré dans l'artère.
                                                                        • ballon gonflé pour élargir l'artère.
                                                                        • petit tube à mailles inséré dans l'artère.
                                                                        • ouvre / soutient, (étroite / faible) artère.
                                                                        • à rétablir l'approvisionnement en sang (au muscle cardiaque).
                                                                        1. les muscles ont besoin énergie, Donc nécessitant de l'oxygène et du glucose.
                                                                        2. le cœur pompe le sang plus vite envoyer du sang transportant de l'oxygène et du glucose à toutes les parties du corps.
                                                                        3. le cœur doit aussi éliminer le dioxyde de carbone et l'acide lactique car ils affectent l'action enzymatique, et donc pour les éliminer, il faut pomper le sang plus rapidement.
                                                                        4. donc, la fréquence cardiaque augmente.
                                                                        1. Artères :
                                                                        • transporter sang oxygéné du cœur aux tissus/muscles[sauf pour l'artère pulmonaire]
                                                                        • transporter le sang sous haute pression et la maintenir.
                                                                        • Adaptations :
                                                                        • paroi musculaire épaisse : résiste haute pression sanguine.
                                                                        • fibre élastique :s'étire et recule à maintenir la pression artérielle et lisser le flux sanguin.
                                                                        • tissu fibreux : maintient la forme de l'artère et l'empêche d'éclater.
                                                                        • petite lumière :maintient la pression artérielle.
                                                                        • endothélium plié/froncé : permet artère à étirer, permettant une plus grand volume de sang couler.
                                                                        1. Veines:
                                                                          • transporter sang désoxygéné des tissus/muscles vers le cœur[sauf pour l'artère pulmonaire].
                                                                          • transporter le sang à basse pression.
                                                                          • Adaptations :
                                                                            • vannes : empêcher refoulement de sang.
                                                                            • large lumière: permet au sang de circuler avec résistance minimale.
                                                                            • mur fin: permet contraction des muscles en dehors de la veineà sentir à l'intérieur de la lumière, ce qui permet au sang de circuler.
                                                                        1. Capillaires :
                                                                          • échange de substances entre le sang et les tissus/cellules par diffusion se produit dans les capillaires.
                                                                          • Adaptations :
                                                                            • pores dans les parois capillaires :
                                                                              1. permet filtration/mouvement de petites molécules et les nutriments entre le sang et les tissus.
                                                                              2. permet aux globules blancs de presser
                                                                              1. le sang bouge lentement afin de faciliter l'échange de substances.
                                                                              2. s'assure que les globules rouges sont plus près du mur pour faciliter la diffusion d'oxygène.

                                                                              Transport d'oxygène. Hémoglobine absorbe l'oxygène et le transporte.

                                                                              Phagocytose et production d'anticorps.

                                                                              Transport de cellules sanguines, ions, nutriments solubles, hormones, protéines et dioxyde de carbone.

                                                                              • Processus de coagulation :
                                                                                1. plaquettes stimuler la coagulation.
                                                                                2. les plaquettes heurtent les bords rugueux de la plaie et réagissent, libérant facteurs de coagulation[thrombine].
                                                                                3. ces facteurs de coagulation provoquent fibrinogène dans le sang pour se convertir en fibrine.
                                                                                4. cette crée un maillage autour de la plaie.
                                                                                5. les globules rouges obtiennent piégé dans ce maillage et il forme une croûte.
                                                                              • Avantages de la coagulation du sang :
                                                                                1. empêche perte de sang.
                                                                                2. empêche entrée de l'agent pathogène.
                                                                              • Système lymphatique:
                                                                                1. Constitué de capillaires lymphatiques. Ils sont présents près des villosités à transporter les graisses et le cholestérol, et également recueillir le liquide tissulaire.
                                                                                2. Ces capillaires se rejoignent pour former vaisseaux lymphatiques.
                                                                                3. Les vaisseaux ont des ganglions lymphatiques qui ont de nombreux GB, pour tuer tous les agents pathogènes et détruire les toxines.
                                                                                4. Ils finissent par rejoindre les vaisseaux sanguins, car ils doivent vider tout le liquide tissulaire.
                                                                              • Fluide tissulaire :
                                                                                • Les capillaires vident les nutriments dans le liquide tissulaire, à partir duquel les nutriments se diffusent dans chaque cellule. La fonction du liquide tissulaire est :
                                                                                  • fournir aux cellules les nutriments nécessaires.
                                                                                  • garder l'environnement constant: pour optimum température pour les enzymes dans les cellules.

                                                                                  9] Maladies et immunité

                                                                                  • agent pathogène comme un organisme responsable de la maladie.
                                                                                  • maladie transmissible comme une maladie dans laquelle l'agent pathogène peut être transmis un hôte à un autre.
                                                                                  • Chaque agent pathogène a ses propres antigènes, qui sont spécifiques à cet agent pathogène. Par conséquent, seuls des anticorps spécifiques peuvent s'adapter aux formes spécifiques, et ces anticorps sont nécessaires.
                                                                                  • Processus d'immunité:
                                                                                    1. reconnaître un agent pathogène / antigène spécifique.
                                                                                    2. anticorps verrouiller aux antigènes.
                                                                                    3. Ces antigènes sont sur le membranes de l'agent pathogène.
                                                                                    4. anticorps / antigènes, sont spécifique.
                                                                                    5. les anticorps (ont une forme) complémentaire à l'antigène.
                                                                                    6. anticorps détruire pathogènes (directement).
                                                                                    7. les anticorps peuvent provoquer l'agglutinement des bactéries/ touffe.
                                                                                    8. anticorps marquer les agents pathogènes pour destruction par les phagocytes par phagocytose.
                                                                                    9. elles ou ils neutraliser / inhiber les toxines.
                                                                                  • Les agents pathogènes peuvent pénétrer dans le corps par :
                                                                                    1. Contact direct:
                                                                                      • par du sang.
                                                                                      • autre physiquefluides.
                                                                                      • aliments ou surfaces contaminés.
                                                                                      • de animaux.
                                                                                      • de
                                                                                      1. barrières mécaniques :
                                                                                        • les narines contiennent cheveux pour piéger les bactéries.
                                                                                        • la peau a une couche de cellules mortes qui l'empêchent d'être pénétré.
                                                                                        • quand la peau est coupée, un caillot de sang empêche l'entrée d'agents pathogènes.
                                                                                      1. barrières chimiques :
                                                                                        • mucus est présent, produit par les cellules caliciformes, pour piéger la poussière et les bactéries.
                                                                                        • HCL produit par l'estomac tue toutes les bactéries présentes dans les aliments.
                                                                                        • les agents pathogènes sont également tués par :
                                                                                          • phagocytes :
                                                                                          • lymphocyte :production d'anticorps.
                                                                                        • Les globules blancs peuvent être amélioré par les vaccins.
                                                                                      • immunité active comme défense contre un agent pathogène par production d'anticorps dans le corps.
                                                                                      • Comment fonctionne la vaccination/comment la vaccination aide à contrôler la propagation des maladies :
                                                                                        1. immunité active.
                                                                                        2. pathogène inoffensif / mort / affaibli / micro-organismes.
                                                                                        3. injecté / ingéré.
                                                                                        4. l'agent pathogène a un antigène spécifique / unique.
                                                                                        5. stimule une réponse immunitaire.
                                                                                        6. antigènes déclencheurs lymphocytes à produire des anticorps.
                                                                                        7. cellules de mémoire sont produits.
                                                                                        8. réponse immunitaire rapide à s'il est réinfecté par (exposé au) même agent pathogène / antigène.
                                                                                        9. donne immunité à long terme.
                                                                                        10. immunité collective.
                                                                                      • Hygiène:
                                                                                        1. Hygiène alimentaire:
                                                                                          • garder bactéries loin de la nourriture.
                                                                                          • garder animaux loin de la nourriture.
                                                                                          • faire ne pas garder la nourriture à température ambiantere depuis trop longtemps.
                                                                                          • garder viande crue loin des autres aliments.
                                                                                          • garder votre corps propre.
                                                                                          • brosse deux fois par jour.
                                                                                          • méthane produit lors de la décomposition des ordures, ce qui est
                                                                                          • placer des tuyaux dans les ordures peut permettre au méthane de s'échapper sans causer de dommages.
                                                                                          • les eaux usées brutes contiennent beaucoup de bactéries doivent être traitées. Sinon, cela pourrait affecter la vie aquatique.
                                                                                          • l'eau est un bien précieux et doit être recyclé.
                                                                                          • Immunité passive est défense à court terme contre un agent pathogène par les anticorps acquis de un autre individu, par exemple. mère à bébé.

                                                                                          Immunité active

                                                                                          Immunité passive

                                                                                          Anticorps produits par le corps de l'organisme.

                                                                                          Anticorps produits et acquis d'un autre individu.

                                                                                          Cellules mémoire ne pas produit.

                                                                                          Longue durée de vie immunité.

                                                                                          De courte durée immunité.

                                                                                          La réponse en cas d'infection ultérieure est plus rapide.

                                                                                          La réponse en cas d'infection ultérieure est Ralentissez.

                                                                                          • Maladies auto-immunes:
                                                                                            • certaines maladies sont causées par le système immunitaire ciblant et détruisant les cellules du corps.
                                                                                            • Diabète de type 1 :
                                                                                              • GB attaque et détruire cellules bêta dans le pancréas, cette produire l'hormone insuline.
                                                                                              • Le pancréas produit moins d'insuline, donc la glycémie restent élevés.
                                                                                              • Mène à:
                                                                                                • perte de poids.

                                                                                                10] Respiration et échange de gaz

                                                                                                • respiration aérobie comme le réactions chimiques dans les cellules cette utiliser de l'oxygènedécomposer les molécules nutritives pour libérer de l'énergie.
                                                                                                • C6H12O6 + 6O2 → 6CO2 + 6H2O
                                                                                                • respiration anaérobie comme le réactions chimiques dans les cellules cette décomposer les molécules nutritives libérer de l'énergie sans utiliser d'oxygène.
                                                                                                • Respiration anaérobie chez la levure :
                                                                                                  • glucose → éthanol + dioxyde de carbone.
                                                                                                  • C6H12O6 → 2C2H5OH + 2CO2

                                                                                                  Respiration aérobie

                                                                                                  Respiration anaérobie

                                                                                                  Suite énergie libérée.

                                                                                                  Moins énergie libérée.

                                                                                                  Compléter dégradation du glucose.

                                                                                                  Incomplet dégradation du glucose.

                                                                                                  Dioxyde de carbone et eau produit.

                                                                                                  Dans les cellules musculaires humaines :acide lactique produit. En levure :dioxyde de carbone et éthanol produit.

                                                                                                  Seul cellules spécifiques [muscle, levure, etc.]

                                                                                                  Respiration

                                                                                                  Mécanique traiter.

                                                                                                  Chimique traiter.

                                                                                                  Implique le dégradation du glucose pour libérer de l'énergie.

                                                                                                  Implique les poumons, le diaphragme et les muscles de la cage thoracique.

                                                                                                  Se déroule dans chaque cellule du corps.

                                                                                                  • Utilisations de l'énergie dans le corps :
                                                                                                    • contraction musculaire.
                                                                                                    • synthèse des protéines.
                                                                                                    • la division cellulaire.
                                                                                                    • transport actif.
                                                                                                    • croissance.
                                                                                                    • le passage de l'influx nerveux.
                                                                                                    • maintien d'une température corporelle constante.
                                                                                                    • Trachée:
                                                                                                      • Contient du cartilage :
                                                                                                        1. garde, voies respiratoires / trachée / bronches, ouvertes.
                                                                                                        2. permet (libre circulation de) l'air dans (les poumons).
                                                                                                        3. permet la flexibilité Je peux respirer même quand, courbé / avalant.
                                                                                                      • Adaptations des surfaces d'échange gazeux :
                                                                                                        • Grande surface :
                                                                                                          1. les alvéoles sont en grappe comme du raisin.
                                                                                                          2. capillaires : former grand réseau.
                                                                                                            • la diffusion est plus rapide, absorption croissante.
                                                                                                            • Parois minces :
                                                                                                              1. les murs sont une cellule d'épaisseur.
                                                                                                                • réduit la distance de diffusionpour l'oxygène et le dioxyde de carbone.
                                                                                                                • Le gradient de concentration:
                                                                                                                  1. alvéoles :forte concentration d'oxygène venant des bronches.
                                                                                                                  2. capillaires :forte concentration de dioxyde de carbone par flux continu de sang.
                                                                                                                    • gradient de concentration plus raide, diffusion plus rapide.
                                                                                                                    • Surface humide :
                                                                                                                      1. surface interne des alvéoles a un mince film d'humidité,
                                                                                                                      2. dissout l'oxygène avant diffusion.
                                                                                                                        • la diffusion est plus rapide.
                                                                                                                        • Processus de respiration :
                                                                                                                          • Inhalation:
                                                                                                                            1. externe muscles intercostaux
                                                                                                                            2. interne muscles intercostaux
                                                                                                                            3. soulève les côtes vers le haut et
                                                                                                                            4. diaphragme contrats et s'aplatit et tombe.
                                                                                                                            5. le volume de thorax / poumons / poitrine
                                                                                                                            6. pression dans thorax / poumons / poitrine
                                                                                                                            7. flux d'air dans.
                                                                                                                            8. en bas de la gradient de pression.
                                                                                                                            9. poumons gonfler.
                                                                                                                          • Exhalation:
                                                                                                                            1. interne muscles intercostaux Contrat.
                                                                                                                            2. externe muscles intercostaux se détendre.
                                                                                                                            3. soulève les côtes vers le bas et vers l'intérieur.
                                                                                                                            4. diaphragme se détend à l'élever à une forme de dôme.
                                                                                                                            5. le volume de thorax/poumons/poitrine
                                                                                                                            6. pression dans thorax/poumons/poitrine
                                                                                                                            7. flux d'air dehors.
                                                                                                                            8. en bas de la gradient de pression.
                                                                                                                            9. poumons
                                                                                                                          • Effet de l'exercice sur la fréquence respiratoire :
                                                                                                                            • augmenter dans contraction musculaire.
                                                                                                                            • augmenter dans demande d'énergie.
                                                                                                                            • augmenter dans respiration aérobie.
                                                                                                                            • augmenter dans demande en oxygène.
                                                                                                                            • augmenter dans concentration de dioxyde de carbone.
                                                                                                                            • diminuer dans pH/augmentation de l'acide, dans le sang.
                                                                                                                            • détecté par le, cerveau/chimiorécepteurs.
                                                                                                                            • cerveau stimule un augmentation de la fréquence respiratoire/respiration plus rapide.
                                                                                                                            • cerveau stimule un augmenter la profondeur de la respiration.
                                                                                                                            • Pendant l'exercice, assez l'oxygène ne peut pas être fourni assez rapidement rencontrer le besoin énergétique des muscles.
                                                                                                                            • Les muscles passent à respiration anaérobie.
                                                                                                                            • acide lactique
                                                                                                                            • abaisse le pH et cause douleur et fatigue.
                                                                                                                            • oxygène supplémentaire requis par les muscles après l'exercice pour décomposer l'acide lactique.
                                                                                                                            • dette d'oxygène.
                                                                                                                            • à alimenter les muscles en oxygène pour décomposer l'acide lactique.
                                                                                                                            • à éliminer le dioxyde de carbone du corps.
                                                                                                                            • à éliminer l'acide lactique des cellules musculaires et déplacez-le vers le foie.

                                                                                                                            11] Excrétion

                                                                                                                            La suppression de matières toxiques, déchets du métabolisme et matières en excès.

                                                                                                                            Enlèvement de les aliments non digérés ou non absorbés et les fibres.

                                                                                                                            Excrété par le poumons, peau, reins et foie.

                                                                                                                            • Organes excréteurs :
                                                                                                                              • Poumons:
                                                                                                                                • gaz carbonique.
                                                                                                                                • excès de sels et d'eau.
                                                                                                                                • excès de sels et d'eau.
                                                                                                                                • Pigments bile.
                                                                                                                                • hormones épuisées.
                                                                                                                                1. partie contenant de l'azote d'acides aminés en excès est converti en ammoniac, dans le foie.
                                                                                                                                2. l'ammoniac est toxique et il tue les cellules.
                                                                                                                                3. il est converti en urée et pris au coeur par la veine hépatique.
                                                                                                                                4. il est ensuite transporté du cœur aux reins par l'artère rénale.
                                                                                                                                5. partie restante des acides aminés est converti en glycogène et stocké dans le foie.
                                                                                                                                1. convertit excès d'acides aminés dans urée et glucides dans un processus connu sous le nom désamination.
                                                                                                                                2. synthétise les protéines plasmatiques tel comme fibrinogène à partir d'acides aminés.
                                                                                                                                3. glucides stockés comme
                                                                                                                                4. fait du bile.
                                                                                                                                5. neutralise les toxines.
                                                                                                                                6. tombe en panne substances nocives telles que les drogues.
                                                                                                                                7. tombe en panne vieux globules rouges, stocker le fer et excréter la partie restante sous forme de pigments biliaires.
                                                                                                                                8. stocke les vitamines A, B, D, E et K.
                                                                                                                                9. magasins potassium.
                                                                                                                                10. fait du cholestérol, pour la réparation des membranes cellulaires.
                                                                                                                                1. Filtration:
                                                                                                                                  • le sang est amené dans la capsule rénale par l'artère rénale.
                                                                                                                                  • le sang passe par le artériole afférente [qui est large], dans le glomérule. Il laisse le glomérule dans le artériole efférente [qui est étroite].
                                                                                                                                  • les différence de pression entre les causes des artérioles afférentes et efférentes haute pression dans les capillaires dans le glomérule et provoque la déménager du glomérule.
                                                                                                                                  • donc, glucose, urée, eau et sels mouvement dans la capsule rénale.
                                                                                                                                  • protéines plasmatiquesne sors pas comme ils sont trop grand.
                                                                                                                                1. Réabsorption :
                                                                                                                                  • a lieu dans toutes les parties du tubule rénal à l'exception de la capsule rénale.
                                                                                                                                  • tous glucose, presque toutes l'eau et les sels obtiennent réabsorbé par diffusion et osmose.
                                                                                                                                  • ils se déplacent dans les capillaires qui se rejoignent jusqu'à former la veine rénale.
                                                                                                                                  • la solution laissée dans le tubule rénal après réabsorption :
                                                                                                                                    • excès de sels.
                                                                                                                                    • l'excès d'eau.
                                                                                                                                  • cette solution est appelé urine.
                                                                                                                                  • celui-ci s'écoule dans le canal collecteur et se dirige vers l'uretère.

                                                                                                                                Artère rénale

                                                                                                                                Oxygéné du sang.

                                                                                                                                Désoxygéné du sang.

                                                                                                                                Suite l'eau.

                                                                                                                                Moins l'eau.

                                                                                                                                Suite sels.

                                                                                                                                Moins sels.

                                                                                                                                • Appareil de dialyse :
                                                                                                                                  • Fonctionnement de la machine de dialyse :
                                                                                                                                    • le sang est prélevé sur un veine dans la main, car:
                                                                                                                                      • les mains sont proche et pratique.
                                                                                                                                      • les veines sont facile à trouver.
                                                                                                                                      • les veines ont débit sanguin à basse pression.
                                                                                                                                      • glucose, sels et eau[selon les concentrations sanguines et le potentiel osmotique]
                                                                                                                                      • non
                                                                                                                                      • incommode: besoin de visiter l'hôpital plusieurs fois une semaine long.
                                                                                                                                      • limité
                                                                                                                                      • qualité de vie affectée.
                                                                                                                                      • Avantages :
                                                                                                                                        • nonbesoin de dialyse.
                                                                                                                                        • nonbesoin d'aller à l'hôpital.
                                                                                                                                        • nonrégime restreint.
                                                                                                                                        • nondouleur/gêne à long terme.
                                                                                                                                        • amélioration de la qualité de vie.
                                                                                                                                        • rejet de rein.
                                                                                                                                        • difficulté avec recherche de donneur.
                                                                                                                                        • risqueassociée avec opération.
                                                                                                                                        • besoin de prendre immunosuppresseurs.

                                                                                                                                        12] Coordination et réponse

                                                                                                                                        • impulsion nerveuse: un signal électrique cette se déplace le long des cellules nerveuses connu sous le nom de neurones.
                                                                                                                                        • le système nerveux humain se compose de :
                                                                                                                                          1. système nerveux central:
                                                                                                                                            • moelle épinière.
                                                                                                                                            • Arc réflexe:
                                                                                                                                              1. Stimulus: déclenche un impulsion nerveuse.
                                                                                                                                              2. L'impulsion est captée par un
                                                                                                                                              3. Cette impulsion voyage le long neurones sensoriels.
                                                                                                                                              4. L'impulsion est porté au CNS. Il traite l'impulsion.
                                                                                                                                              5. La réponse est envoyée via un motoneurone.
                                                                                                                                              6. À l'approprié
                                                                                                                                              7. Réponse au stimulus se produit.
                                                                                                                                            • action réflexe comme un moyen d'intégrer et de coordonner automatiquement et rapidement des stimuli avec le réponses des effecteurs (muscles et glandes).

                                                                                                                                            Action volontaire

                                                                                                                                            Action involontaire

                                                                                                                                            Pas une réponse rapide.

                                                                                                                                            Nécessite une réflexion consciente.

                                                                                                                                            Fait ne pas nécessitent une réflexion consciente.

                                                                                                                                            Nécessite d'apprendre/pas présent dès la naissance.

                                                                                                                                            Fait ne pas nécessitent un apprentissage/présent dès la naissance.

                                                                                                                                            Pas de nature protectrice.

                                                                                                                                            • Gaine de myéline:
                                                                                                                                              • couche de graisse et de protéines qui enveloppe un neurone.
                                                                                                                                              • But:
                                                                                                                                                • isole le neurone donc les impulsions sont transportées plus rapidement.
                                                                                                                                                • empêche les fuites d'impulsions.
                                                                                                                                                • synapse comme un jonction entre deux neurones, composé d'un écart minute à travers lequel les impulsions voyagent par diffusion d'un neurotransmetteur.
                                                                                                                                                • Une synapse se compose de :
                                                                                                                                                1. vésicules contenant des produits chimiques appelés neurotransmetteurs.
                                                                                                                                                2. fente synaptique [minuscule interstice].
                                                                                                                                                3. récepteur molécules.
                                                                                                                                                1. dans le neurone pré-synaptique, une impulsion déclenche le vésicules contenant des neurotransmetteurs à se déplacer vers la membrane cellulaire.
                                                                                                                                                2. vésicules fusible avec la membrane cellulaire.
                                                                                                                                                3. les neurotransmetteurs sont publié.
                                                                                                                                                4. neurotransmetteurs diffuserà travers la fente synaptique.
                                                                                                                                                5. neurotransmetteurs lier avec molécules réceptrices à la surface cellulaire du neurone post-synaptique.
                                                                                                                                                6. les molécules de neurotransmetteur et de récepteur sont complémentaire l'un à l'autre.
                                                                                                                                                7. obligatoire provoque une impulsion électrique dans le neurone post-synaptique.
                                                                                                                                                • Fonctions des parties de l'œil :
                                                                                                                                                1. cornée:réfracte léger.
                                                                                                                                                2. iris:les contrôles combien de lumière pénètre dans la pupille.
                                                                                                                                                3. lentille:concentre la lumière sur la rétine.
                                                                                                                                                4. rétine: contient récepteurs de lumière, certains sensibles à la lumière de différentes couleurs.
                                                                                                                                                5. nerf optique:porte des impulsions du œil à la cerveau.
                                                                                                                                                1. En pleine lumière :
                                                                                                                                                • muscles circulaires Contrat.
                                                                                                                                                • muscles radiaux se détendre.
                                                                                                                                                • élève resserre.
                                                                                                                                                • moins la lumière pénètre dans l'œil par la pupille contractée.
                                                                                                                                                • à éviter d'endommager les photorécepteurs.
                                                                                                                                                • muscles circulaires se détendre.
                                                                                                                                                • muscles radiaux Contrat.
                                                                                                                                                • élève se dilate.
                                                                                                                                                • permet à plus de lumière d'entrer dans l'ordre pour activer plus de récepteurs pour une vision plus claire.
                                                                                                                                                1. Lorsque l'objet est proche :
                                                                                                                                                • muscles ciliaires Contrat.
                                                                                                                                                • ligaments suspenseurs relâcher/relâcher.
                                                                                                                                                • tension musculaire meugler.
                                                                                                                                                • forme de lentille:gras/accroupi.
                                                                                                                                                • augmenté réfraction de la lumière.
                                                                                                                                                • muscle ciliaire se détendre.
                                                                                                                                                • ligaments suspenseurs étiré/tendu.
                                                                                                                                                • tension musculaire haute.
                                                                                                                                                • forme de lentille:mince/étroit.
                                                                                                                                                • moins réfraction de la lumière.

                                                                                                                                                Sensible à faible léger.

                                                                                                                                                Sensible à brillant léger. [R, V, B]

                                                                                                                                                Distribué dans toute la rétine.[sauf pour la fovéa et la tache aveugle.]

                                                                                                                                                Concentré principalement dans la fovéa.

                                                                                                                                                Responsable de le noir et blanche vision.

                                                                                                                                                Responsable de colorévision et tranchantimages.

                                                                                                                                                • hormone comme un substance chimique, produit par une glande et porté par le sang, lequel modifie l'activité d'un ou plusieurs organes cibles spécifiques.
                                                                                                                                                • Adrénaline:
                                                                                                                                                  • sécrétée par le glande surrénale.
                                                                                                                                                  • se prépare pour lutte ou réponse de vol.

                                                                                                                                                  Organes cibles

                                                                                                                                                  Augmente la respiration et le pouls.

                                                                                                                                                  Oxygène et glucose fourni aux cellules musculaires pour énergie.

                                                                                                                                                  Plus de lumière pénètre dans l'œil, ce qui entraîne vision plus claire.

                                                                                                                                                  Muscles de l'iris [muscles radiaux et circulaires]

                                                                                                                                                  Augmente concentration sanguine

                                                                                                                                                  Suite glucose fourni aux muscles pour énergie.

                                                                                                                                                  Vaisseaux sanguins dans la peau et le système digestif Serrer.

                                                                                                                                                  Vaisseaux sanguins dans les muscles des jambes dilater.

                                                                                                                                                  Détourner le sang[qui contient de l'oxygène et du glucose] à muscles des jambes.

                                                                                                                                                  Muscles artériels et artérioles.

                                                                                                                                                  • Insuline:
                                                                                                                                                    • sécrété par le pancréas.
                                                                                                                                                    • les contrôles la concentration de glucose dans le sang.
                                                                                                                                                    • sécrété par les ovaires.
                                                                                                                                                    • causer développement des caractères sexuels secondaires chez females, et aide à la contrôle du cycle menstruel.
                                                                                                                                                    • sécrété par les testicules.
                                                                                                                                                    • causer développement des caractères sexuels secondaires chez les mâles.

                                                                                                                                                    Système nerveux

                                                                                                                                                    Système endocrinien

                                                                                                                                                    Fait de neurones.

                                                                                                                                                    Fait de cellules sécrétoires et hormones.

                                                                                                                                                    Impulsions transmis le long des fibres nerveuses.

                                                                                                                                                    Produits chimiques transporté dissous dans le plasma.

                                                                                                                                                    Les informations transmises sous forme de Impulsions électriques.


                                                                                                                                                    Lectures essentielles sur le stress

                                                                                                                                                    Comment gérer le stress lorsque vous êtes seul

                                                                                                                                                    Il est temps de parler du privilège des soins personnels

                                                                                                                                                    Cependant, les chercheurs ont découvert que le stress chronique faisait mûrir les cellules souches de l'hippocampe en un autre type de cellule gliale appelée oligodendrocytes, qui produit la myéline qui enveloppe les cellules nerveuses.

                                                                                                                                                    Cette découverte suggère un rôle clé pour les oligodendrocytes dans les changements à long terme, et peut-être permanents, dans le cerveau qui pourraient préparer le terrain pour des problèmes mentaux ultérieurs. Le stress chronique diminue le nombre de cellules souches qui deviennent des neurones, ce qui pourrait expliquer comment il affecte également l'apprentissage et la mémoire, selon les chercheurs.

                                                                                                                                                    "Habituellement, le cerveau ne fabrique pas beaucoup d'oligodendrocytes à l'âge adulte à partir de ces cellules souches neurales", selon Kaufer. En fait, une étude récente a suggéré que ces cellules étaient incapables de produire des oligodendrocytes, qui ressemblent un peu à une vigne qui s'étend et s'enroule autour des axones, les isolant et les soutenant.

                                                                                                                                                    Les rats qui ont des niveaux élevés de cortisol et de stress chronique avaient moins de neurones dans l'ensemble, mais une forte augmentation des oligodendrocytes. En bloquant l'équivalent des récepteurs du cortisol, les chercheurs ont découvert que le processus était lié à l'hormone du stress. "Ce n'était absolument pas ce que nous nous attendions à trouver", a déclaré Kaufer. "Mais ce sont toujours les meilleures découvertes."

                                                                                                                                                    Bien que cette gaine soit vitale pour le cerveau humain, la formation de myéline peut être bonne ou mauvaise, selon le moment ou le lieu, selon Kaufer. Ce gainage excessif peut avoir évolué pour renforcer la connexion entre l'amygdale et l'hippocampe, ce qui améliorerait les réponses de combat ou de fuite pendant de longues périodes de menace ou d'attaque. Malheureusement, dans un monde moderne, le stress chronique peut détourner le système de combat ou de fuite et se retourner contre vous dans la vie quotidienne lorsque vous n'êtes pas en danger physique.

                                                                                                                                                    Conclusion : la plasticité permet de « sculpter » son cerveau tout au long de la vie

                                                                                                                                                    L'activité physique régulière et la méditation de pleine conscience sont deux moyens efficaces de réduire le stress et de réduire le cortisol. Bien que cette étude ne se concentre pas sur les avantages de la réduction du cortisol, d'autres recherches suggèrent que faire des choix de mode de vie qui réduisent le stress et diminuent le cortisol peuvent améliorer la structure et la connectivité du cerveau.

                                                                                                                                                    Pour cinq façons simples de réduire le cortisol sans médicaments, consultez mon blog, Cortisol: Why "The Stress Hormone" Is Public Enemy No. 1.

                                                                                                                                                    Daniela Kaufer mène actuellement des expériences pour déterminer comment le stress pendant la petite enfance affecte la substance blanche du cerveau et si le stress chronique au début de la vie diminue la résilience plus tard dans la vie. Elle étudie également les effets de thérapies allant de l'exercice aux médicaments antidépresseurs, qui réduisent l'impact du stress et des hormones du stress.

                                                                                                                                                    Kaufer conclut qu'un stress modéré ou "bon" - comme étudier dur pour un examen ou s'entraîner pour participer aux Jeux olympiques - peut créer des circuits plus forts et un cerveau plus résistant. Mais le stress chronique aigu et prolongé fait des ravages. "Vous créez un cerveau qui est soit résilient, soit très vulnérable aux maladies mentales, en fonction de la structuration de la matière blanche que vous obtenez tôt dans la vie", a déclaré Kaufer.

                                                                                                                                                    Cela dit, la structure de votre cerveau subit constamment des changements grâce à la plasticité. L'état d'esprit, le comportement et le stress chronique ne sont jamais figés. Le pouvoir de la neuroplasticité permet de modifier la structure et le fonctionnement de votre cerveau tout au long de votre vie. Vous pouvez faire consciemment des choix quotidiens d'état d'esprit et de comportement qui amélioreront la structure et la connectivité de votre cerveau.

                                                                                                                                                    En 2012, Alex Schlegel du Dartmouth College a publié une étude montrant que le cerveau adulte peut s'améliorer. "Ce travail contribue à une nouvelle compréhension du fait que le cerveau reste cet organe plastique tout au long de votre vie, capable de changer", a déclaré Schlegel.

                                                                                                                                                    "Cela va à l'encontre de toutes ces vues traditionnelles selon lesquelles tout développement structurel se produit dans la petite enfance, dès la petite enfance", explique Schlegel. "Maintenant que nous avons réellement des outils pour observer un changement de cerveau, nous découvrons que dans de nombreux cas, le cerveau peut être aussi malléable à l'âge adulte que lorsque vous êtes un enfant ou un adolescent."


                                                                                                                                                    Différence entre les neurones myélinisés et non myélinisés (fibre nerveuse) sous forme tabulaire

                                                                                                                                                    BASE DE COMPARAISON FIBRE NERVEUSE MYÉLINÉE FIBRE NERVEUSE NON MYÉLINÉE
                                                                                                                                                    La description Les fibres nerveuses myélinisées sont des fibres nerveuses isolées par une gaine de myéline. Les fibres nerveuses non myélinisées sont des fibres nerveuses qui n'ont pas de gaine de myéline.
                                                                                                                                                    Couleur Les fibres nerveuses myélinisées sont de couleur blanche. Les fibres nerveuses non myélinisées sont de couleur grise.
                                                                                                                                                    Nœuds de Ranvier Les fibres nerveuses myélinisées ont des nœuds de Ranvier. Les fibres nerveuses non myélinisées n'ont pas de nœuds de Ranvier.
                                                                                                                                                    Vitesse de transmission En raison de la présence de nœuds de Ranvier sur les fibres nerveuses myélinisées, la vitesse de transmission de l'influx nerveux est élevée dans les fibres nerveuses myélinisées. Les fibres nerveuses non myélinisées n'ont pas d'isolant de myéline et, par conséquent, la vitesse de transmission de l'influx nerveux est faible.
                                                                                                                                                    Emplacement La plupart des neurones du système nerveux central et périphérique sont myélinisés car ils nécessitent une vitesse de conduction rapide telle que les neurones impliqués dans les réflexes rachidiens. Les neurones non myélinisés peuvent être trouvés dans le système nerveux périphérique et central dans les fibres nerveuses du groupe C, responsables de la transmission de la douleur secondaire ou des démangeaisons.
                                                                                                                                                    Conduction d'impulsion En raison de la présence de la gaine de myéline, les nerfs myélinisés ne perdent pas l'impulsion pendant la conduction Les fibres nerveuses non myélinisées peuvent perdre l'influx nerveux pendant la conduction.
                                                                                                                                                    Axones Les fibres nerveuses avec de longs axones sont myélinisées. Les fibres nerveuses axonales courtes ne sont pas myélinisées.
                                                                                                                                                    Quelle est la principale différence entre les fibres nerveuses myélinisées et non myélinisées ?

                                                                                                                                                    Fibres nerveuses myélinisées sont des fibres nerveuses isolées par une gaine de myéline alors que Fibres nerveuses non myélinisées sont des fibres nerveuses qui n'ont pas de gaine de myéline.


                                                                                                                                                    Voir la vidéo: Milli Məclisdə əlilliyin təyin olunması meyarları müzakirə edilir - AzTV (Août 2022).